ALEARN Network/Gabon

From OLPC

Jump to: navigation, search

From the PDF by Kaçandre 
BOURDELAIS



 
== VERSION 
PRÉLIMINAIRE
 == 



Février
 2009






Guide
 d’utilisation
du
XO
et
de
l’environnement
Sugar
en
contexte

scolaire 
gabonais



Sous
la
direction
de


Robert
ANGOUE
NDOUTOUME

Thérèse
LAFERRIÈRE



Éditeur

Kaçandre
BOURDELAIS



Auteurs

Michelle
Lydie
ABIALABIE

Julie
ADA
MBENG

Flore
Corine
ALLOGHO
KEDZUI

Jean
Paulin
ALLOGO
OBAME

Clarisse
ANGUEZOME
NGUEMA

Herménégilde
BIYEGHE

Géraldine
BOUSSOUGOU
BOUSSOUGOU

Salomon
ENGO
MENDENE

Guy
Roger
KABA

Marie
Edwige
MABIKA
TSIEVA
ép.AKAGAH

Brigitte
MAVOUNGOU

Adrien
Jospeh
MONEYI
NKO

Solange
NDONG
ESSANGUI

Guy
Noël
NDONG
NZOMO



Collaborateurs

Hilaire
BIBANG‐ASSOUMOU

Jacques
DÉSAUTELS








AVANT­PROPOS .....................................................................................................................................................7

INTRODUCTION .....................................................................................................................................................8

CHAPITRE
1.............................................................................................................................................................9

LES
FINALITÉS
ÉDUCATIVES ...................................................................................................................................................10

LA
MÉTAPHORE
INSPIRANT
LE
DESIGN
DU
SYSTÈME
D’EXPLOITATION
DU
XO ...........................................................................................11

LES
ÉLÉMENTS
DE
PERTINENCE ............................................................................................................................................12

LES
CONTRAINTES
AVEC
LESQUELLES
COMPOSER ..............................................................................................................13

CHAPITRE
2.......................................................................................................................................................... 15

INTRODUCTION.........................................................................................................................................................................15

CLASSIFICATION
DES
ACTIVITÉS............................................................................................................................................15

LES
ACTIVITÉS
DU
XO
AU
REGARD
DE
L'APPROCHE
PAR
LES
COMPÉTENCES
DE
BASE
(APC) ..................................16

COMPRENDRE
LE
MODÈLE
DE
PRÉSENTATION
DES
ACTIVITÉS ........................................................................................16

ACTIVITÉ:
ÉCRIRE ....................................................................................................................................................................17

Résumé
de
l'activité ............................................................................................................................................................17

Affordances
de
l'activité ...................................................................................................................................................18

Degré
de
centralité
de
l'activité ....................................................................................................................................18

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................18

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................19

Application
pédagogique
3..............................................................................................................................................19

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Écrire: .......................................................................................................................20

ACTIVITÉ
LIRE ..........................................................................................................................................................................22

Résumé
de
l'activité ............................................................................................................................................................22

Affordances
de
l'activité ...................................................................................................................................................22

Degré
de
centralité
de
l'activité́ ....................................................................................................................................22

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................22

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................23

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Lire:............................................................................................................................23

ACTIVITÉ
DISCUTER ................................................................................................................................................................26

Résumé
de
l’activité ............................................................................................................................................................26

Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................27

Degré
de
centralité
de
l’activité ....................................................................................................................................27

Applications
pédagogiques
1..........................................................................................................................................27

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................28

Application
pédagogique
3..............................................................................................................................................28

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Discuter: ..................................................................................................................29

ACTIVITÉ
NAVIGUER ...............................................................................................................................................................30

Résumé
de
l’activité ............................................................................................................................................................30

Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................30

Degré
de
centralité..............................................................................................................................................................30

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................31

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................31

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Naviguer:.................................................................................................................32

ACTIVITÉ
SPEAK .......................................................................................................................................................................33

Résumé
de
l'activité ............................................................................................................................................................33

Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................33

Degré
de
centralité
de
l'activité ....................................................................................................................................33

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................33







Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................34

Application
pédagogique
3..............................................................................................................................................34

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Speak.........................................................................................................................35

ACTIVITÉ
ENREGISTRER .........................................................................................................................................................36

Résumé
de
l'activité ............................................................................................................................................................36

Affordances
de
l'activité ...................................................................................................................................................36

Degré
de
centralité..............................................................................................................................................................37

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................37

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................37

Application
pédagogique
3..............................................................................................................................................38

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Enregistrer .............................................................................................................39

ACTIVITÉ
DESSINER ................................................................................................................................................................41

Résumé
de
l’activité ............................................................................................................................................................41

Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................41

Degré
de
centralité
de
l’activité ....................................................................................................................................42

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................42

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................43

Application
pédagogique
3..............................................................................................................................................44

Le
guide
d’utilisation
de
l’activité
Dessiner..............................................................................................................45

ACTIVITÉ
CALCULER ...............................................................................................................................................................47

Résumé
de
l’activité ............................................................................................................................................................47

Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................47

Degré
de
centralité
de
l’activité ....................................................................................................................................47

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................48

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................48

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Calculer....................................................................................................................49

ACTIVITÉ
RULER ......................................................................................................................................................................50

Résumé
de
l'activité ............................................................................................................................................................50

Affordances
de
l'activité ...................................................................................................................................................50

Degré
de
centralité
de
l'activité ....................................................................................................................................51

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................51

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................51

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Ruler..........................................................................................................................52

ACTIVITÉ
MÉMORISER ............................................................................................................................................................53

Résumé
de
l'activité ............................................................................................................................................................53

Affordances
de
l'activité ...................................................................................................................................................54

Degré
de
centralité
de
l'activité ....................................................................................................................................54

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................54

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................55

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Mémoriser...............................................................................................................55

ACTIVITÉ
DISTANCE ................................................................................................................................................................58

Résumé
de
l’activité ............................................................................................................................................................58

Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................58

Degré
de
centralité
de
l’activité ....................................................................................................................................58

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................58

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................59

Application
pédagogique
3..............................................................................................................................................60

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Distance ...................................................................................................................60

ACTIVITÉ
MESURE ...................................................................................................................................................................61

Résumé
de
l’activité ............................................................................................................................................................61







Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................62

Degré
de
centralité
de
l’activité ....................................................................................................................................62

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................62

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Mesure......................................................................................................................63

ACTIVITÉ
SCRATCH ..................................................................................................................................................................64

Résumé
de
l'activité ............................................................................................................................................................64

Affordances
de
l'activité ...................................................................................................................................................64

Degré
de
centralité
de
l'activité ....................................................................................................................................65

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................65

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................66

Application
pédagogique
3..............................................................................................................................................66

Guide
d'utilisation
de
l’activité
Scratch .....................................................................................................................67

ACTIVITÉ
LUNE ........................................................................................................................................................................69

Résumé
de
l'activité ............................................................................................................................................................69

Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................69

Degré
de
centralité
de
l'activité ....................................................................................................................................70

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................70

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................71

Application
pédagogique
3..............................................................................................................................................71

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Lune...........................................................................................................................72

ACTIVITÉ
IMPLODE ..................................................................................................................................................................74

Résumé
de
l’activité ............................................................................................................................................................74

Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................74

Degré
de
centralité
de
l’activité ....................................................................................................................................74

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................75

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................75

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Implode ....................................................................................................................75


ACTIVITÉ
TAM‐TAM
MINI .....................................................................................................................................................77

Résumé
de
l’activité ............................................................................................................................................................77

Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................77

Degré
de
centralité
de
l’activité ....................................................................................................................................78

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................78

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................78

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Tam­Tam
Mini ......................................................................................................79

ACTIVITÉ
TAM‐TAM
JAM ........................................................................................................................................................80

Résumé
de
l’activité ............................................................................................................................................................80

Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................80

Degré
de
centralité
de
l’activité ....................................................................................................................................80

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................81

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................81

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Tam­Tam
Jam .......................................................................................................81

ACTIVITÉ
TAM‐TAM
EDIT ......................................................................................................................................................83

Résumé
de
l’activité ............................................................................................................................................................83

Affordances
de
l’activité ...................................................................................................................................................83

Degré
de
centralité
de
l’activité ....................................................................................................................................84

Application
pédagogique
1..............................................................................................................................................85

Application
pédagogique
2..............................................................................................................................................85

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Tam­Tam
Edit.......................................................................................................85

CONCLUSION .............................................................................................................................................................................89







CHAPITRE
3.......................................................................................................................................................... 90

INTRODUCTION.........................................................................................................................................................................90

PROJET
1
:
L’HERBIER
À
L’ÉCOLE .........................................................................................................................................90

PROJET
2
:
LUTTE
CONTRE
L’INSALUBRITÉ ........................................................................................................................93

PROJET
3
:
LES
BARS
ET
MOI..................................................................................................................................................95

PROJET
4
:
LES
LANGUES
NATIONALES ................................................................................................................................98

CONCLUSION
GÉNÉRALE................................................................................................................................100

LEXIQUE ..............................................................................................................................................................102











Avant‐propos

La
 loi
 16/66
 du
 9
 août
 1966
 portant
 organisation
 de
 l’enseignement
 en
 République

Gabonaise,
en
son
article
3
stipule
que
«
l’enseignement
doit
assurer
la
formation
physique,

intellectuelle,
 morale
 et
 civique
 du
 futur
 citoyen
 [...]
 »
 En
 son
 article
 5,
 on
 peut
 lire
 «
 les

méthodes
 d’enseignement
 utiliseront
 tous
 les
 moyens
 modernes
 appropriés
 en
 plus
 des

cours
 magistraux.
 Les
 programmes
 seront
 établis
 en
 fonction
 des
 conditions
 sociales
 et

économiques
 et
 de
 leur
 évolution
 ».
 Afin
 de
 s’arrimer
 à
 ces
 exigences,
 les
 finalités

pédagogiques
 de
 l’école
 gabonaise
 portent
 sur
 les
 objectifs
 d’intégration
 (en
 reference
 à

l’instauration
de
l’aproche
par
les
compétences
de
base.

Depuis
 les
 années
 1990,
 ces
 orientations
 tentent
 d’asseoir
 des
 savoirs,
 des
 savoir‐faire
 et

des
 savoirs‐être
 essentiels
 à
 l’instruction,
 à
 l’éducation
 et
 à
 la
 formation
 de
 tout
 citoyen,

acteur
du
développement.
De
fait,
l’intégration
des
TIC
dans
le
système
scolaire
n’est
plus
à

démontrer
 vues
 les
 multiples
 initiatives
 entreprises
 par
 le
 politique
 à
 ce
 sujet.
 C’est
 la

raison
 pour
 laquelle
 la
 communauté
 étudiante
 au
 Master
 en
 Science
 de
 l’Éducation
 de

l’Université
 Laval
 du
 Québec
 en
 collaboration
 avec
 l’École
 Normale
 Supérieure
 (ENS)
 de

Libreville,
 propose
 un
 guide
 d’implantation
 pédagogique
 du
 XO1
 qui
 s’adresse

particulièrement
 aux
 enseignants
 et
 enseignantes
 ainsi
 qu’aux
 futurs
 enseignants
 et

enseignantes
 du
 primaire,
 quelque
 soit
 la
 classe
 tenue
 et
 les
 activités
 pédagogiques

envisagées.

L’objectif
 de
 ce
 guide
 est
 de
 contribuer
 à
 l’intégration
 effective
 des
 XO
 dans
 le
 système

éducatif
gabonais
en
commençant
par
l’enseignement
primaire.

Ce
guide
pédagogique
informe
l’enseignant
et
lui
sert,
selon
les
activités
du
XO,
de
repère

d’animation
de
la
classe.
Il
peut
y
trouver
des
pistes
d’activités
autour
des
différents
thèmes

contenus
dans
les
curricula
de
l'école
primaire
gabonaise.

Il
 pourra
 également
 intéresser
 le
 politique
 en
 vue
 d’asseoir
 une
 politique
 éducative
 qui

prône
le
renforcement
des
capacités
d’alphabétisation
technologique,
d’approfondissement

des
connaissances
et
de
la
création
des
savoirs,
approches
proposées
et
soutenues
par
les

Standards
UNESCO
de
competences
TIC
des
enseignants.


Enfin,
 ce
 guide
 pédagogique
 pourra
 favoriser
 chez
 l’élève
 place
 au
 centre
 de
 toutes
 les

activités
 d’apprentissage,
 le
 développement
 des
 compétences
 interdisciplinaires
 liées
 à
 la

vie
courante
;
lui
qui
est
placé
au
centre
de
toutes
les
activités
effectuées
dans
le
cadre
de

l’apprentissage.


























































1Petit
ordinateur
vert
produit
par
la
fondation
One
Laptop
per
Child
(OLPC),
selon
le
concept
de
Nicholas

Negroponte.








Introduction

Depuis
des
années,
le
Gabon
s'est
résolument
engagé
dans
la
lutte
contre
la
pauvreté.
De
ce

fait,
il
a
placé
au
rang
de
ses
priorités
nationales
«Une
éducation
de
qualité
pour
tous».

Le
renforcement
et
la
révision
des
contenus
d'enseignement,
ainsi
que
la
réactualisation
des

mécanismes
d'évaluation
des
apprenants
entrepris
dans
le
primaire
sont
la
démonstration

de
cette
résolution.

Dans
 une
 telle
 perspective,
 l'intégration
 du
 XO
 dans
 le
 système
 éducatif
 gabonais
 doit
 se

faire
en
respectant
les
curricula
mis
en
place
sur
la
base
des
compétences
à
développer.

En
 effet,
 les
 nouveaux
 programmes
 de
 l'école
 primaire
 gabonaise
 prévoient
 le
 profil
 de

compétences
 de
 la
 personne
 à
 former,
 c'est‐à‐dire
 au
 terme
 d'un
 cycle
 d'apprentissage

considérer
 chez
 l'apprenant
 sa
 capacité
 à
 réaliser
 une
 tâche
 ou
 à
 résoudre
 des
 situations

problèmes
de
façon
adéquate,
en
utilisant
des
savoirs
pertinents
et
en
incluant
également

les
dimensions
cognitive,
affective,
psychomotrice
et
sociale.
Dans
ce
cas,
l'élève
apprend
à

intégrer
ses
acquis
en
français,
en
mathématiques
et
en
éveil
dans
des
situations
de
la
vie

courante.
 Le
 XO,
 de
 par
 sa
 configuration,
 en
 ce
 sens
 qu'il
 montre
 l'élève
 au
 centre
 et
 ses

apprentissages
tout
autour
de
lui,peut
aider
l'élève
à
mieux
renforcer
ses
acquis.

De
 ce
 fait,
 la
 plus
 value
 du
 XO
 dans
 le
 contexte
 de
 l'APC
 se
 situe
 essentiellement
 à
 trois

niveaux:
donner
du
sens
aux
apprentissages,
rendre
les
apprentissages
plus
efficaces,
fixer

davantage
les
acquis.
Le
XO
peut
être
considéré
selon
le
cycle
comme
un
support
didactique

en
rapport
avec
le
cahier
de
situations
cibles
de
l'élève
et
le
module
d'intégration
et
ainsi

s'arrimer
 au
 fonctionnement
 de
 l'APC.
 Puisque
 l'approche
 par
 les
 compétences
 vise
 chez

l'enfant
 un
 comportement
 de
 résolution
 de
 problèmes
 en
 situation,
 le
 XO
 va
 intégrer
 le

processus
 d'apprentissage
 en
 tant
 qu'outil
 méthodologique
 supplémentaire.
 Dans
 cette

perspective,
 le
 rappel
 du
 fonctionnement
 de
 l'APC
 et
 de
 ses
 outils
 méthodologiques

permettra
de
préciser
l'adéquation
du
XO.

En
effet,
l'approche
par
les
compétences
vise
à
donner
du
sens
aux
apprentissages
à
travers

un
cadre
de
résolution
des
problèmes
significatifs
(situation
problèmes
cibles),
l'utilisation

des
grilles
de
critères
d'évaluation
fiables,
objectives
et
personnalisées
et
à
travers
l'emploi

d'une
planification
aérée,
cohérente
et
adaptée
au
contexte.
Sur
le
plan
des
outils,
on
relève

l'existence
 des
 outils
 méthodologiques
 et
 des
 supports
 physiques.
 Les
 premiers
 couvrent

les
 aspects
 de
 contenu
 d'apprentissage
 (savoirs,
 savoir‐faire,
 savoir‐être),
 d'exemples

d'activités,
 de
 situation
 problème
 (problème
 lié
 à
 la
 vie
 courante
 donc
 complexe
 et

significatif
 pour
 l'apprenant,
 mobilisant
 un
 ensemble
 de
 ressources,
 de
 savoirs,
 de
 savoir‐
faire,
de
savoir‐être).
Les
seconds
regroupent
entre
autres
le
curriculum
(ensemble
formé

par
les
finalités,
les
contenus,
les
compétences,
les
méthodes
pédagogiques
et
les
modalités

d'évaluation
 d'un
 cursus
 de
 formation);
 le
 guide
 d'intégration
 (ensemble
 d'orientations

pédagogiques
mis
à
la
disposition
de
l'enseignant
pour
pouvoir
évaluer
l'enfant;
le
cahier
de

situation
(dans
lequel
sont
consignées
les
activités
prévues
pour
l'intégration).
Le
XO
selon

sa
conception
condense
ces
différentes
composantes
aussi
bien
en
matière
de
fonctionnalité

qu'au
 niveau
 de
 la
 mise
 en
 œuvre
 des
 activités
 rendues
 perceptibles
 au
 regard
 des

différentes
 affordances
 explicitées
 au
 chapitre
 premier
 de
 ce
 guide.
 Le
 XO
 pourrait
 être







utilisé
 aussi
 bien
 dans
 les
 exercices
 d'entraînement
 que
 dans
 la
 résolution
 des
 situations

problèmes
lors
de
l'intégration.
Autrement
dit,
les
exercices
d'application
et
les
situations

problèmes
seront
mis
sur
la
clef
USB
par
le
maître
afin
que
l'apprenant
au
terme
d'un
cycle

d'apprentissage
 s'en
 serve.
 Les
 supports
 physiques
 actuels
 peuvent
 servir
 de
 repère
 pour

toutes
ces
créations.

Le
 présent
 guide2
 peut
 être
 exploité
 par
 les
 enfants
 scolarisés
 et
 par
 les
 adultes

utilisateurs
du
XO
lors
de
la
formation
des
personnes
ressources
qui
vont
être
des
experts

pour
 former
 un
 grand
 nombre
 d'éducateurs.
 Il
 présente
 dans
 ses
 dernières
 pages
 un

lexique
 non
 exhaustif
 et
 est
 composé
 essentiellement
 de
 trois
 chapitres
 qui

respectivement
 retracent
 d'abord
 le
 contexte
 d'intégration
 des
 TIC
 en
 milieu
 scolaire
 à

partir
du
XO
et
la
nécessité
de
leur
usage
dans
toutes
les
sociétés
modernes
qui
aspirent
à

un
 développement
 tout
 azimut,
 en
 prenant
 en
 compte
 les
 finalités
 éducatives
 de
 chaque

nation.
 Ensuite,
 il
 contient
 une
 large
 description
 des
 activités
 exploitables
 en

apprentissage
 et
 indique
 les
 applications
 pédagogique
 susceptibles
 d'être
 réalisées
 à

l'école
 gabonaise
 conformément
 aux
 curricula.
 Et
 enfin,
 le
 dernier
 chapitre
 constitue
 un

tremplin
d'exploration
de
la
pédagogie
du
projet
lors
de
l'usage
du
XO.
Ces
projets
dont
les

thèmes
sont
localisés
permettent
d'évoquer
les
pistes
de
solutions
aux
problèmes
concrets

de
l'environnement
de
l'élève
gabonais.

Chapitre
1

Partant
du
constat
que
les
technologies
de
l’information
et
de
la
communication
sont
d’un

enjeu
 considérable
 et
 omniprésent
 au
 21e
 siècle,
 où
 elle
 à
 d'ailleurs
 envahit
 tous
 les

secteurs.
 L'informatique
 devient
 de
 ce
 fait
 un
 outil
 permettant
 et
 favorisant

l'approfondissement
et
la
création
du
savoir.
L’école
institution
chargée
de
la
formation
des

futurs
citoyens
s’y
est
ainsi
ouverte
avec
l'ambition
de
se
familiariser
avec
cet
outil.
Dans
les

classes,
les
initiatives
ont
fleuri,
et
cela,
avant
que
les
instructions
officielles
ne
consacrent

les
TIC
en
milieu
scolaire.
Aujourd’hui,
ces
outils
sont
devenus
incontournables,
au
point
où

on
 n’envisage
plus
une
société
«
moderne
»
sans
ces
derniers.
Les
TIC
ont
fait
une
entrée

spectaculaire
 dans
 le
 milieu
 éducatif
 au
 point
 de
 devenir
 un
 outil
 d’enseignement
 et

d’éducation
avec
lequel
il
faut
conjuguer
si
nous
ne
voulons
pas
nous
retrouver
à
la
traîne

dans
l’évolution
et
le
développement
du
monde
de
l’éducation.
C’est
dans
ce
contexte
que
la

maîtrise
 des
 TIC
 et
 plus
 particulièrement
 celle
 du
 micro‐ordinateur
 aussi
 bien
 pour
 les

enseignants
que
pour
les
élèves
en
contexte
constitue
une
question
d’importance.
Le
sens

de
l'avènement
du
XO
au
primaire
réside
de
ce
fait
dans
l'initiation
des
élèves
à
la
culture
de

la
création
des
connaissances
dès
les
premières
années
de
leur
scolarité.
Nous
nous
posons

cependant
la
question
de
savoir,
quelle
serait
la
pertinence
de
l’introduction
des
TIC
dans

les
 méthodes
 pédagogiques,
 mais
 aussi
 dans
 les
 méthodes
 d’enseignement
 et

d’apprentissage
?
Pour
ce
faire,
nous
entreverrons
:

‐
les
finalités
éducatives
;


























































2
Qui
demande
à
être
amélioré
par
toutes
contributions
pédagogiques.








‐
la
métaphore
inspirant
le
design
du
système
d’exploitation
XO
;

‐
les
éléments
de
pertinence
et
de
contrainte
liés
à
l’introduction
de
l’outil
informatique
en

contexte
scolaire.

Les
finalités
éducatives

Dans
la
loi
16/66
du
9
août
1966:

En
son
article
5e,
cette
même
loi
stipule
que
«
les
méthodes
d’enseignement
utiliseront
tous

les
 moyens
 modernes
 appropriés
 en
 plus
 des
 cours
 magistraux.
 Les
 programmes
 seront

établis
en
fonction
des
conditions
sociales
et
économiques
et
de
leur
évolution
».

La
 loi16/66
 du
 9
 août
 1966
 portant
 organisation
 de
 l’enseignement
 au
 Gabon,
 stipule
 en

son
 article
 3e
 que
 :
 «
 l’enseignement
 doit
 assurer
 la
 formation
 physique,
 intellectuelle,

morale
 et
 civique
 du
 futur
 citoyen.
 Il
 doit
 contribuer
 à
 l’unité
 nationale
 et
 à
 la
 cohésion

sociale,
 grâce
 à
 une
 information
 et
 à
 une
 information
 réciproque
 avec
 les
 autres
 corps
 de

l’État
 ».
 L’éducation
 doit
 donc
 assurer
 à
 l’individu
 une
 formation
 multidimensionnelle.
 La

politique
 éducative
 au
 Gabon
 vise
 ainsi
 le
 développement,
 l’intégration
 sociale
 et

économique
du
citoyen.
Elle
doit
rendre
l’élève
capable
de
développer
sa
curiosité
à
l’égard

de
la
société
et
du
monde
qui
l’entoure
par
une
meilleure
ouverture
d’esprit,
mais
aussi
à

participer
au
développement
économique
et
social
de
son
pays.

En
 son
 article
 5e,
 cette
 même
 loi
 (16/66)
 stipule
 que
 «
 les
 méthodes
 d’enseignement

utiliseront
tous
les
moyens
modernes
appropriés
en
plus
des
cours
magistraux.
En
cela,
les

TIC,
constitue
une
bonne
réponse
à
ces
attentes.
C’est
dans
cette
optique
que
les
politiques

éducatives
 prônent
 le
 renforcement
 des
 enseignements
 technologiques,
 mais
 aussi

l’insertion
 de
 l’outil
 informatique
 en
 milieu
 scolaire.
 L’intégration
 des
 TIC
 en
 contexte

scolaire
ne
fait
l’objet
d'aucunes
contestation
au
Gabon,
à
en
juger
par
les
nombreux
projets

entrepris.

L’école
gabonaise
se
doit
de
former
des
citoyens
épanouis,
capables
de
maîtriser
un
certain

nombre
de
connaissances
(scientifiques,
techniques)
afin
de
s’insérer
dans
le
tissu
social
et

économique,
et
ainsi
de
participer
au
développement
économique
et
social.
Elle
doit
former

des
femmes
et
des
hommes
ayant
le
sens
des
responsabilités,
capables
d’agir,
d’inventer
et

de
 créer
 dans
 tous
 les
 domaines.
 L’éducation
 doit
 préparer
 le
 citoyen
 à
 faire
 face
 aux

besoins
 des
 technologies
 nouvelles
 qu’exige
 le
 développement
 d’un
 pays
 à
 un
 moment

donné.

Les
 curricula
 visent
 à
 asseoir
 les
 savoirs,
 les
 savoirs‐faire,
 et
 des
 savoirs‐être
 essentiels
 à

l’instruction,
 à
 l’éducation
 et
 à
 la
 formation
 du
 citoyen,
 acteur
 du
 développement.
 Ces

curricula
visent
à
aider
les
élèves,
non
seulement
à
construire
une
gamme
de
connaissances

interdisciplinaires
 en
 vue
 de
 faire
 de
 lui
 un
 acteur
 compétent,
 capable
 de
 contribuer
 au

développement
 socio‐économique
 de
 la
 nation,
 de
 faire
 face
 aux
 éventuels
 problèmes

susceptibles
d'entraver
ce
développement.









Tels
 que
 définis,
 les
 objectifs
 et
 les
 finalités
 du
 système
 éducatif
 gabonais
 font
 une
 large

place
 à
 l’introduction
 d’un
 projet
 tel
 que
 celui
 du
 XO,
 dans
 la
 mesure
 où
 l’heure
 est
 aux

réformes.
L’intégration
des
TIC
en
contexte
scolaire
est
une
volonté
des
pouvoirs
politiques

du
 Gabon,
 à
 en
 juger
 par
 les
 nombreux
 projets
 entrepris
 dans
 ce
 sens.
 Ce
 projet

d’intégration
progressive
des
TIC
en
contexte
scolaire
se
propose
de
redéfinir
la
place
et
le

rôle
de
l’outil
informatique,
qui
pourraient
être
un
plus
pour
les
processus
mentaux
au‐delà

de
 son
 caractère
 instrumental,
 en
 exerçant
 son
 influence
 sur
 nos
 modes
 de
 pensée
 et

d’apprentissage.
À
ce
propos,
les
échecs
des
tentatives
d’introduction
de
l’outil
informatique

en
contexte
scolaire,
notamment
celle
de
2001
pourrait
s’explique
par
une
désarticulation

entre
les
TIC
et
les
curricula.
L’introduction
du
XO
en
contexte
scolaire,
notamment
dans
les

écoles
primaires
s’inscrit
dans
le
but
de:
«
créer
une
différence
sur
le
plan
de
l’éducation
en

permettant
 aux
 enseignants
 et
 enseignantes,
 de
 même
 qu’aux
 élèves
 de
 transformer
 leur

rapport
au
savoir
»
(Désautels,
2008).

À
partir
de
ce
moment,
il
serait
intéressant
de
s’intéresser
un
tant
soit
peu
à
la
métaphore

qui
 a
 inspiré
 le
 design
 du
 système
 d’exploitation
 XO.
 Car,
 il
 faut
 le
 dire,
 cette
 conception

répond
 de
 manière
 pertinente
 aux
 attentes
 du
 cadre
 conceptuel
 des
 théories
 qui
 sous‐
tendent
les
nouvelles
méthodes
et
théories
d’enseignement.

La
métaphore
inspirant
le
design
du
système
d’exploitation
du
XO
 

La
conception
du
XO
répond
à
un
certain
nombre
d’exigence
et
de
besoin
en
ce
sens
qu’il

présente
une
fusion
des
théories
pédagogiques
actives.
Le
design
du
système
d’exploitation

du
 XO
 s’inspire
 des
 méthodes
 à
 la
 fois
 constructiviste,
 socio‐
 constructiviste,
 et

constructioniste.
Il
place
l’élève
au
centre
du
processus
d’apprentissage.
Si
l’on
se
réfère
à
la

conception
constructioniste
de
Papert
(1981),
le
XO
est
conçu
pour
être
utilisé
dans
le
but

d’améliorer
les
apprentissages
chez
l'élève,
et
même
si
nous
ne
pouvons
pas
affirmer
qu'il

en
 sera
 de
 même
 pour
 les
 méthodes
 d’enseignement,
 nous
 pensons
 cependant
 que
 la

posture
 méthodologique
 derrière
 la
 conception
 du
 XO
 (le
 constructivisme
 et
 le

socioconstructivisme).
 Produit
 du
 constructivisme,
 le
 XO
 place
 l’apprenant
 au
 centre
 des

activités
 comme
 le
 prône
 Piaget
 :
 ses
 affordances
 amènent
 l’apprenant
 à
 construire
 sa

propre
connaissance
grâce
aux
activités
que
le
concepteur
lui
propose
exemple
l’activité
«

dessiner
 ».
 Comme
 produit
 du
 socioconstructivisme,
 il
 permet
 à
 l’apprenant
 de
 réaliser

certaines
 activités
 en
 synchronisé,
 exemple,
 les
 fonctions
 «
 discuter
 »ou
 «
 écrire
 »
 qui

mettent
en
inter
action
l’apprenant
et
les
autres,
intégrant
ainsi
la
vision
vigotskienne.

Le
design
du
système
d’exploitation
XO
est
comparable
à
une
caisse
à
outils.
Autrement
dit,

une
 boite
 contenant
 des
 activités
 permettant
 à
 l’élève
 de
 construire
 son
 savoir.
 Le
 projet

éducationnel
 proposé
 (le
 XO)
 répond
 au
 besoin
 d’entraîner
 les
 acteurs
 d’une
 classe
 à
 une

logique
 collaborative
 différente
 de
 la
 logique
 individualiste
 dominante
 dans
 le
 système

éducatif
 gabonais.
 Le
 XO
 s’inscrit
 dans
 la
 mouvance
 des
 découvertes
 en
 neuroscience
 qui

ont
 mis
 en
 évidence
 la
 relation
 entre
 l’âge
 et
 le
 processus
 d’apprentissage
 :
 plus
 on
 est

exposé
 tôt
 à
 un
 apprentissage,
 plus
 on
 a
 des
 chances
 de
 l’apprendre,
 et
 de
 le
 maîtriser

(OCDE,
 2008).
 Cela
 relève
 comme
 susmentionnée
 des
 théories
 constructioniste,

constructiviste
et
socioconstructiviste.







Cet
 outil
 favorise
 la
 création
 des
 connaissances
 chez
 l’élève
 en
 rapport
 avec
 son

environnement
 et
 par
 des
 échanges
 avec
 d’autres
 sujets.
 Ces
 théories
 de
 l’apprentissage

accordent
donc
une
large
place
à
la
collaboration
à
laquelle
réfèrent
les
finalités
évoquées

supra.
 La
 métaphore
 de
 la
 présentation
 circulaire
 des
 activités
 offertes
 par
 le
 XO
 et
 la

position
 centrale
 de
 l’apprenant
 permet
 à
 ce
 dernier
 de
 recourir
 à
 des
 activités
 d’une

grande
variété.
Il
peut
ainsi
les
solliciter
et
aussi
les
partager
avec
ses
pairs,
l’enseignant
ou

l’enseignante
à
tout
moment,
développant
ainsi
certaines
compétences
:
la
collaboration
et

le
partage
‐
pour
ne
citer
que
celles‐là
‐
en
interagissant
avec
tout
son
environnement.
Le

savoir
qu’il
se
forge
devient
un
savoir
construit
et
non
enseigné.

Dans
 une
 salle
 de
 classe,
 l’enseignant
 qui
 se
 réclame
 du
 constructivisme
 ou
 du

socioconstructivisme
doit
tenir
compte
des
écarts
entre
les
différents
contextes
et
favoriser

un
 rapport
 dynamique
 au
 savoir,
 c'est‐à‐dire
 faire
 réfléchir
 les
 élèves,
 les
 amener
 à

construire
des
raisonnements,
mais
aussi
des
savoirs
et
le
XO
rentre
dans
cette
perspective.

Les
éléments
de
pertinence

Le
système
éducatif
gabonais
ne
peut
évoluer
en
vase
clos,
en
cela,
il
se
doit
de
s’ouvrir
et
de

se
 conformer
 aux
 standards
 internationaux
 tels
 que
 préconisés
 par
 l’UNESCO
 et
 l’OCDE.

Selon
l’OCDE,
le
XO
permettra
à
l’élève
d’avoir
accès
à
un
apprentissage
personnalisé
‐
sur

mesure
 ‐,
 notamment
 en
 augmentant
 ses
 possibilités
 de
 reformulation
 sur
 des
 questions

d’apprentissage
directes
soit
vers
les
pairs,
soit
vers
l’enseignant.
Il
y
a
intensification
des

interactions.

L’introduction
 du
 XO
 en
 phase
 avec
 les
 projets
 de
 l’UNESCO
 et
 de
 l’OCDE
 met
 un
 accent

particulier
sur
la
réduction
de
la
pauvreté
et
l’amélioration
de
la
qualité
de
la
vie
en
mettant

en
 relation
 TIC,
 réforme
 éducative
 et
 croissance.
 Par
 ailleurs,
 la
 magie
 du
 XO
 permet
 à

l’apprenant
de
collaborer
avec
d’autres
acteurs
de
son
environnement
immédiat
à
travers

′′le
réseau
maillé′′,
mais
surtout
de
solliciter,
via
Internet
des
personnes
appartenant
à
des

univers
plus
lointains.
Le
XO
est
pour
l’enseignant,
mais
aussi
pour
l’élève
un
outil
de
travail

efficace
 comme
 l’indique
 la
 métaphore
 du
 livre
 électronique,
 bien
 plus
 attrayant
 que
 les

types
de
supports
traditionnels.
Dans
ce
sens,
les
banques
de
données
et
d’activités
du
XO

seraient
plus
abordables
en
terme
de
coût
par
rapport
à
la
constitution
des
bibliothèques,
à

leur
gestion
et
renouvellement
régulier.
De
même
pour
l’élève,
son
attitude
face
au
XO
sera

différente
 que
 celle
 qu’il
 a
 face
 aux
 outils
 traditionnels
 (cahiers,
 ardoises,
 livres,
 etc.),
 car

plus
 attrayante.
 Selon
 les
 résultats
 du
 programme
 PISA
 qui
 montrent
 «
 une
 coopération

positive
 entre
 la
 performance
 des
 élèves
 et
 leur
 attitude
 vis‐à‐vis
 de
 l’apprentissage
 »

(EDU/CERI/CD,
2008).
Avec
le
XO,
l’élève
peut
juger
ses
capacités
et
évaluer
ses
acquis
en

même
 temps
 que
 l’apprentissage
 (évaluation
 formative)
 au
 lieu
 d’attendre
 l’évaluation

sommative.

Pour
le
système
éducatif
gabonais,
les
tics
sont
un
bon
levier
pour
faire
évoluer
l’école,
tant

au
niveau
de
la
construction
des
savoirs
qu’au
niveau
de
la
communication
de
ces
derniers.

Le
 XO
 favoriserait
 la
 personnalisation
 de
 la
 formation
 qui
 s’écarterait
 de
 la
 pédagogie

d’ensemble
 de
 la
 salle
 de
 classe.
 Son
 usage
 faciliterait
 le
 travail
 en
 groupe
 et
 impliquerait

des
initiatives
et
des
responsabilités
individuelles
et
collectives.
Les
TIC
déplacent
le
temps

et
le
lieu
de
l’école
(connectivité
permanente,
accompagnement
à
tout
moment,
information







illimitée)
 et
 peuvent
 ainsi
 l’amener
 et
 la
 situer
 « partout
 
 ».
 Ils
 changent
 le
 rapport
 au

savoir
et
la
place
de
l’enseignant
dans
la
classe.

L’utilisation
 du
 XO
 bousculerait
 l’organisation
 de
 l’école
 telle
 que
 nous
 la
 connaissons

aujourd’hui
dans
:
ses
contenus
étudiés,
les
formes
de
travail
des
élèves
et
des
enseignants.

Cela
induirait
certainement
un
nombre
d’avantages
et
de
contraintes.

Les
contraintes
avec
lesquelles
composer

Si
 l’introduction
 de
 l’outil
 informatique
 (XO)
 en
 milieu
 scolaire
 offre
 un
 certain
 nombre

d’avantages
non
négligeables,
il
serait
utopique
de
dire
qu’elle
n’induira
aucune
contrainte.

En
effet,
l’école
gabonaise
soufre
de
certains
maux
:
effectifs
pléthoriques
(60‐100
élèves)
;

manque
 de
 matériel
 didactique,
 insuffisance
 d’enseignants
 et
 d’enseignantes
 ;
 disparités

entre
 les
 établissements
 ;
 disparité
 dans
 le
 traitement
 des
 enseignants
 et
 enfin
 le
 laxisme

des
 pouvoirs
 publics
 quant
 à
 la
 mise
 en
 œuvre
 et
 à
 l’application
 des
 réformes.
 Ces

contraintes
susmentionnées
ne
militeraient
pas
en
faveur
d’une
meilleure
intégration
du
XO

en
contexte
scolaire
gabonais.

Comment
 l’enseignant
 pourrait‐il
 par
 exemple
 initier
 au
 XO
 une
 centaine
 d’élèves

simultanément
?
Chaque
enfant
peut‐il,
dans
ces
conditions,
disposer
d’un
ordinateur
?
En

parlant
 de
 l’obsolescence
 des
 structures
 d’accueil
 de
 nos
 écoles,
 comment
 utiliser
 le
 XO

dans
des
classes
manquant
parfois
du
strict
minimum
–
électricité
‐?

Enfin
et
surtout,
il
importe
d’aborder
le
travail
en
groupe
dont
le
XO
se
fait
le
promoteur.

Comment
assurer
le
passage
de
la
réussite
collective
à
la
réussite
individuelle
?
En
effet,
les

performances
 collectives
 peuvent
 être
 possibles
 sans
 que
 les
 individus
 partenaires
 de
 ces

interactions
 progressent
 lors
 d’un
 travail
 ultérieur.
 Il
 faut,
 pour
 paraphraser
 Vygotski,

attendre
que
le
processus
interindividuel
se
transforme
en
un
processus
intrapersonnel.

Il
faut
aussi
relever
les
réticences
des
enseignants
enfermés
dans
des
paradigmes
dont
ils

ne
 veulent
 pas
 se
 défaire
 et
 les
 réticences
 des
 pouvoirs
 politiques
 qui
 acceptent

difficilement,
 voire
 rarement
 les
 initiatives
 novatrices
 arrivant
 de
 la
 base.
 De
 même,
 le

Ministère
 de
 l'Éducation
 nationale
 semble
 avoir
 condamné
 l’enseignant
 au
 statut
 trop

réducteur
d’exécutant
de
programmes
lui
refusant
ainsi
toute
initiative
personnelle.

L’intégration
 du
 XO
 à
 l’environnement
 scolaire
 nécessitera
 de
 la
 par
 des
 enseignants
 et

enseignantes
 un
 regain
 de
 patience
 et
 un
 changement
 de
 posture
 pédagogique.
 Il
 devrait

pouvoir
 accepter
 que
 plusieurs
 tâches
 se
 fassent
 dans
 la
 classe
 de
 manière
 simultanée,
 il

devra
 donc
 faire
 preuve
 d’imagination
 en
 variant
 les
 activités.
 Ce
 projet
 nécessitera

également
de
la
part
des
autorités
politiques
que
soit
adaptée
la
formation
des
enseignants

et
enseignantes
‐
aussi
bien
ceux
du
primaire
que
ceux
du
secondaire
–
aux
postures,
mais

également
 aux
 théories
 qui
 sous‐tendent
 la
 conception
 et
 l’utilisation
 du
 XO
 en
 contexte

scolaire.
En
résumé,
si
l’introduction
du
XO
répond
à
un
véritable
besoin,
elle
nécessite
une

profonde
réflexion
sur
les
finalités,
et
aussi
sur
les
pratiques
pédagogiques
actuelles.

L'intégration
 des
 TIC,
 en
 particulier
 du
 XO
 en
 milieu
 scolaire
 primaire,
 est
 une

préoccupation
 très
 importante.
 Elle
 répond
 aux
 exigences
 actuelles
 en
 matière







d'apprentissage,
 notamment
 celles
 qui
 veulent
 que
 l'apprentissage
 soit
 en
 rapport
 avec

l'âge
comme
cela
est
mis
en
évidence
dans
les
sciences
de
l'apprentissage.

Les
remarquables
travaux
du
CERI
de
même
que
d'autres
études
similaires,
comme
celles

menées
 au
 sein
 de
 l'OCDE,
 plus
 précisément
 du
 point
 de
 vue
 des
 neurosciences,
 l'on

démontré.
 Selon
 ces
 travaux
 et
 études,
 il
 ressort
 que
 «les
 sciences
 de
 l'apprentissage
 ont

également
 mis
 en
 évidence
 la
 relation
 inverse
 existant
 entre
 l'âge
 de
 et
 l'apprentissage

efficace
 de
 divers
 aspects
 linguistique:
 en
 règle
 général,
 plus
 on
 est
 exposé
 très
 tôt
 à
 une

seconde
 ou
 une
 troisième
 langue
 et
 plus
 on
 a
 de
 chances
 de
 l'apprendre»

(EDU/CERI/CD.2008,14).
De
ce
fait,
introduire
l'usage
de
l'ordinateur
à
partir
du
primaire

est
une
initiative
louable
qui
confirmerait
les
conclusions
de
ces
travaux.

Plus
tôt
les
élèves
s'approprieront
l'outil
informatique
(le
XO)
mieux
ils
seront
plus
outillés

en
 ces
 domaines
 et
 pourront,
 plus
 tard,
 développer
 une
 expertise
 à
 partir
 des
 classes
 du

niveau
 secondaire.
 Ils
 l'amélioreraient
 davantage
 une
 fois
 parvenus
 au
 niveau
 supérieur.

Ainsi,
le
Gabon
aurait
la
possibilité
de
réduire
la
fracture
numérique
avec
le
nord.

En
initiant
très
tôt
l'enfant
aux
TIC
et
en
multipliant
des
opportunités
de
manipulation
du

XO
 manipulation
 à
 travers
 des
 situations
 d'apprentissage
 réelles
 dans
 des
 disciplines

variées,
l'apprenant
se
familiariserait
avec
l'outil,
et
l'utiliserait
comme
tout
autre
support

didactique
(cahiers,
livres,ardoise,
carnet
de
notes,etc.).

C'est
 donc
 dans
 le
 but
 de
 faciliter
 l'intégration
 et
 l'utilisation
 du
 XO,
 avec
 toutes
 ses

affordances
 possibles
 et
 dans
 des
 contextes
 variés,
 que
 ce
 chapitre
 2
 présente
 les

différentes
 activités
 disponibles,
 les
 affordances
 et
 applications
 pédagogiques
 possibles

dans
différentes
disciplines
et
niveaux
du
cycle
primaire
et
les
procédures
d'utilisation
de

ces
 activités
 avec
 les
 avantages
 du
 petit
 ordinateur
 vert
 aux
 plans
 pédagogique
 et

didactique.







Chapitre
2

Introduction

Ce
 chapitre
 2
 présente
 les
 différentes
 activités
 du
 XO.
 Elles
 guideront
 à
 la
 fois
 l'élève
 et

l'enseignant
 dans
 les
 diverses
 actions
 pédagogiques
 en
 situation
 de
 classe
 et
 même
 en

dehors
de
cet
environnement
scolaire.

À
cet
effet,
le
XO
contient
au
total
28
activités.
La
question
est
de
savoir
d'abord
ce
qu'est

une
 activité
 dans
 ce
 contexte?
 L'activité
 est
 un
 espace
 bien
 défini,
 par
 exemple,
 l’activité

Dessiner,
 dans
 laquelle
 on
 effectue
 des
 tâches
 bien
 déterminées.
 Ces
 activités
 «
 ont
 été

pensées
 pour
 des
 jeunes
 apprenants
 »
 (Bourdelais,
 2008),
 c'est‐à‐dire
 «
 qu'elles
 sont

utilisables
 primordialement
 dans
 le
 contexte
 scolaire
 »
 (idem).
 Autrement
 dit,
 elles
 sont

conçues
 aussi
 pour
 que
 les
 élèves
 puissent
 travailler
 en
 groupe,
 inviter
 une
 ou
 plusieurs

personnes
 connectées
 en
 réseau
 et
 se
 joindre
 dans
 une
 même
 activité.
 C'est
 en
 cela

qu'intervient
la
perspective
Voisinage
représentée
par
un
cercle
contenant
huit
points
sur

le
clavier
dont
l’accession
est
possible
par
son
activation.

Il
 portera
 aussi
 sur
 la
 classification
 des
 activités
 selon
 les
 curricula
 gabonais.
 Ensuite,
 on

cherchera
 à
 voir
 si
 ces
 activités
 du
 XO
 cadrent
 bien
 avec
 l'approche
 par
 compétences
 de

base
 (APC)
 en
 vigueur
 au
 cycle
 primaire.
 Enfin,
 en
 nous
 appuyant
 sur
 les
 affordances
 des

activités,
 nous
 verrons
 comment
 elles
 permettent
 d'enseigner
 dans
 une
 telle
 approche.

Pour
ce
faire,
nous
procèderons
par
quelques
applications
pédagogiques.

Classification
des
activités

Des
 28
 activités
 continues
 actuellement
 dans
 le
 XO,
 la
 grande
 majorité
 répondent
 aux

orientations
 du
 curriculum
 de
 l'enseignement
 de
 base
 défini
 à
 partir
 des
 compétences
 de


français,
de
mathématiques
et
d’éveil.
Elles
visent
«
à
asseoir
des
savoirs,
des
savoir‐faire
et

des
 savoirs‐être
 essentiels
 à
 l'instruction,
 à
 l'éducation,
 et
 à
 la
 formation
 de
 tout
 citoyen,

acteur
du
développement.»
(IPN,
juin
2004),
d'où
la
classification
suivante
par
niveau
et
par

curricula:

Curricula
 Mathématiques

Années

1re
année

2e
année

3e
année

4e
année

5e
année

•
Speak
(à
partir
de)

•
Implode
(à
partir
de)

Français

Éveil

•
Speak
(à
partir
de)

•
Scratch
(à
partir
de)

•
 Tam‐Tam
 Mini
 (à

partir
de)

•
Mémoriser
(à
partir
de)
 •
Mémoriser
(à
partir
de)
 •
 Dessiner
 (à
 partir



de)

•
Calculer
(à
partir
de)

•
Écrire
(à
partir
de)

•
 Tam‐Tam
 Jam(à

•
Lire
(à
partir
de)

partir
de)

•
 Tam‐Tam
 Edit
 (à

partir
de)

•
Distance
(à
partir
de)

•
Discuter
(à
partir
de)

•
 Naviguer
 (à
 partir

•
Scratch
(à
partir
de)

de)



•Enregistrer
 (à
 partir

de)

•
Lune
(à
partir
de)

•
Mesure
(à
partir
de)

Toutes
les
activités
à
partir
de
la
1re
année







Nous
 tenons
 à
 signaler
 que
 seules
 ces
 activités
 ont
 bénéficié
 d'un
 gabarit
 d'applications

pédagogiques.
 Mais
 le
 XO
 contient
 également
 des
 jeux
 (Maze),
 des
 activités
 en
 anglais

(Wikipedia
 En,
 Help)
 et
 des
 activités
 d'administration
 du
 système
 (Terminal,
 Log,

Analyze).
Il
n'en
demeure
pas
moins
que
l'enseignant
et
les
élèves
pourraient
les
utiliser
si

besoin
il
y
a.

Les
activités
du
XO
au
regard
de
l'approche
par
les
compétences
de
base
(APC)

L'approche
 par
 les
 compétences
 de
 base
 (APC)
 en
 vigueur
 au
 Gabon
 depuis
 2005
 est
 une

approche
 intégrative,
 c'est‐à‐dire
 qu'elle
 admet
 une
 interaction
 entre
 l'élève
 et
 son

environnement.
 L'APC
 permet
 à
 l'élève
 non
 plus
 d'acquérir
 une
 somme
 de
 connaissances

juxtaposées,
 mais
 d'avoir
 un
 comportement
 et
 une
 capacité
 à
 résoudre
 des
 situations

problèmes
dans
la
vie
courante.
Dans
une
perspective
socioconstructiviste,
les
activités
de

l'APC
 cherchent
 à
 rendre
 opérationnel
 dans
 la
 vie
 de
 tous
 les
 jours,
 l’apprenant
 qui
 a
 su

mobiliser
 les
 outils
 nécessaires
 à
 la
 résolution
 des
 situations
 problèmes
 en
 contexte
 de

classe.
 Ainsi,
 il
 nous
 revient
 de
 savoir
 si
 les
 activités
 classifiées
 plus
 haut
 peuvent
 cadrer

avec
cette
approche
à
l’école
au
primaire.

Pour
 cela,
 nous
 vous
 présenterons
 toutes
 les
 activités
 qui
 ont
 fait
 l'objet
 d’investigations

afin
de
dégager
les
différentes
affordances
et
quelques
applications
pédagogiques
que
nous

pouvons
réalisées
avec
elles.

Comprendre
le
modèle
de
présentation
des
activités



Nom
de
l’activité





Résumé
de
l’activité

Une
description
sommaire
de
l’activité
et
de
ses
différentes
fonctions.

Affordances
de
l’activité

Selon
 Gibson
 (1979),
 nous
 pouvons
 définir
 l'affordance
 comme
 une
 capacité
 suggestive

d'action
présente
et
apparente
dans
l'environnement,
c'est‐à‐dire
que,
par
la
façon
dont
ce

dernier
 est
 conçu,
 l'affordance
 suggère
 des
 actions
 possibles
 à
 ceux
 qui
 y
 interagissent.
 Il

précise
 encore
 que,
 pour
 l’utilisateur,
 l’utilité
 de
 l’affordance
 doit
 transparaître,
 donc
 être

émergente.
 Il
 s’agit
 donc
 d’une
 liste
 partielle
 des
 affordances
 identifiées
 par
 notre

communauté
de
personnes‐ressources.













Degré
de
centralité

de
l’activité



Une
 fois
 l’appropriation
 des
 affordances
 des
 activités
 faites,
 notre
 communauté
 de

personnes‐ressources
s’est
penchée
sur
l’intégration
des
activités
aux
curricula
du
système

scolaire
gabonais.
Ainsi,
nous
avons
évalué
sur
une
échelle
numérotée
de
1
à
5
le
degré
de

centralité
de
l’activité
en
question
(1
désignant
une
activité
périphérique
ou
extrascolaire
et

5
désignant
une
activité
centrale
aux
curricula
répondant
aux
objectifs
du
programme).

Applications
pédagogiques

Les
 applications
 pédagogiques
 sont
 des
 suggestions
 illustrées
 des
 façons
 d’utiliser
 les

activités
 du
 XO
 dans
 le
 contexte
 scolaire
 gabonais.
 En
 respect
 avec
 les
 curricula,
 notre

communauté
de
personnes‐ressources
a
élaboré
de
deux
à
trois
applications
pédagogiques

pour
chaque
activité.

Titre
de
l’application
pédagogique

Niveau(x)
:
Niveaux
ciblés
par
l’application
pédagogique


Savoirs
:
Savoirs
abordés
lors
de
l’activité
conformément
aux
curricula.

Savoir­faire
:
 Savoir‐faire
 développés
 ou
 mobilisés
 lors
 de
 l’application
 pédagogique
 de

l’activité
suggérée
conformément
aux
curricula.

Déroulement
:
Une
proposition
du
déroulement
de
l’activité
axé
sur
les
rôles
de
l’enseignant

et
des
élèves.


Guide
d’utilisation
de
l’activité

Guide
sommaire
qui
vous
oriente
dans
l’utilisation
de
l’activité.
Il
vous
accompagnera
dans

fonctionnalités
 nécessaires
 pour
 la
 réalisation
 des
 applications
 pédagogiques.
 Ces
 petits

guides
 d’utilisation
 sont
 complémentaires
 au
 Guide
 d’initiation
 au
 XO
 et
 à
 l’environnement

Sugar
v.8.2.



Activité:
Écrire




Résumé
de
l'activité

L'élève
peut
écrire
différents
textes
en
utilisant
les
touches
du
clavier.

L'activité
 Écrire
 permet
 à
 l'élève
 de
 recopier
 les
 leçons,
 faire
 des
 exercices
 et
 pouvoir
 les

corriger.

Avec
cette
activité,
l'enseignant
peut
facilement
vérifier
ce
que
l'élève
écrit.
Il
peut
insérer

une
image
ou
un
tableau
pour
mieux
expliciter
son
cours.
Transmettre
directement
le
cours

qu'il
veut
proposer
aux
élèves,
ce
qui
sera
un
avantage
en
matière
de
volume
horaire,
en
ce







sens
 que
 le
 temps
 que
 les
 élèves
 prennent
 souvent
 pour
 recopier
 une
 leçon
 sera
 mis
 au

profit
d'une
autre
activité.
Cela
va
également
résoudre
le
problème
de
cahier
et
de
manuel

scolaire.

Affordances
de
l'activité

• L’élève
peut
écrire
différents
textes
(narratif,
explicatif,
descriptif...).

• L’élève
peut
contrôler
ce
qu'il
écrit
et
corriger
les
erreurs
commises.

• L’élève
peut
travailler
avec
d'autres
élèves
(travail
en
groupe
par
exemple).

• L’élève
peut
insérer
des
images
ou
faire
des
tableaux.

• L’élève
peut
décrire
ce
qui
le
fascine
ou
ce
qu'il
imagine.

• L'élève
peut
développer
la
capacité
d'échanger.

• L'élève
 peut
 aussi
 démontrer
 une
 certaine
 maitrise
 de
 la
 langue
 et
 de
 certains

contenus
théoriques.

• L’élève
n’aura
plus
besoin
d'utiliser
le
cahier,
les
bics
ou
crayons,
effaceurs,
règle...

• L'élève
peut
faire
preuve
de
l’esprit
de
synthèse.

• L'élève
peut
transmettre
des
messages.

• L'élève
peut
à
travers
l'écriture
réfléchir
sur
différents
enjeux
sociaux.

• Les
élèves
peuvent
écrire
en
collaboration
sur
un
même
document
à
partir
de
leurs

appareils
respectifs.

• L'élève
 peut
 communiquer
 ses
 apprentissages
 et
 ses
 expériences
 (donner
 des

renseignements).

Degré
de
centralité
de
l'activité



L’activité
Écrire
est
très
intégrée
dans
les
curricula
de
français,
mathématiques
et
d’éveil
de

la
 première
à
la
cinquième
année
du
primaire.
En
effet,
très
peu
 d’activités
ne
peuvent
 se

réaliser
 sans
 l’écriture.
 L'écriture
 est
 le
 véhicule
 de
 la
 pensée,
 de
 la
 parole...
 et
 est

transversale
à
tous
les
domaines.

Application
pédagogique
1


Écrire
c'est
agir

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
 Texte
 et
 phrase.
 Temps
 de
 verbes:
 passé,
 présent,
 futur.
 Le
 verbe:
 infinitif
 et

groupe.







Savoir­faire:
L'élève
doit
être
capable
de
produire
par
écrit
des
textes
contenant
des
phrases

quelconques.
Produire
par
écrit
des
textes
au
passé,
au
futur
et
au
présent.
Transformer
les

verbes
d'une
phrase
en
donnant
leur
infinitif
et
leur
groupe.

Déroulement:

L’enseignant
amène
les
élèves
à
produire
des
phrases
quelconques
dans
un
texte,
exemple:

‐Les
élèves
rentrent
en
classe.

‐Maman
installe
le
linge.

Ensuite,
l’enseignant
invite
les
élèves
à
transformer
un
texte
du
passé
composé
au
présent

et
au
futur
et
inversement,
exemple:
Hier,
les
élèves
sont
arrivés
à
l'heure.
Aujourd'hui,
ils

travaillent
et
demain
ils
retourneront.

Finalement,
l’enseignant
demande
aux
élèves
de
donner
entre
parenthèses
les
infinitifs
des

verbes
 d'un
 texte
 et
 leur
 groupe,
 exemple:
 ils
 jouent
 dans
 la
 cour
 de
 récréation
 (jouer
 1er

groupe).

Application
pédagogique
2

Écrire
c'est
reconnaître

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
La
respiration
chez
l'homme.
La
vie
des
invertébrés
:
déplacement
et
nutrition.

Savoir­faire:
Identifier
les
différents
organes
respiratoires

Déroulement:

L’enseignant
demande
aux
élèves
de
classer
les
animaux
selon
leur
mode
de
déplacement
et

d’identifier
les
aliments
qu'ils
consomment.

1‐Annotation
des
organes
respiratoires
de
l'homme.

L'enseignant
va
insérer
une
image
des
organes
respiratoire
de
l'homme
et
demandera
aux

élèves
d'annoter
individuellement
ou
en
groupe
cette
image.

Pour
ce
faire,
il
devra
cliquer
sur
l'activité
Écrire
qui
est
représentée
par
une
feuille
pliée
en

haut
à
gauche.
Ensuite
il
va
cliquer
sur
Image
et
il
pourra
insérer
l'image
qu'il
veut.

2‐Classification
 dans
 un
 tableau
 les
 invertébrés
 selon
 le
 milieu
 de
 vie,
 le
 mode
 de

déplacement
et
la
recherche
des
aliments
consommés
par
chaque
espèce.

Cette
 activité
 peut
 également
 se
 faire
 en
 groupe
 ou
 individuellement.
 L'enseignant
 va

cliquer
 sur
 Tableau
 et
 faire
 les
 tableaux
 selon
 le
 nombre
 de
 colonnes
 et
 de
 lignes
 et

demander
aux
élèves
de
remplir
ce
tableau.

Application
pédagogique
3

Rédaction
d'un
texte

Niveau(x):
De
la
troisième
à
la
cinquième
année
du
primaire

Savoir:
Le
portrait

Savoir­faire:
Décrire
un
lieu,
un
objet,
un
fait,
un
personnage
ou
un
animal







Déroulement:

L’enseignant
demande
aux
élèves
de
décrire
un
fait
divers
vécu
pendant
les
vacances.


Ensuite,
 l'enseignant
 invite
 les
 élèves
 à
 se
 mettre
 en
 groupe,
 ils
 pourront
 ainsi
 construire

collectivement
un
texte
descriptif
en
synchronie.

En
travaillant
dans
le
même
document,
les
élèves
peuvent
partager
et
mettre
en
commun

les
activités
qu’ils
ont
réalisées
pendant
les
vacances.


Guide
d’utilisation
de
l’activité
Écrire:

Cette
 activité
 Écrire
 se
 trouve
 dans
 la
 perspective
 Accueil.
 Pour
 y
 accéder,
 on
 clique
 sur

l'icône
Écrire
(icône
dont
le
coin
est
plié
en
haut
à
gauche
avec
un
crayon)
avec
le
bouton

gauche(X)du
pavé
tactile.




Après
 avoir
 cliqué
 sur
 cette
 icône,
 la
 feuille
 apparaît,
 on
 peut
 alors
 écrire
 en
 utilisant
 le

clavier.









Lorsque
l’onglet
Texte
est
en
surbrillance
(comme
sur
l’image
ci‐dessus),
il
est
possible
de

modifier
la
grosseur
de
l’écriture,
la
police,
de
mettre
en
gras
les
caractères,
de
les

souligner,
de
les
mettre
en
italique
et
d’aligner
le
texte.

Il
 est
 possible
 de
 modifier
 un
 texte
 en
 appuyant
 sur
 l’onglet
 Modifier,
 deux
 flèches

apparaissent
:
 une
 pour
 Annuler
 qui
 tend
 vers
 la
 gauche
 et
 une
 autre
 pour
 Rétablir
 qui

tend
vers
la
droite
(voir
illustration
ci‐dessous).




Il
est
également
possible
de
faire
des
tableaux,
en
cliquant
sur
l’onglet
Tableau,
un
certain

nombre
d'options
apparaissent,
dont,
l'insertion
du
tableau
avec
le
nombre
de
colonnes
et

de
 lignes
 que
 l'on
 veut,
 l'insertion
 d'une
 ligne,
 d'une
 colonne
 et
 leur
 suppression
 (voir

illustration
ci‐dessous).



Pour
 insérer
 une
 image
 à
 l’intérieur
 du
 texte,
 il
 s’agit
 simplement
 de
 cliquer
 sur
 l’onglet

Image
puis
sur
l’icône
Insérer
une
image.
Ensuite,
une
fenêtre
apparaît
pour
sélectionner

l’image
qui
se
trouve
dans
le
Journal
de
l’ordinateur.
Pour
insérer
l’image
dans
le
texte,
il

suffit
de
cliquer
sur
l’icône
de
l’image
désirée.















Activité
Lire





Résumé
de
l'activité

L’activité
 Lire
 permet
 aux
 apprenants
 de
 lire
 des
 documents
 en
 format
 PDF
 (Portable

Document
 Format).
 Il
 est
 donc
 possible
 pour
 un
 enseignant
 de
 distribuer
 aux
 élèves
 de

nombreuses
 ressources
 didactiques,
 des
 livres
 électroniques
 aux
 articles
 trouvés
 sur

l’Internet.
 Dès
 la
 première
 année
 du
 cycle
 primaire
 au
 Gabon,
 la
 lecture
 devient

fondamentale.
En
pratique,
lire
est
une
activité
spécifique
et
technique
de
prononciation,
de

compréhension
de
mots
et
de
textes,
de
reconnaissance
et
de
découverte
de
l'orthographe

des
 mots.
 Ainsi,
 la
 lecture
 constitue
 un
 moyen
 adéquat
 d'appropriation
 de
 connaissances

pour
l'élève.
Au
niveau
du
XO,
la
lecture
contribue
à
la
formation
de
l'esprit
de
recherche.

Affordances
de
l'activité

• L'élève
 peut
 consulter
 tous
 les
 documents
 écrits
 et
 enregistrés
 dans
 le
 journal
 (les

documents
PDF
qui
s’y
trouvent).

• L’élève
peut
aussi
lire
ceux
qui
sont
sur
la
clé
USB.

• La
lecture
peut
aussi
se
faire
en
collaboration,
en
ce
sens
que
l'élève
peut
inviter
ses

camarades
à
consulter
le
même
document
que
lui.

• Internet
 offre
 la
 possibilité
 de
 rechercher
 et
 de
 trouver
 des
 documents
 PDF

pertinents
aux
activités
pédagogiques.

• L’élève
peut
rechercher
un
mot
dans
le
texte

• L’élève
 peut
 effectuer
 une
 rotation
 du
 texte,
 changer
 de
 format,
 agrandir
 les

caractères,
 diminuer
 ou
 augmenter
 de
 la
 luminosité.
 L’élève
 effectue
 ces
 différents

réglages
en
fonction
de
ses
besoins
en
lecture.

Degré
de
centralité
de
l'activité́




L'aspect
diachronique
de
l'écriture
donne
à
la
lecture
une
importance
capitale
à
l'école.
Lire

est
 ici
 une
 activité
 centrale.
 Le
 XO
 comme
 livre
 électronique
 permet
 aux
 élèves

d'approfondir
 leurs
 connaissances.
 Les
 documents
 disponibles
 seront
 fonction
 du
 niveau

scolaire
de
l’élève.

Application
pédagogique
1

Niveau(x):
4e
et
5e
année
du
primaire







Savoirs:
Rechercher
et
lire
les
textes
contenant
des
informations
dans
le
XO.

Savoir­faire:
 Consulter
 le
 livre
 électronique
 du
 XO
 pour
 lire
 des
 textes
 contenus
 dans
 la

rubrique
«
compréhension
de
textes
»

Déroulement:

Sur
la
plateforme
Sugar
entrer
dans
le
Journal
pour
consulter
le
document
de
l’auteur
Jean

de
la
Fontaine.

Application
pédagogique
2

Niveau(x):
De
la
3e
à
la
5e
année
du
primaire.


Savoirs:
Rechercher
de
l’information
sur
un
sujet.
Utiliser
un
dictionnaire.

Savoir­faire:
 Trouver
 de
 l’information
 pertinente
 autour
 d’un
 concept
 sur
 le
 Web.
 Utiliser

une
citation.

Déroulement:

Aller
avec
l’activité
Naviguer
dans
Google,
chercher
les
documents
PDF,
lire
en
fonction
des

besoins.
 Sur
 un
 texte
 trouver
 un
 concept,
 une
 citation,
 ou
 un
 mot
 en
 cliquant
 sur
 éditer,

introduire
le
concept
ou
le
début
de
la
citation
et
lire.


La
 collaboration
 en
 dyade
 lors
 de
 l'activité
 lecture
 est
 relative.
 La
 pratique
 et

l'apprentissage
 de
 la
 lecture,
 peut‐être
 individuelle
 ou
 collective.
 L'élève
 s'adresse
 à

l'enseignant
 ou
 à
 ses
 camarades
 surtout
 pour
 la
 prononciation
 de
 certains
 mots
 et

l'intonation.
Exemple,
la
prononciation
du
mot
«
autochtone
».



Guide
d’utilisation
de
l’activité
Lire:

L’activité
 Lire
 a
 pour
 particularité
 de
 ne
 pas
 s’afficher
 par
 défaut
 dans
 la
 perspective

Accueil.
 L’activité
 est
 d’abord
 et
 avant
 tout
 un
 lecteur
 de
 document
 PDF
 (Portable

Document
Format).
Ces
documents
sont
consignés
dans
le
Journal
et
peuvent
également
y

être
déposés
via
une
clé
USB.


On
peut
accéder
au
Journal
en
tout
temps
dans
le
cadre.
Il
est
possible
de
le
faire
apparaître

à
tout
moment
en
déplaçant
le
curseur
aux
quatre
coins
de
l'écran,
et
ce,
peu
importe
la
vue

dans
laquelle
un
utilisateur
se
trouve.
L’icône
du
Journal
se
trouve
dans
le
coin
supérieur

gauche
du
cadre.
Pour
ouvrir
le
Journal,
il
suffit
de
cliquer
sur
son
icône.










À
 l’intérieur
 du
 Journal
 se
 trouve
 l’ensemble
 des
 documents
 et
 activités
 de
 l’élève.
 Pour

ouvrir
un
document
PDF
se
trouvant
déjà
dans
le
Journal,
il
suffit
de
cliquer
sur
l’icône
du

document
recherché.
Celui‐ci
s’ouvrira
automatiquement
avec
l’activité
Lire.




Pour
l’enregistrement
dans
le
Journal
d’un
document
PDF
provenant
d’un
média
externe,
il


suffit
de
suivre
la
procédure
disponible
dans
le
Guide
d’initiation
au
XO
et
à
l’environnement

Sugar
v8.2
aux
pages
12
et
13.

Pour
 l’enregistrement
 d’un
 document
 à
 partir
 d’Internet,
 il
 faudra
 utiliser
 l’activité

Naviguer.
Une
fois
le
document
trouvé
sur
la
toile,
il
s’agira
de
cliquer
sur
le
lien
afin
qu’un

en‐tête
 surgisse
 pour
 informer
 que
 le
 téléchargement
 est
 amorcé
 tout
 en
 offrant
 la

possibilité
 d’Annuler
 ou
 de
 Continuer
 celui‐ci.
 Par
 la
 suite,
 ce
 même
 en‐tête
 offrira
 la

possibilité
 d’Afficher
 dans
 le
 Journal
 le
 document
 téléchargé.
 Tout
 document
 téléchargé

de
l’Internet
est
automatiquement
consigné
dans
le
Journal.









Cliquer
sur
un
document
PDF
et
l’activité
Lire
s’ouvrira
d’elle‐même.



Cliquer
sur
l’onglet
Lire
pour
accéder
aux
flèches
qui
permettent
de
changer
de
page
et
de

naviguer
dans
le
document.



Cliquer
 sur
 l’onglet
 Éditer
 afin
 de
 pouvoir
 effectuer
 des
 recherches
 de
 mots
 à
 travers
 le

document
ainsi
que
pour
copier
le
texte
sélectionné.
Pour
sélectionner
une
partie
de
texte







du
document,
maintenir
le
bouton
de
gauche
enfoncé
(X)
tout
en
seservant
du
pavé
tactile.

Une
 fois
 le
 texte
 sélectionné,
 cliquer
 sur
 l’icône
 Copier
 pour
 que
 celui‐ci
 s’ajoute
 à
 votre

presse‐papier.
Cet
extrait
ou
cette
citation
pourra
par
la
suite
être
collé
à
l’intérieur
d’une

recherche
rédigée
avec
l’activité
Écrire.

Pour
chercher
un
mot
ou
une
expression,
il
suffit
de
l’écrire
dans
le
champ
en
haut
à
droite

de
 l’écran.
 Les
 flèches
 permettent
 de
 parcourir
 l’ensemble
 des
 mots
 recherchés
 dans
 le

document.



Le
dernier
onglet,
Afficher,
permet
de
modifier
les
options
d’affichage
du
document.

Effectuer
un
Zoom
en
cliquant
sur
la
loupe.
La
dernière
icône
permet
d’afficher
le
document

sur
tout
l’écran.








Activité
Discuter





Résumé
de
l’activité

C’est
une
activité
qui
donne
la
possibilité
à
l’élève
de
discuter
avec
d’autres
élèves
à
travers

le
XO.
La
discussion
se
fait
par
l’intermédiaire
de
messages
que
l'on
saisit
avec
le
XO
et
que







l'on
 envoie.
 Les
 discussions
 peuvent
 se
 faire
 entre
 deux
 ou
 plusieurs
 personnes,
 le

minimum
 de
 personnes
 requis
 pour
 cette
 activité
 est
 de
 deux.
 Les
 messages
 envoyés
 lors

d'une
session
de
discussion
sont
de
facto
accessibles
à
l'ensemble
des
personnes
présentes

dans
 la
 discussion.
 L'envoi
 des
 messages
 se
 fait
 de
 manière
 spontanée.
 Cette
 activité
 peut

être
utilisée
à
partir
de
la
deuxième
année
car
elle
nécessite
que
l'élève
sache
lire
et
écrire.

Cet
 outil
 de
 communication
 peut
 soutenir
 le
 travail
 collaboratif
 tout
 comme
 il
 peut

permettre
à
l’enseignant
de
communiquer
avec
les
enseignants
situés
dans
d’autres
classes.

Affordances
de
l’activité

• Cette
activité
permettrait
aux
élèves
d’une
certaine
classe
de
communiquer
par
écrit

avec
ceux
d’une
autre
classe
sans
que
ceux‐ci
aient
besoin
de
se
déplacer.

• L’activité
Discuter
pourrait
être
utilisée
par
l’élève
pour
répondre
à
une
sollicitation

de
l’instituteur
dans
un
contexte
de
questions/réponses.

• Elle
pourrait
dans
ce
contexte
jouer
le
même
rôle
et
même
remplacer
l’ardoise.

• Elle
 pourrait
 aussi
 favoriser
 l’interaction
 entre
 les
 élèves,
 mais
 sous
 le
 contrôle
 de

l’enseignant
qui
pourrait
lui
aussi
interférer
dans
la
discussion.


• L’enseignant
 pourrait
 garder
 le
 contact
 avec
 sa
 classe,
 même
 si
 ce
 dernier
 pour

certaines
raisons
venait
à
s’absenter
de
sa
salle
de
classe.


• Elle
 donne
 la
 possibilité
 à
 l'enseignant
 de
 pouvoir
 converser
 avec
 ses
 collègues

d'autre
classe
sans
avoir
à
se
déplacer.


Degré
de
centralité
de
l’activité



Cette
activité
peut
être
considérée
comme
centrale
par
rapport
aux
curricula
de
la
4e
année

du
primaire
en
français.
En
effet,
les
curricula
insistent
à
ce
niveau
sur
un
certain
nombre

de
 compétences
 parmi
 lesquelles,
 la
 collaboration
 qui
 soutend
 le
 fait
 de
 communiquer
 en

respectant
les
règles
usuelles
de
la
langue
française...


Applications
pédagogiques
1

Conjugaison
express

Niveau(x):
De
la
3e
à
la
5e
année
du
primaire

Savoirs:
Temps
de
verbes

Savoir­faire:
Conjuguer
des
verbes
au
futur
simple
de
l’indicatif
et
au
conditionnel
présent

Déroulement:

Cette
activité
peut
être
utilisée
comme
interface
pour
la
résolution
d’exercices
d’application.

Elle
permettrait
ainsi
à
l’enseignant
d’interagir
de
manière
spontanée
et
en
temps
réel
avec







l’élève
 dans
 sa
 progression,
 mais
 également
 dans
 son
 processus
 d’appropriation
 de

compréhension
et
d’appropriation
d’un
cours.

Un
enseignant
pourrait
ainsi
l’utiliser
pour
se
rendre
compte
du
niveau
d’assimilation
des

règles
de
conjugaison
de
ses
élèves.

Ainsi,
l’enseignant
lance
l’activité
Discuter,
propose
un
verbe,
un
temps
et
un
mode
auquel

l’élève
doit
se
référer
pour
effectuer
la
conjugaison.
Une
fois
ces
consignes
données,
chacun

des
élèves
au
travers
de
son
XO
propose
des
solutions
à
l’enseignant.

Si
on
proposait
aux
élèves
de
conjuguer
le
verbe
manger
au
futur
de
l’indicatif
à
la
première

personne
 du
 singulier,
 on
 devrait
 avoir
 ou
 du
 moins
 lire
 je
 mangerai.
 Mais
 il
 se
 pourrait

aussi
 qu’au
 lieu
 de
 je
 mangerai
 (futur
 de
 l’indicatif)
 on
 ait
 je
 mangerais
 (conditionnel

présent)
qui
n’est
pas
une
réponse
juste.

L’enseignant
 pourrait
 ainsi
 se
 rendre
 compte
 des
 lacunes
 et
 insister
 ainsi
 sur
 un
 certain

nombre
 d’éléments
 dans
 la
 progression
 de
 son
 cours,
 parmi
 lesquelles
 les
 possibilités
 de

confusions
possibles
avec
d’autres
temps
et
insister
sur
les
prononciations.

Application
pédagogique
2

Construction
collective
d'un
projet
:
Le
verger

Niveau(x):
De
la
1re
année
à
la
5e
année
du
primaire

Savoirs:
Espèces
végétales

Savoir­faire:
Collaborer
autour
de
la
réalisation
d’un
projet.

Déroulement:

Cette
application
tournerait
essentiellement
sur
un
travail
collaboratif
entre
élèves
en
vue

de
construire
un
projet
de
manière
collective.

L’enseignant
pourrait
ainsi
demander
aux
élèves
de
manière
orale
de
construire
un
projet.

Ce
 projet
 pourrait
 ainsi
 consister
 à
 la
 création
 d’un
 verger.
 Ainsi,
 l’enseignant
 pourrait

demander
 à
 chacun
 des
 élèves
 de
 faire
 des
 propositions
 sur
 les
 espèces
 végétales
 à

produire,
sur
l’entretien,
mais
également
sur
la
gestion
du
verger.

L’enseignant
collectera
ainsi
les
différentes
propositions
et
avec
les
élèves
il
essayera
de
les

ordonner
de
manière
collégiale.

Certains
 élèves
 feront
 des
 propositions
 sur
 les
 cultures
 à
 produire,
 d’autres
 sur
 les

possibilités
 d’entretien
 et
 d’autres
 encore
 sur
 la
 manière
 de
 gérer
 le
 verger.
 L’enseignant

collectera
les
diverses
propositions
et
en
fonction
de
leur
pertinence
les
retiendra
ou
ne
les

retiendra
pas,
mais
fera
savoir
aux
élèves
les
raisons
pour
lesquelles
certaines
propositions

ne
peuvent
être
retenues.

Application
pédagogique
3


Traduction
par
équipe

Niveau(x):
4e
année

Savoirs:
Vocabulaire,
groupes
linguistiques.

Savoir­faire:
Traduire
des
textes
en
langues
maternelles.









Déroulement:

Tout
comme
la
deuxième,
la
troisième
application
tournerait
également
autour
d’un
travail

collaboratif
 entre
 élèves,
 mais
 cette
 fois
 pour
 un
 travail.
 Cette
 application
 nécessitera
 la

mise
sur
pied
de
plusieurs
équipes.
Cette
application
consisterait
essentiellement
à
amener

les
élèves
à
collaborer
pour
effectuer
un
travail
de
traduction.
Ainsi,
le
travail
sera
réparti

de
 telle
 sorte
 que
 chacun
 des
 élèves
 ait
 une
 partie
 du
 travail
 à
 effectuer
 de
 manière

individuelle,
 lequel
 travail
 individuel
 débouchera
 sur
 une
 mise
 en
 commun
 de
 telle
 sorte

que
 les
 différentes
 parties
 soumises
 de
 manière
 individuelle
 aux
 différents
 élèves
 fassent

l’objet
 d’une
 mise
 en
 commun
 :
 si
 nous
 nous
 prêtons
 à
 l’analogie
 ou
 à
 la
 métaphore
 de
 la

chaîne
et
des
maillons
qui
la
constitue,
le
travail
individuel
sera
ici
les
maillons
et
la
mise
en

commun
la
chaîne.

L’enseignant
 pourrait
 utiliser
 cette
 application
 pour
 traduire
 un
 texte
 dans
 les
 diverses

langues
 parlées
 au
 Gabon.
 La
 formation
 des
 équipes
 obéira
 donc
 à
 l’appartenance
 à
 un

groupe
linguistique
:
les
équipes
seront
formées
de
membres
appartenant
au
même
groupe

linguistique;
on
aura
ainsi
autant
de
groupes
que
de
groupes
linguistiques.
Le
travail
sera

réparti
à
l’intérieur
des
différents
groupes
de
telle
sorte
que
chacun
des
membres
ait
une

partie
 du
 texte
 à
 traduire.
 La
 seconde
 partie
 du
 travail
 nécessitera
 la
 présence
 de
 tout
 le

groupe
pour
la
mise
en
commun
des
traductions
individuelles.

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Discuter:

Cette
 activité
 se
 trouve
 dans
 la
 perspective
 Accueil.
 Pour
 y
 accéder,
 on
 clique
 sur
 l'icône

Discuter
(elle
est
représentée
par
une
bulle).



Pour
discuter,
on
doit
s'assurer
au
préalable
que
les
élèves
sont
connectés
au
même
réseau

maillé,
s'ils
ne
le
sont
pas,
alors
choisir
un
réseau
(parmi
les
3
réseaux
maillés
offerts)
sur

lequel
 l'ensemble
 des
 élèves
 se
 connectera.
 Pour
 la
 procédure
 de
 connexion
 au
 réseau







maillé,
 il
 est
 nécessaire
 de
 se
 référer
 aux
 pages
 8
 et
 9
 du
 Guide
 d’initiation
 au
 XO
 et
 à

l’environnement
Sugar
v8.2.


Une
 fois
 cette
 démarche
 terminée,
 retourner
 sur
 l'activité
 Discuter,
 cliquez
 sur
 Partager

avec
 :
 Mon
 voisinage,
 puis
 retourner
 à
 la
 perspective
 Voisinage
 et
 cliquez
 sur
 la
 ou
 les

personnes
avec
lesquelles
on
désire
discuter.
Après
cette
procédure,
revenir
sur
la
page
de

la
 discussion,
 écrire
 dans
 le
 petit
 espace
 en
 bas
 de
 l'écran,
 une
 fois
 le
 message
 consigné

presser
la
touche
Entrer
sur
le
clavier
pour
l'envoi
du
message.

NB
:
Le
nombre
de
personnes
avec
lesquelles
ont
peut
discuter
de
manière
simultanée
n'est

pas
déterminé.
En
outre,
toutes
les
personnes
invitées
sur
une
session
de
discussion
ont
de

facto
accès
à
tout
le
contenu
de
la
discussion.



Activité
Naviguer



Résumé
de
l’activité

Cette
 activité
 permet
 à
 l’élève
 d’explorer
 le
 monde
 entier
 via
 son
 XO,
 elle
 permet
 de

naviguer
 sur
 le
 réseau
 Internet
 lorsque
 le
 XO
 est
 connecté.
 Elle
 permet
 de
 consulter
 des

pages
Web,
avoir
accès
à
du
matériel
didactique,
utiliser
plusieurs
applications
:
moteur
de

recherches
(Google,
Wikipédia...),
vidéo,
contenu
audio,
etc.
Cette
activité
s'adresse
à
tous

les
élèves
qui
savent
déjà
lire
et
écrire,
elle
pourrait
donc
être
ouverte
aux
élèves
à
partir
de

la
classe
de
deuxième
année,
même
si
au
départ
ils
se
font
accompagner.

Affordances
de
l’activité

• Cette
 activité
 permet
 à
 l'élève
 de
 se
 connecter
 à
 l'Internet
 grâce
 à
 une
 connexion

sans
fil.
Mais
pour
se
faire,
il
doit
disposer
d'une
ligne
d'accès.


• L'élève
 peut
 consulter,
 des
 pages
 Web,
 des
 sites,
 entreprendre
 des
 recherches,

communiquer
avec
des
personnes
éloignées,
il
peut
également
regarder
des
vidéos,

écouter
des
sons,
télécharger
des
documents
et
même
effectuer
des
achats
en
ligne.


• Cette
 activité
 permet
 également
 de
 discuter
 avec
 d'autres
 personnes
 qui
 seraient

elles‐mêmes
connectées.


• Lorsque
 cette
 activité
 est
 partagée
 avec
 le
 voisinage,
 elle
 permet
 de
 partager
 une

découverte
qui
peut
être
faite
par
un
élève.

Degré
de
centralité



Cette
activité
peut
être
considérée
comme
centrale
en
tenant
compte
des
curricula
d’éveil

en
 4e
 année
 primaire.
 En
 effet,
 ces
 curricula
 insistent
 sur
 le
 développement
 des
 savoirs,

savoirs
faire
scientifiques,
mais
aussi
sur
l’autonomisation
de
l’élève.








Application
pédagogique
1

Création
d'un
prospectus
sur
la
zone
CEMAC

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
Informations
géographiques
des
pays
du
CEMAC

Savoir­faire:
Localiser
les
pays
du
CEMAC
sur
une
carte
de
l’Afrique.

Déroulement:

Cette
 application
 tournerait
 autour
 d’un
 travail
 collaboratif,
 mais
 par
 équipe
 en
 vue

d’arriver
à
un
travail
d’ensemble
plus
élaboré.

L’application
 pourrait
 ainsi
 permettre
 d’entreprendre
 la
 création
 d’un
 prospectus
 qui

présenterait
les
différents
pays
de
l’espace
CEMAC
(Communauté
Économique
et
Monétaire

de
 l’Afrique
 Centrale).
 Ce
 prospectus
 présenterait
 un
 certain
 nombre
 d’éléments
 pour

chaque
 pays
 :
 situation
 géographique,
 drapeau,
 superficie,
 capitale,
 langue
 officielle(s),

population,
président(e),
date
d’indépendance,
monnaie,
indicatif
téléphonique.

Le
 travail
 sera
 réparti
 de
 sorte
 qu’il
 soit
 organisé
 par
 équipe.
 À
 chacune
 des
 équipes
 sera

affecté
 un
 pays
 donné
 de
 cet
 espace.
 Après
 cette
 étape,
 chacune
 des
 équipes
 explorera

Internet
 de
 sorte
 que
 chacune
 y
 trouve
 les
 différentes
 informations
 demandées
 pour
 la

confection
de
la
carte
d’identité
de
chacun
des
pays.

Une
fois
ce
travail
d’équipe
terminé,
on
procédera
à
la
confection
même
du
prospectus
en
y

intégrant
les
différentes
cartes
d’identité
des
pays.

Application
pédagogique
2

Coopération
entre
deux
écoles

Niveau(x):
De
la
1re
année
à
la
5e
année
du
primaire

Savoirs:
Selon
le
problème
sélectionner
par
les
enseignants.


Savoir­faire:
Coopérer.

Déroulement:

Cette
application
permettrait
aux
des
élèves
de
pouvoir
partager
leur
vécu,
mais
aussi
leurs

savoirs
 entre
 eux
 de
 manière
 spontanée
 afin
 de
 pouvoir
 interagir
 en
 temps
 réel,
 même
 si

ces
derniers
ne
vivent
pas
dans
le
même
pays.
Elle
permet
également
de
rentrer
en
contacte

avec
 une
 personne‐ressource
 en
 vue
 de
 la
 résolution
 d’un
 problème
 (scolaire
 ou
 extra

scolaire).

Dans
 le
 cadre
 d’une
 coopération
 entre
 deux
 écoles
 situées
 dans
 des
 pays
 différents,
 on

pourrait
demander
à
deux
classes
de
chacune
de
ces
écoles
de
préparer
un
exposé
sur
un

thème
 bien
 distinct
 (culture,
 environnement,
 etc.),
 et
 ensuite
 de
 le
 présenter
 de
 manière

simultanée
à
des
auditoires
dans
les
deux
écoles.

Pour
ce
faire,
on
utilisera
des
applications
permettant
la
réalisation
de
vidéos‐conférences

(Skype,
 etc.).
 Une
 fois
 les
 configurations
 techniques
 réalisées,
 les
 élèves
 commencent
 leur

exposé
qui
est
en
même
temps
suivi
par
les
élèves
dans
leur
pays,
mais
aussi
dans
l’autre







pays,
 tout
 en
 donnant
 la
 possibilité
 à
 tous
 ceux
 qui
 les
 suivent
 d’interagir
 en
 posant
 des

questions,
mais
aussi
en
apportant
des
contributions.

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Naviguer:

Pour
 démarrer
 cette
 activité,
 l'élève
 doit
 dans
 un
 premier
 temps
 aller
 dans
 la
 perspective


Voisinage
 et
 cliquez
 sur
 le
 réseau
 disponible
 qui
 s'affiche
 sur
 l'écran
 (sous
 la
 forme
 d'un

cercle,
lorsqu'il
y
a
connexion
avec
un
serveur,
ce
cercle
est
entouré
par
des
parenthèses).

Pour
 de
 plus
 amples
 détails
 sur
 la
 procédure
 de
 connexion
 aux
 réseaux
 pour
 accéder
 à

l’Internet,
veuillez
consulter
le
Guide
d’initiation
au
XO
et
à
l’environnement
Sugar
v.8.2
aux

pages
6
à
9.




Une
fois
terminé
et
connecté,
on
retourne
sur
la
perspective
Accueil,
on
clique
sur
l'icône

Naviguer
(représentée
par
un
globe).










Une
 fois
 l'activité
 ouverte,
 l'élève
 peut
 commencer
 à
 naviguer
 et
 entrer
 l'adresse
 du
 site

qu'il
 désire
 visiter
 dans
 la
 barre
 d'adresse
 tout
 en
 haut
 de
 l'écran
 et
 appuyer
 la
 touche

Entrer
 sur
 le
 clavier.
 Pour
 partager
 son
 activité,
 cliquer
 sur
 l'onglet
 activité,
 puis
 sur

Partager
avec
:
Mon
voisinage.



Activité
Speak





Résumé
de
l'activité

Avec
l’activité
Speak,
le
XO
renvoie
le
son
des
lettres,
des
mots,
des
phrases,
des
textes
ainsi

que
des
chiffres
et
des
nombres
tapés
sur
le
clavier.

Les
 apprenants
 se
 serviront
 de
 l’activité
 Speak
 pour
 se
 familiariser
 avec
 la
 prononciation

des
 mots,
 pour
 apprendre
 les
 chiffres
 et
 les
 lettres,
 surtout
 en
 première
 année
 du
 cycle

primaire
du
Gabon,
et
pour
s'initier
à
l'auto
correction
des
accents.

Cette
 activité
 pourrait
 faciliter
 la
 reconnaissance
 visuelle
 et
 auditive
 des
 élèves
 dans

l'apprentissage
des
voyelles,
des
consonnes
et
des
chiffres.
Elle
permettrait
ainsi
de
gagner

du
temps
dans
l'enseignement.

Affordances
de
l’activité

• Speak
 renvoie
 le
 son
 des
 lettres,
 des
 mots,
 des
 phrases,
 des
 textes
 ainsi
 que
 des

chiffres
et
des
nombres
tapés
sur
le
clavier.

• L'élève
peut
contrôler
la
langue
et
l'aspect
de
l'icône
(yeux
et
bouche).


• Il
peut
aussi
contrôler
la
vitesse
dans
la
prononciation
et
le
volume
de
l'ordinateur.

Degré
de
centralité
de
l'activité



Speak
est
une
activité
centrale
facilement
intégrable
dans
les
curricula
du
cycle
primaire
du

Gabon
 dès
 la
 première
 année.
 En
 effet,
 c’est
 à
 ce
 niveau
 que
 l'on
 apprend
 à
 déchiffrer
 les

lettres,
les
syllabes
les
mots,
les
chiffres
et
les
nombres.

Application
pédagogique
1

Déchiffrage
des
syllabes
et
apprentissage
de
la
lecture
en
première
année

Niveau(x):
1re
année
du
primaire

Savoirs:
Les
lettres,
les
syllabes.

Savoir­faire:
La
lecture
des
letters
et
des
syllabes

Déroulement:







L'enseignante
 ou
 l’enseignant
 cible
 une
 consonne
 (m),
 l'écrit
 au
 tableau
 et
 demande
 aux

élèves
 de
 la
 reconnaître,
 de
 taper
 sur
 le
 XO
 et
 d'appuyer
 le
 bouton
 Entrer.
 L'ordinateur

renvoie
 un
 son.
 L'enseignante
 demande
 aux
 élèves
 de
 le
 répéter
 et
 de
 le
 lire.

Deuxièmement,
elle
cible
une
voyelle
(a),
l'écrit
au
tableau
puis
demande
aux
élèves
de
la

reconnaître
sur
le
clavier,
de
taper
dessus
sur
le
XO
et
d'appuyer
sur
Entrer.
L'ordinateur

renvoie
 un
 son
 qui
 sera
 répété
 et
 lu
 par
 les
 apprenants.
 Troisièmement,
 l'enseignante

demande
 aux
 élèves
 de
 taper
 la
 consonne
 et
 la
 voyelle
 sur
 le
 XO
 et
 d'appuyer
 Entrer.
 La

machine
leur
renvoie
le
son
de
la
syllabe.
Par
exemple,
m+a=ma.
Les
élèves
pourront
ainsi

facilement
reconnaître
et
déchiffrer
une
syllabe
et
s'initier
à
la
lecture.

Application
pédagogique
2

Reconnaissance
 des
 chiffres
 de
 0
 à
 20
 et
 des
 signes
 de
 trois
 opérations:
 +,
 ÷
 et
 ×
 en

première
et
en
deuxième
année.

Niveau(x):
1re
année
et
2e
année
du
primaire

Savoirs:
Les
nombres
de
0
à
20,
les
additions
et
les
soustractions.

Savoir­faire:
Lire,
compter
et
décompter
les
nombres
de
0
à
20.
Calculer
les
sommes
ou
les

différences
inférieures
ou
égales
à
20.

Déroulement:

L'enseignante
 écrit
 les
 chiffres
 au
 tableau,
 demande
 aux
 élèves
 de
 les
 reconnaître
 sur
 le

clavier,
de
les
taper
et
d'appuyer
Entrer.
Le
XO
renvoie
le
son
du
chiffre
qui
sera
répété
par

les
 élèves.
 Par
 exemple,
 en
 tapant
 0,
 ils
 entendront
 «zéro».
 Cela
 leur
 permettra
 de

reconnaître
 par
 la
 vue
 et
 l'audition
 les
 chiffres.
 Ainsi,
 les
 apprenants
 apprendront

facilement
 à
 compter
 et
 à
 calculer.
 Pour
 le
 calcul,
 avec
 la
 signification
 des
 signes
 que

renverra
 le
 XO,
 l'élève
 pourra
 s'assurer
 que
 l'opération
 qu'il
 fait
 est
 bien
 celle
 qu'on
 lui
 a

demandée.
 Cela
 pourrait
 contribuer
 à
 pallier
 les
 erreurs
 de
 signes
 observées
 dans
 les

activités
en
mathématiques.

Application
pédagogique
3

Amélioration
de
l'orthographe
lexicale.

Niveau(x):
1re
année
du
primaire

Savoirs:
Les
accents
et
la
ponctuation

Savoir­faire:
 Identifier
 la
 ponctuation
 et
 placer
 les
 accents
 nécessaires
 dans
 un
 texte
 d’au

moins
dix
phrases.

Déroulement:

L'enseignant
 dicte
 un
 mot,
 une
 phrase
 ou
 un
 texte.
 Lorsque
 l'élève
 a
 fini,
 il
 tape
 Entrer.

L'ordinateur
lui
renvoie
les
sons
des
mots.
Prenons
par
exemple,
le
mot
«conséquence».
S'il

a
oublié
l'accent
sur
le
«e»,
le
XO
lui
renverra
«conséquence».
À
ce
moment,
l'élève
se
rend

compte
de
son
erreur
et
porte
la
correction
nécessaire.
De
même,
l'élève
peut
apprendre
les

techniques
de
lecture
en
respectant
non
seulement
la
ponctuation,
mais
aussi
la
diction
des

mots.
Cela
facilitera
le
travail
de
l'enseignant
et
des
élèves
dans
l'apprentissage
de
la
lecture

des
 mots
 difficiles.
 Si
 l'élève
 tape
 par
 exemple
 «excès»,
 le
 XO
 lui
 donnera
 la
 bonne

prononciation
du
mot
et
il
la
gardera.
Il
sera
capable
de
lire
des
mots
semblables.
Enfin,
vu







que
le
XO
observe
un
temps
de
pause
après
chaque
signe
de
ponctuation,
l'élève
saura
non

seulement
 les
 distinguer,
 mais
 aussi
 les
 respecter
 au
 cours
 de
 la
 lecture.
 Par
 exemple,

l'enseignant
demande
d'écrire
la
phrase
«Maman
va
au
marché
elle
achète
de
la
viande
des

légumes
et
des
fruits»
et
taper
Entrer.
Le
XO
lui
renvoie
le
texte
en
bloc.
Puis,
l'enseignant

demande
 de
 mettre
 la
 ponctuation.
 «Maman
 va
 au
 marché.
 Elle
 achète
 de
 la
 viande,
 des

légumes,
et
des
fruits».
Le
XO
lit
la
phrase
avec
les
pauses
et
les
intonations.

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Speak

Pour
 accéder
 à
 l'activité
 Speak
 dans
 le
 XO,
 après
 ouverture,
 sur
 la
 perspective
 Accueil,

placer
 le
 curseur
 sur
 l'icône
 représentée
 par
 une
 bouche
 et
 deux
 yeux.
 Trois
 options

apparaitront:
Lancer,
Retirer
le
favori,
et
Supprimer.
Cliquer
sur
Lancer
en
appuyant
sur

le
bouton
gauche
(X)
du
pavé
tactile,
pour
rentrer
dans
l'activité.
Ou
encore
pour
aller
plus

vite,
cliquer
directement
sur
l'icône
pour
entrer
dans
l'activité.



Dans
 cette
 activité,
 on
 observe
 plusieurs
 onglets
 et
 des
 icônes
 sur
 l'écran.
 L'onglet
 Voice,

permet
de
changer
la
langue
de
communication.
L'onglet
Face
permet
de
moduler
la
forme

de
 la
 bouche.
 Simple
 donne
 une
 bouche
 plus
 petite
 et
 ressemble
 à
 celle
 de
 l'homme.

Waveform
 donne
 une
 bouche
 large
 avec
 des
 ondulations
 lors
 de
 la
 lecture.
 Frequency

donne
une
bouche
plus
large
avec
des
oscillations.
De
plus,
la
configuration
des
yeux
peut

changer.
Round
donne
des
yeux
tout
ronds
tandis
que
Glasses
met
des
lunettes
à
l'icône.

Les
 textes
 écrits
 dans
 l’espace
 blanc
 au
 bas
 de
 l’écran
 seront
 prononcés
 par
 la
 voix
 de

synthèse.
Le
crochet
en
bas
et
à
droite
donne
le
répertoire
du
texte
écrit
par
l’apprenant.









Enfin,
 l'activité
 peut
 se
 partager
 avec
 son
 Voisinage
 c'est‐à‐dire
 avec
 les
 utilisateurs

connectés
en
réseau
ou
en
dyades
et
en
triades.
Les
élèves
pourront
s'autoévaluer,
c'est‐à‐
dire
 qu'ils
 pourront
 se
 dicter
 des
 mots
 et
 vérifier
 ensemble
 l'orthographe
 et
 la

prononciation.
En
calcul
en
forme
de
jeu,
un
groupe
pourrait
lancer
l'opération
dans
le
XO,

et
un
autre
écrit
la
réponse.
Ils
pourront
ainsi
développer
l'esprit
coopératif.
La
procédure

de
partage
d’activité
avec
le
Voisinage
est
décrite
aux
pages
15
à
17
du
Guide
d’initiation
au

XO
et
à
l’environnement
Sugar
v.8.2.



Activité
Enregistrer



Résumé
de
l'activité

L’activité
Enregistrer
permet
aux
apprenants
et
aux
enseignants
d’enregistrer
des
vidéos,

des
 sons
 ainsi
 que
 prendre
 de
 photos.
 Ils
 peuvent
 de
 cette
 façon
 créer
 des
 contenus

didactiques
collés
sur
la
réalité
locale.
L’enseignant
peut
ainsi,
demander
aux
apprenants
de

réaliser
 des
 vidéos,
 enregistrer
 des
 cris
 d'animaux
 dans
 leurs
 environnements
 immédiats

ou
prendre
des
photos
d'un
paysage.

Affordances
de
l'activité

• L'apprenant
peut
enregistrer
des
vidéos.

• L’élève
peut
prendre
des
photos.

• L’élève
peut
enregistrer
des
sons
(chants
d'oiseaux).







• L'enfant
 peut
 partager
 l'activité
 Enregistrer
 avec
 le
 groupe
 classe
 en
 mettant
 en

commun
les
différentes
activités
qu'ils
ont
réalisées
individuellement.

Degré
de
centralité



L'activité
 Enregistrer
 s'intègre
 parfaitement
 dans
 le
 curriculum
 d'éveil
 de
 4e
 année
 du

primaire,
 dans
 la
 mesure
 où
 cette
 activité
 permet
 à
 l'enseignant
 et
 l'apprenant
 de
 mieux

mener
 l'étude
 du
 milieu
 en
 s'appuyant
 sur
 des
 images
 représentatives
 de
 ce
 milieu.
 Cette

activité
 est
 conforme
 à
 une
 perspective
 socioconstructionniste,
 car
 elle
 permet
 aux

apprenants
 de
 prendre
 part
 à
 la
 construction
 des
 outils
 (support
 photo,
 vidéo
 et
 audio)

indispensables
à
l’apprentissage
et
dont
ils
seront
eux‐mêmes
les
utilisateurs.

Application
pédagogique
1

Dans
 le
 cadre
 d’un
 projet
 pédagogique,
 l’enseignant
 pourrait
 inviter
 les
 apprenants
 à
 se

répartir
les
tâches:
les
uns
s'occuperaient
de
l'enregistrement
audio
de
l'hymne
national
du

Gabon,
 la
 Concorde,
 certains
 élèves
 s’occuperont
 d’expliquer
 le
 drapeau
 gabonais
 tandis

que
d’autres
pourront
documenter
les
aspects
géographiques
de
leur
quartier.

La
Concorde

Niveau(x):
2e
année
du
primaire

Savoirs:
La
Concorde.

Savoir­faire:
Chanter
le
refrain
et
le
premier
couplet
de
l’hymne
national
La
Concorde.

Déroulement:

Comme
l'indiquent
les
curricula
de
l'éveil
en
2e
année,
le
cahier
de
situation
cible
indique

que
 l'apprenant
 doit
 savoir
 chanter
 et
 la
 compétence
 à
 acquérir
 étant
 d'exécuter

convenablement
 le
 refrain
 et
 le
 premier
 couplet
 de
 la
 Concorde.
 Les
 élèves
 peuvent

enregistrer
 leur
 prestation
 avec
 la
 fonction
 d’enregistrement
 Audio
 pour
 pouvoir
 la

partager
avec
leur
entourage.

L'élève
 peut
 avec
 l'activité
 Enregistrer
 observer
 les
 cartes,
 les
 drapeaux
 et
 les
 paysages

obtenus
 au
 moyen
 de
 l'affordance
 photo,
 faire
 des
 descriptions
 et
 l'identification
 des

couleurs
d'un
drapeau,
des
formes
d'un
relief
et
des
frontières
conformément
aux
activités

des
curricula
d'éveil
en
classe
de
4e
année
primaire.

Application
pédagogique
2

Situation
géographique
du
Gabon

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
Les
pays
limitrophes
du
Gabon

Savoir­faire:
Situer
et
identifier
les
frontières
du
Gabon









Déroulement:

Avec
l’affordance
de
prise
de
Photo,
l’enseignant
photographie
la
carte
de
l’Afrique
centrale

dans
un
manuel.
Il
créé
ainsi
son
propre
matériel
didactique.
Ensuite,
il
partage
son
cliché

avec
l’ensemble
des
élèves
qui
l’étudieront.

L’enseignant
 invite
 les
 élèves
 à
 identification
 des
 pays
 et
 océans
 limitrophes
 du
 Gabon
 en

observant
 attentivement
 le
 support
 didactique
 de
 la
 carte
 contenu
 dans
 l'activité

Enregistrer.

NB.
Cette
observation
serait
guidée
étape
par
étape
par
un
questionnaire
cible
sur
certains

éléments
comme:
Afrique
centrale,
les
quatre
limites
que
sont
l'Atlantique,
le
Cameroun,
la

Guinée
Équatoriale,
le
Congo.

C'est
 par
 la
 suite
 que
 l'enseignant
 ouvre
 l'activité
 de
 mise
 en
 commun
 des
 éléments
 de

réponse
pour
obtenir
une
trace
écrite.

Application
pédagogique
3

Symbolique
du
drapeau
gabonais

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
Le
drapeau
du
Gabon

Savoir­faire:
Décrire
le
drapeau
gabonais
et
expliquer
le
sens
de
chaque
couleur.

Déroulement:

Seul
ou
en
groupe,
l'élève
pourra
faire
des
reportages
(photographiques,
vidéo
et
audio)
sur

le
drapeau
du
Gabon.
Par
la
suite,
utiliser
ces
reportages
à
travers
une
interaction
avec
le

groupe
classe.
L'utilisation
de
ces
données
stockées
dans
l'activité
Enregistrer
sera
guidée

par
un
questionnement
élaboré
par
l'enseignant
avec
ses
élèves.

Exemple
de
questions:


Que
représente
le
drapeau
du
Gabon?

Quelles
sont
les
couleurs
qui
composent
ce
drapeau
du
Gabon?

Comment
ces
bandes
de
couleurs
sont‐elles
disposées?

Ces
bandes
ont‐elles
la
même
dimension?

Que
représente
chacune
des
trois
couleurs
du
drapeau
gabonais?

Pourquoi
les
avons‐nous
choisies?

Faire
le
résumé
de
ce
qui
vient
d'être
fait.
S'intéresser
notamment
aux
trois
couleurs,
à
la

forme
 des
 trois
 bandes
 et
 leur
 disposition
 horizontale
 et
 à
 la
 signification
 de
 chacune
 des

trois
couleurs.













Guide
d’utilisation
de
l’activité
Enregistrer

L'activité
Enregistrer
s'effectue
en
procédant
comme
suit
:
aller
à
la
perspective
Accueil
et

sélectionner
l'activité
Enregistrer
en
cliquant
sur
son
icône
(représentée
par
un
œil
dans

un
rectangle).




La
vidéo
apparait
une
fois
l'activité
lancée,
mais
l'élève
a
le
choix
entre
les
options
Photo,

Vidéo
et
Audio.












Selon
 l'option
 choisie,
 l'élève
 peut
 soit
 prendre
 des
 photos,
 enregistrer
 des
 vidéos
 ou

enregistrer
des
sons.
Pour
les
fonctions
vidéo
et
audio,
l'élève
peut
déterminer
la
durée
de

l'enregistrement
 par
 les
 menus
 défiants
 Temporisation
:
 et
 Durée
:
 situés
 dans
 le
 coin

supérieur
droit
de
l’écran.

Pour
les
options
proposées,
l'enregistrement
se
fait
en
cliquant
sur
l'icône
représentée
par

un
cercle
ayant
point
noir
en
son
centre
et
qui
apparait
en
dessous
de
l'image
sur
l'écran.







C’est
au
bas
de
l’écran
que
les
réalisations
de
l’élève
apparaîtront.
En
plaçant
le
curseur
sur

celles‐ci
 et
 en
 cliquant
 sur
 le
 bouton
 droit
 (O),
 il
 est
 possible
 de
 Retirer
 le
 fichier
 de

l’activité
ou
de
la
Copier
vers
le
presse­papier
afin
de
l’intégrer
à
un
texte
dans
l’activité

Écrire
 ou
 dans
 d’autres
 activités
 qui
 en
 donnent
 la
 possibilité.
 Le
 i
 situé
 dans
 le
 coin
 de

l’enregistrement
permet
à
l’élève
de
voir
la
date
du
fichier
ainsi
que
de
lui
permettre
de
lui

donner
un
titre
approprié.















Tous
les
enregistrements
sont
également
disponibles
dans
le
Journal.

Avec
 la
 fonction
 Partager
 l’activité
 Enregistrer
 avec
 le
 Voisinnage
 (en
 suivant
 la

procédure
de
partage
des
activités
expliquée
aux
pages
15
à
17
du
Guide
d’initiation
au
XO

et
à
l’environnement
Sugar
v.8.2.),
les
autres
élèves
recevront
les
enregistrements
de
leurs

collègues
au
bas
de
leur
écran
quelques
secondes
après
que
celles‐ci
soient
terminées.



Activité
Dessiner



Résumé
de
l’activité

Le
 XO
 permet
 à
 l’élève
 de
 réaliser
 un
 dessin
 à
 partir
 de
 la
 gamme
 d’outils
 proposés
 :
 le

crayon,
le
pinceau,
la
gomme,
le
sceau,
le
quadrillage
...
L’activité
Dessiner
permet
à
l’élève

de
mettre
en
forme
son
dessin,
c’est‐à‐dire
le
réaliser.

Avec
 l’activité
 dessiner,
 le
 grand
 avantage
 c’est
 que
 l’enseignant
 peut
 facilement
 faire
 ses

montages
documentaires
:
réaliser
une
vidéo,
faire
des
photographies
de
tout,
explorer
sur

le
Web,
etc.

Affordances
de
l’activité

L’activité
Dessiner
dans
le
XO,
met
en
exergue
les
affordances
suivantes

:

• L’élève
peut
réaliser
un
dessin.

• L’élève
peut
le
colorier
(l’apprenant
peut
avoir
accès
à
différentes
couleurs
dans
les

rubriques
Effets
ou
Formes).

• L’élève
peut
accompagner
son
dessin
d’un
texte.







• L’élève
peut
le
dimensionner
(en
le
quadrillant,
tout
en
se
servant
de
la
hauteur
et
de

la
largeur).

• L’élève
peut
modifier
son
dessin,
le
corriger,
l’effacer.

• L’élève
peut
insérer
une
image.

• L’élève
peut
donner
une
orientation
au
dessin
(dans
la
rubrique
Images,
l’élève
peut

réorienter
son
dessin
en
le
tournant
vers
la
gauche
ou
vers
la
droite).

• Dans
 la
 rubrique
 Formes,
 l’apprenant
 a
 des
 figures
 géométriques
 préétablies

(ellipse,
rectangle,
polygone,
cœur,
parallélogramme,
flèche,
étoile,
trapèze,
triangle)

et
il
dispose
d’une
ligne
lui
permettant
de
réaliser
toutes
les
formes
non
remplies
en

dehors
du
cercle.

• L’élève
 peut
 également
 partager
 avec
 ses
 pairs
 en
 leur
 montrant
 son
 dessin
 par

exemple,
et
ces
derniers
peuvent
donner
leurs
avis,
voir
corriger,
ceci
lorsqu’ils
sont

en
réseau
maillé.

Degré
de
centralité
de
l’activité



L’activité
Dessiner
proposée
par
le
XO,
est
intégrable
directement
dans
le
curriculum
de
4e

année
 primaire
 en
 Éveil.
 En
 effet,
 cette
 activité
 est
 intégrée
 dans
 le
 palier
 1:
 dès
 la

quatrième
 semaine,
 l’élève
 doit
 déjà
 être
 capable
 de
 réaliser
 un
 dessin
 d’observation.
 Ce

savoir
 se
 trouve
 renforcer
 dans
 le
 palier
 3
 aux
 14e
 et
 16e
 semaines
 durant
 lesquelles

l’apprenant
devra
gravir
un
échelon
supérieur
en
élaborant
des
œuvres
originales
tirées
du

paysage.

Application
pédagogique
1


Réaliser
un
dessin
au
choix.

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
Réaliser
un
dessin
d’observation

Savoir­faire:
Être
capable
d’illustrer
une
nature
morte.

Déroulement:

En
activités
suggérées,
l’œuvre
doit
être
originale.
À
l’aide
de
l’activité
Dessiner
les
élèves

dessinent
 un
 paysage
 avec
 les
 outils
 à
 leur
 disposition.
 Chaque
 élève
 dans
 son
 paysage

identifie
 les
 éléments
 représentés
 en
 français
 et
 en
 langue
 maternelle
 grâce
 à
 la
 fonction

d’insertion
 de
 texte.
 Ainsi,
 chacun
 exposera
 son
 paysage,
 feront
 découvrir
 aux
 autres
 de

nouvelles
expressions
et
langues.











Application
pédagogique
2


Réalisation
de
la
carte
du
Gabon

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
 L’élève
 doit
 être
 capable
 de
 présenter
 la
 carte
 de
 l’agriculture:
 dans
 un
 fond
 de

carte
 qui
 leur
 est
 proposé,
 les
 élèves
 vont
 y
 mettre
 les
 produits
 agricoles
 de
 chaque

province
du
Gabon.

Savoir­faire:
Réaliser
une
carte
et
identifier
les
produits
agricoles
de
chacune
des
provinces

du
Gabon.

Déroulement:

L’enseignant
 constituera
 au
 préalable
 neuf
 groupes
 dont
 la
 mission
 de
 chacun
 sera
 de

représenter
 sur
 fond
 de
 carte,
 les
 principaux
 produits
 agricoles
 de
 chaque
 province.
 Il

pourra
 dessiner
 des
 pictogrammes
 représentant
 
 les
 produits
 en
 question,
 tout
 en
 les

expliquant
dans
une
légende.

Après
les
plénières,
élaboration
d’une
carte
définitive
en
respectant
les
principaux
produits

agricoles
de
chaque
province
(consigne
principale).









Application
pédagogique
3

Le
SIDA

Niveau(x):
5e
année
du
primaire

Savoirs:
 L’élève
 peut
 construire
 ses
 savoirs
 sur
 les
 causes,
 les
 manifestations
 et
 les

traitements.

Savoir­faire
:
Réaliser
une
affiche
publicitaire
de
sensibilisation.

Déroulement
:

Les
 élèves
 sont
 mis
 en
 groupe
 de
 6.
 Ils
 ont
 pour
 but
 de
 sensibiliser
 la
 population
 en

identifiant
 les
 causes,
 les
 manifestations
 et
 les
 traitements
 de
 la
 maladie.
 À
 la
 fin
 des

évaluations
par
les
pairs,
une
affiche
publicitaire,
faisant
l’adhésion
de
tous,
sera
proposée
à

l’administration
de
l’établissement
pour
une
large
diffusion.









Le
guide
d’utilisation
de
l’activité
Dessiner

Étape
1:
Réalisation
d’un
dessin

Sélectionner
l’activité
Dessiner
à
la
perspective
Accueil.




La
page
qui
s’ouvre
présente
des
outils
pour
le
dessin
(un
crayon,
un
pinceau,
un
pinceau,

un
sceau,
une
gamme
de
couleurs,
une
gomme).

Sélectionner
le
crayon
:
il
se
positionne
sur
la
feuille
qui
s’est
ouverte
à
l’écran.









Cliquer
 avec
 le
 bouton
 gauche
 (X)
 et
 maintenir
 cette
 touche
 enfoncée
 pour
 réaliser
 des

traits.
Faire
déplacer
le
crayon
à
l’aide
de
la
souris
pour
ainsi
réaliser
un
dessin.

En
 cas
 d'erreur
 dans
 le
 dessin,
 sélectionnez
 la
 gomme
 en
 cliquant
 sur
 le
 dessin
 qui
 la

représente,
celle‐ci
se
positionne
directement
sur
la
feuille.



Par
le
même
principe
que
le
dessin
:
garder
le
bouton
gauche
(X)
enfoncée,
à
l'aide
de
la

souris,
faites
déplacer
la
gomme
vers
ce
qui
doit
être
effacé.
Utiliser
la
gomme
comme
si
elle

était
réelle.

Pour
continuer
le
dessin,
cliquer
à
nouveau
sur
le
crayon.
Une
fois
le
dessin
réalisé,
passer
à

l'étape
coloriage.

Étape
2:
Le
coloriage

Déterminer
d’abord
la
couleur
désirée.
Pour
ce
faire,
cliquer
sur
la
première
icône
:
Couleur

de
l’outil.
À
droite
de
celui‐ci
se
trouve
un
carré
qui
informe
de
la
couleur
des
outils.





Une
 fenêtre
 s'ouvre,
 présentant
 diverses
 couleurs
 en
 forme
 de
 rond
 avec
 à
 l'intérieur
 un

triangle.









Pour
choisir
une
couleur,
cliquer
dans
le
triangle
et
positionner
le
curseur
sur
cette
couleur,

qui
 apparaît
 dans
 le
 petit
 rectangle
 au‐dessous
 du
 rond
 de
 couleur.
 Intensifier
 ou
 réduire

son
 degré
 en
 utilisant
 le
 triangle.
 Il
 s’agit
 de
 cliquer
 sur
 Valider
 une
 fois
 la
 sélection

terminée.




Activité
Calculer



Résumé
de
l’activité

L’activité
Calculer
est
une
calculatrice.
L’élève
peut
calculer
en
utilisant
des
chiffres
et
des

signes.
En
calculant
il
reconnaît
des
chiffres,
les
place
de
façon
caractéristique
avant
et/ou

après
 les
 signes
 mathématiques
 pour
 effectuer
 des
 opérations
 de
 différents
 types
 comme

additionner,
soustraire,
multiplier
et
diviser.

Affordances
de
l’activité

• L’élève
 peut
 additionner,
 soustraire,
 multiplier
 ou
 diviser
 des
 chiffres
 ou
 des

nombres.

• L’élève
 peut
 effectuer
 des
 divisions
 de
 tout
 genre
 (entre
 nombres
 entiers,
 des

fractions).

• L’élève
peut
additionner
des
fractions
ayant
le
même
dénominateur.

• L’élève
peut
multiplier
les
nombres
décimaux
par
10,
100,
1000.

• L’élève
peut
calculer
des
pourcentages.

• L’élève
 peut
 calculer
 dans
 des
 situations
 problèmes,
 faisant
 intervenir
 l’addition,
 la

soustraction,
la
multiplication
ou
la
division.

• L’élève
peut
partager
ses
résultats
avec
un
camarade
de
la
classe
au
travers
du
XO.

• L'enseignant
 gagnera
 du
 temps
 et
 pourra
 rapidement
 apaiser
 les
 conflits
 cognitifs

que
peuvent
susciter
certains
résultats.

Degré
de
centralité
de
l’activité




L’activité
Calculer
est
une
activité
très
centrale
dans
toutes
les
tâches
mathématiques
des

élèves
 dès
 la
 classe
 du
 cours
 préparatoire
 première
 année
 primaire.
 Arrivé
 en
 quatrième

année
du
cycle
primaire,
l’élève
doit
être
capable
de
poser
des
opérations
pour
additionner,

soustraire,
 multiplier
 et
 diviser,
 afin
 d’effectuer
 des
 calculs
 divers,
 ou
 pour
 résoudre
 des

situations
problèmes
en
mathématiques.







Dès
 la
 quatrième
 année,
 l'activité
 Calculer
 permettra
 à
 l'enseignant
 de
 voir
 si
 les
 élèves

savent
utiliser
l'outil
mathématique
et
ainsi
corriger
leurs
réponses.

Application
pédagogique
1

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
Addition
de
nombres
de
0
à
10000

Savoir­faire:
Calculer
dans
des
situations
problèmes,
des
sommes
des
nombres
allant
de
0
à

9999.

Déroulement:

Activités
 suggérées:
 Lecture
 et
 analyse
 des
 énoncés
 de
 problèmes
 faisant
 intervenir
 des

additions.

(ex.
Additionnez
les
nombres
suivants

:
11
et
43
;
13
et
67
;
45
et
87).

Après
 avoir
 cliqué
 sur
 l’icône
 Calculer
 apparaissant
 dans
 la
 perspective
 Accueil
 du
 XO,

l’élève
reconnaît
les
chiffres
et
les
sélectionne
à
l’aide
de
la
souris
ou
du
clavier.
Il
pose
ainsi

son
opération
sur
l’écran
de
l’ordinateur
et
tape
la
touche
entrée
pour
obtenir
l’affichage
du

résultat.

Collaboration
en
dyade
:

Après
 avoir
 effectué
 son
 calcul,
 la
 dyade
 partage
 son
 résultat
 avec
 une
 autre
 dyade
 par

l’activité
Discuter.
Exemple
:

Dyade
1
:
nous
trouvons
11
+
43
=
54
et
vous
?

Dyade
2
:
nous
trouvons
43
+
11
=
54.

Dyade
1
:
C’est
drôle
nous
avons
le
même
résultat,
mais
nous
n’avons
pas
posé
l’opération

dans
le
même
ordre.

Dyade
1
:
Oui,
c’est
juste,
parce
que
dans
l’addition,
l’ordre
des
chiffres
et
des
nombres
n’est

pas
important,
le
résultat
sera
toujours
le
même
parce
que
l’addition
est
commutative.

Au
 travers
 de
 cet
 exercice,
 l’enseignant
 peut
 aider
 les
 élèves
 à
 comprendre
 la
 notion
 de

commutativité
de
l’addition
par
exemple.

Application
pédagogique
2

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
La
soustration
des
nombres
de
0
à
10000;
La
multiplication
par
2,
3,
4....et
9
des

nombres
de
0
à
10000.


Savoir­faire:
 Calculer
 dans
 des
 situations
 problèmes,
 des
 différences
 et
 des
 produits
 des

nombres
allant
de
0
à
9999.


Déroulement:

Invention
 et
 analyse
 par
 les
 élèves
 des
 situations
 problèmes
 faisant
 intervenir
 des

soustractions
et
des
multiplications
par
2,3,...9
des
nombres
de
0
à
10000
Ex:
Maman
donne

100
francs
à
Makaya
pour
son
argent
de
poche
de
la
semaine,
il
achète
des
bonbons
pour


75
 francs.
 
 Combien
 lui
 reste‐t‐il
 ?
 Ex.
 une
 boîte
 d'oeufs
 contient
 6
 oeufs.
 Combien
 y
 a‐t‐il

d'oeufs
dans

7
cartons
de
8
boîtes
chacun.







Les
élèves
organisés
en
dyade
effectueront
la
soustraction
au
travers
de
la
calculatrice
du

XO
en
plaçant
correctement
les
chiffres
et
les
nombres
avec
le
signe
mathématique.
Puis,
en

tapant
sur
la
touche
Entrer,
ils
obtiendront
le
résultat
de
leur
opération.

Collaboration
en
dyade
:

Dyade
1
:
Pour
la
résolution
du
problème,
nous
posons
la
soustraction
suivante
:
100
–
75
=

25.
Et
vous
?

Dyade
2
:
Pour
résoudre
le
problème,
nous
avons
trouvé
l’opération
:
75
–
100
=
‐25
;
Nous

ne
comprenons
pas
pourquoi,
la
calculatrice
nous
place
le
signe
(‐)
devant
le
chiffre
7,
alors

que
nous
sommes
dans
la
soustraction
des
entiers
naturels.

Dyade
 1
 :
 C’est
 parce
 que
 vous
 avez
 mal
 posé
 votre
 opération.
 Dans
 la
 soustraction
 des

entiers
 naturels,
 le
 plus
 grand
 nombre
 est
 toujours
 avant
 le
 signe
 (‐),
 car
 la
 soustraction

n’est
pas
commutative.

La
 collaboration
 en
 dyade
 permet
 aux
 élèves
 de
 partager
 leurs
 résultats.
 Les
 réponses

différentes
suscitent
un
conflit
cognitif
et
sociocognitif,
permettant
dans
la
discussion
avec

le
 Voisinage
 de
 formuler
 des
 questions
 d’apprentissages
 personnalisées
 afin
 de
 mieux

s’approprier
les
savoirs.
L’usage
de
la
calculatrice
au
travers
du
XO,
permet
de
vérifier
ses

propres
résultats.

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Calculer

Pour
 y
 accéder,
 placer
 le
 curseur
 l'icône
 Calculer
 (représenté
 par
 le
 pictogramme
 d’une

calculatrice).




Cliquer
sur
Lancer
pour
se
servir
de
la
calculatrice.
Pour
effectuer
des
opérations
qui
sont

en
rapport
avec
le
problème
à
résoudre,
utiliser
les
touches
de
la
calculatrice
à
l’écran
ou

celles
du
clavier
pour
soumettre
l’opération
mathématique.










La
touche
Entrer
donne
la
réponse
une
fois
que
l'opération
est
posée.
Les
équations
et
leur

historique
apparaitront
dans
le
carré
blanc
situé
dans
la
partie
gauche
de
l’écran.



Activité
Ruler





Résumé
de
l'activité

L’activité
 Ruler
 offre
 une
 collection
 d’outils
 métriques
 pouvant
 être
 imprimés
 ou
 utilisés

directement
à
l’écran.
L'élève
peut
faire
de
la
géométrie
à
travers
des
activités
de
mesure
de

longueur,
 d'angles
 et
 de
 calculs
 d'aires
 et
 de
 périmètres.
 L’enseignant
 peut
 au
 besoin

imprimer
des
règles,
des
rapporteurs
(demi‐cercle),
des
feuilles
quadrillées
et
des
feuilles

millimétriques.



Affordances
de
l'activité

• L’élève
 peut
 mesurer
 la
 longueur
 d'un
 objet
 courant
 (stylo,
 crayon,
 téléphone

portable).

• L’élève
peut
mesurer
un
angle
formé
par
deux
tiges
par
exemple.

• L’élève
peut
calculer
des
aires
des
carrés,
des
rectangles
sur
une
grille.

• L’élève
 peut
 se
 servir
 des
 feuilles
 quadrillées
 pour
 faire
 des
 plans
 ou
 dessiner
 des

graphiques.









Degré
de
centralité
de
l'activité



La
 mesure
 de
 longueurs
 et
 d'angles,
 le
 calcul
 d’aires
 et
 de
 périmètres
 de
 carrés
 et
 de

rectangles
sont
des
savoir‐faire
exigibles
aux
élèves
de
quatrième
année
primaire.
L’usage

de
l’activité
Ruler
présente
donc
un
fort
degré
de
centralité.

Application
pédagogique
1

Mesure
de
longueurs
et
d'angles

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
Le
périmètre
d’une
forme
ou
d’un
objet
et
l’angle.

Savoir­faire:
Calculer
le
périmètre
et
mesurer
l’angle.



Déroulement:

Le
maître
demande
aux
élèves
de
lancer
l'activité
Ruler
et
de
sélectionner
la
première
vue.

Avec
la
règle
qui
se
trouve
sur
leur
écran,
ils
doivent
mesurer
les
longueurs
de
petits
objets

situés
devant
eux.

Il
 leur
 demande
 de
 sélectionner
 la
 deuxième
 vue
 et
 d'utiliser
 le
 rapporteur
 se
 trouvant
 à

l'écran
pour
mesurer
des
angles
formés
par
deux
tiges,
deux
stylos.

Application
pédagogique
2

Découvrir
 les
 formules
 du
 périmètre
 et
 de
 l'aire,
 utiliser
 ces
 formules
 pour
 faire
 des

calculs

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
Le
périmètre
et
l’aire


Savoir­faire:
Réaliser
les
calculs
de
périmètre
et
de
l’aire

Déroulement:

Les
élèves
sont
invités
à
lancer
l'activité
Ruler,
à
cliquer
sur
l’onglet
Ruler
et
à
sélectionner

le
troisième
outil.











Sur
 cette
 grille,
 ils
 doivent
 identifier
 un
 carré
 et
 découvrir
 la
 formule
 du
 périmètre
 de
 ce

carré
 en
 comptant
 le
 nombre
 de
 subdivisions
 de
 chaque
 côté.
 Ils
 vont
 ensuite
 identifier

d'autres
carrés
dont
ils
vont
calculer
le
périmètre
à
l'aide
de
la
formule
découverte.

Sur
cette
grille,
ils
doivent
aussi
identifier
un
rectangle
et
découvrir
la
formule
du
périmètre

de
 ce
 rectangle
 en
 comptant
 le
 nombre
 de
 subdivisions
 de
 chaque
 côté.
 Ils
 vont
 ensuite

identifier
 d'autres
 rectangles
 dont
 ils
 vont
 calculer
 le
 périmètre
 à
 l'aide
 de
 la
 formule

découverte.

La
 deuxième
 phase
 consiste
 à
 identifier
 sur
 la
 grille
 un
 carré
 et
 à
 calculer
 son
 aire
 en

comptant
 le
 nombre
 de
 petits
 carrés
 qui
 sont
 à
 l'intérieur
 du
 carré.
 L’enfant
 découvre
 de

cette
 façon
 la
 formule
 de
 l'aire
 du
 carré.
 Avec
 cette
 formule,
 l'élève
 va
 identifier
 d'autres

carrés
et
calculer
leurs
aires.

Ils
vont
entreprendre
la
même
démarche
pour
découvrir
la
formule
de
l'aire
d'un
rectangle

et
utiliser
la
même
formule
pour
calculer
les
aires
d'autres
rectangles
identifiés.

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Ruler

On
accède
à
l’activité
Ruler
en
cliquant
sur
l’icône
d’une
règle
dans
la
perspective
Accueil.










Une
fois
dans
l’activité,
cliquer
sur
l’onglet
Ruler
pour
afficher
les
différents
outils
de

mesure
disponibles.



Changer
les
outils
en
cliquant
sur
les
icônes
montrées
ci‐haut.


Il
 est
 possible
 pour
 l’enseignant
 de
 faire
 imprimer
 ces
 outils
 en
 effectuant
 une
 capture

d’écran
en
enfonçant
les
touches
Atl+1
en
même
temps.
Cette
capture
d’écran
figurera
dans

le
 Journal.
 Il
 sera
 donc
 possible
 pour
 l’enseignant
 de
 la
 mettre
 sur
 une
 clé
 USB,
 de

transférer
le
fichier
vers
un
ordinateur
lié
à
une
imprimante
et
de
procéder
à
l’impression.



Activité
Mémoriser



Résumé
de
l'activité


L’élève
doit
garder
le
savoir
acquis.
L’activité
Mémoriser
permet
aux
élèves
de
pratiquer
le

calcul
mathématique
en
associant
les
opérations
à
leurs
résultats,
les
lettres
majuscules
et

minuscules,
etc.
Cette
activité
peut
se
faire
individuellement
ou
en
groupe,
comme
un
jeu.

L'élève
peut
reconnaître
les
mots
qu'il
n'a
jamais
appris
et
peut
apprendre
à
les
écrire
et
à

les
 prononcer.
 C'est
 ainsi
 que
 l'activité
 Mémoriser
 peut
 le
 conduire
 à
 apprendre
 leurs

significations
et
comment
les
utiliser.
Les
élèves
tout
comme
les
enseignants
peuvent

créer

leurs
activités
pédagogiques
de
mémorisation.







Affordances
de
l'activité

• Développer
 la
 mémoire
 visuelle
 et
 auditive.
 L'élève
 sera
 amené
 à
 trouver
 une

addition,
une
lettre
ou
un
instrument
de
musique
et
le
son
qui
l'accompagne
et
s'en

souvenir.

• L'élève
 peut
 apprendre
 à
 lire
 et
 à
 écrire
 les
 nouvelles
 lettres
 et
 à
 pouvoir
 les

prononcer.

• L'élève
peut
apprendre
le
sens
et
l'usage
des
nouveaux
mots.

• Il
peut
additionner
mentalement
et
rapidement
les
opérations.

• L'élève
peut
jouer
avec
d'autres
élèves.

• L'élève
peut
apprendre
les
savoirs
sociaux
(savoir
être,
savoir‐faire,
savoir
devenir).

• L'élève
 peut
 garder,
 enregistrer
 les
 savoirs
 communautaires
 et
 être
 capable
 de
 les

appliquer.

• L'élève
peut
se
rappeler,
se
souvenir
des
acquis
sociaux.

• L'élève
est
capable
de
fixer
méthodiquement,
par
répétitions
systématiques
dans
sa

mémoire
des
apprentissages.

Degré
de
centralité
de
l'activité



La
 mémorisation
 est
 très
 intégrée
 dans
 le
 cursus
 scolaire
 et
 particulièrement
 dans

l'enseignement
 primaire
 où
 le
 jeune
 apprenant
 n'a
 pas
 encore
 acquis
 la
 capacité

d'élaboration
 de
 synthèse.
 En
 effet,
 dans
 les
 curricula
 du
 primaire
 l'évaluation
 est

généralement
 basée
 sur
 la
 capacité
 de
 mémoriser,
 c'est‐à‐dire
 mettre
 en
 mémoire,

conserver
les
connaissances
antérieures
acquises.
Il
s'agit
dans
cette
activité
de
cultiver
le

rappel,
la
réminiscence
des
acquis.

Application
pédagogique
1

Mémoriser
c'est
se
rappeler
ou
se
souvenir

Niveau(x):
De
la
1re
à
la
3e
année
du
primaire

Savoirs:
Les
nombres
de
0
à
99,
addition
sans
report
des
nombres
de
0
à
99

Savoir­faire:
 Écrire,
 lire,
 décomposer,
 recomposer,
 comparer
 les
 nombres
 de
 0
 à
 99.

Inventer
des
énoncés
de
problèmes
en
faisant
intervenir
des
additions
sans
report.

Déroulement:

1‐Lecture
et
Écriture
en
lettres
des
nombres,
exemple
lire
le
chiffre
20
l'écrire
en
lettres
sur

une
feuille.







2‐Invention
 et
 analyse
 par
 les
 élèves
 des
 situations
 problèmes
 faisant
 intervenir
 des

additions
sans
report.

L'enseignant
va
aller
à
l'activité
Mémoriser
en
cliquant
sur
l'icône
qui
est
représentée
par

une
 grille
 de
 trois
 carrés
 horizontaux
 et
 trois
 carrés
 verticaux.
 Une
 fois
 que
 l'activité
 est

offerte,
l'enseignant
va
demander
aux
élèves
de
cliquer
sur
un
carré
de
retenir
le
chiffre
qui

apparaît,
de
le
lire
à
haute
voix
et
de
l'écrire.


Application
pédagogique
2

Mémoriser
c'est
garder
ou
conserver

Niveau(x):
4e
et
5e
année
du
primaire

Savoirs:
Les
nombres
de
0
à
99,
l'addition
sans
report
des
nombres

Savoir­faire:
Calculer
rapidement
des
sommes
des
nombres
de
0
à
99

Déroulement:

L'enseignant
va
demander
aux
élèves
de
cliquer
sur
un
carré
dans
la
partie
supérieure
de
la

grille
et
demandera
de
mémoriser
la
somme
qui
s'affiche,
ensuite
les
élèves
vont
cliquer
sur

la
partie
du
bas
de
la
grille
pour
trouver
le
résultat
de
l'addition.
L'élève
marque
un
point

lorsqu'il
arrive
à
faire
correspondre
une
addition
et
son
résultat.

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Mémoriser

Cette
activité
Mémoriser
se
trouve
dans
la
perspective
Accueil.
Pour
y
accéder,
cliquer
sur

l'icône
Mémoriser
avec
le
bouton
gauche
(X)
du
pavé
tactile.











Après
avoir
cliqué
sur
cette
icône,
la
grille
apparaît,
on
peut
alors
cliquer
sur
un
carré
dans

la
partie
supérieure
de
la
grille
et
mémoriser
la
somme,
ensuite
cliquer
sur
un
carré
dans
la

partie
du
bas
de
la
grille
pour
trouver
le
résultat
du
problème
proposé
dans
le
carré
du
haut

que
l'on
a
préalablement
sélectionné.



Lorsque
 le
 résultat
 ne
 correspond
 pas
 à
 l'addition,
 la
 somme
 et
 le
 résultat
 disparaissent.

Tandis
que
lorsque
nous
avons
une
bonne
réponse
la
somme
et
le
résultat
restent
affichés
à

l'écran
qui
marque
les
points
sous
le
nom
de
l’élève.










Il
est
possible
de
changer
les
données
chiffrées
en
données
lettrées
ou
sonores
en
appuyant

sur
la
fonction
Charge
des
parties
de
démonstrations
placée
au
dessus
de
la
grille.
Il
y
a

possibilité
 d'élargir
 le
 champ
 de
 la
 grille
 en
 cliquant
 sur
 le
 menu
 défilant
 des
 dimensions





4
X
4.



De
fait,
l’onglet
Créer
laisse
la
possibilité
à
l'enseignant
et
aux
élèves
de
créer
autant
de
jeux

possibles.
 Tout
 en
 respectant
 le
 principe
 d’association
 de
 deux
 éléments,
 les
 jeux
 peuvent

prendre
 plusieurs
 formes
 (associer
 un
 mot
 et
 son
 contraire,
 associer
 des
 mots
 de
 genres

différents,
des
mots
en
langue
maternelle
et
en
français,
etc.)







Pour
sauvegarder
les
parties
créées,
cliquer
sur
la
troisième
icône
Sauvegarder
la
partie.


Elles
seront
consignées
dans
le
Journal
et
seront
accessibles
par
l’entremise
de
la
barre
du

haut
en
cliquant
sur
la
deuxième
icône
Charger
la
partie.


















Activité
Distance



Résumé
de
l’activité

Cette
activité
permet
de
calculer
la
distance
entre
deux
ordinateurs.

L’élève
peut
mesurer
des
distances
pour
évaluer
des
intervalles
séparant
deux
points
dans

l’école
à
l’aide
du
petit
ordinateur
vert
XO.
Les
élèves
organisés
en
dyades
devront
se
placer

de
sorte
que
les
sons
émis
simultanément
par
chacun
des
ordinateurs
puissent
être
perçus

par
l’autre
afin
que
la
distance
mesurée
puisse
être
évaluée.

Dans
la
perspective
d'une
combinaison
des
activités,
il
est
possible
que
les
élèves
utilisent

simultanément
l'activité
Dessiner
et
Distance.

Affordances
de
l’activité

• L’élève
peut
mesurer
la
longueur
à
parcourir
pour
aller
d’un
point
à
l’autre.

• L’élève
peut
mesurer
le
périmètre
de
la
classe.

• L’élève
peut
mesurer
la
distance
à
parcourir
pour
effectuer
une
course,
en
Éducation

physique
et
sportive
(EPS)
par
exemple.

• L’élève
peut
en
même
temps
dessiner
et
apprécier
la
distance
entre
deux
dessins.

Degré
de
centralité
de
l’activité



Selon
 le
 curriculum
 de
 la
 quatrième
 année
 du
 primaire,
 l’activité
 Distance
 pourra
 être

centrale
 par
 rapport
 aux
 principales
 notions
 d’enseignement/apprentissage

caractéristiques
 à
 ce
 niveau
 scolaire.
 Les
 distances
 mesurées
 pourront
 par
 la
 suite
 être

utilisées
pour
effectuer
le
calcul
d’un
périmètre
où
d’une
surface
par
exemple.
Les
notions

de
 mesures
 de
 distance
 trouvent
 leur
 place
 en
 mathématiques,
 dans
 la
 rubrique
 de
 la

géométrie.

Avant
 la
 quatrième
 année,
 en
 Éveil
 2e
 année,
 Dessiner
 et
 Distance
 pourront
 être
 des

activités
combinées
et
devenir
centrales
lorsqu'il
faut
structurer
spatio‐temporellement.

Application
pédagogique
1

Niveau
d'étude:
4e
année

Savoir:
Le
périmètre
et
le
demi‐périmètre
du
rectangle

Savoir­faire:
 Mesurer
 ou
 calculer
 dans
 des
 situations
 problèmes
 le
 périmètre
 et
 le
 demi‐
périmètre
du
rectangle










Déroulement
:

Lecture
et
analyse
des
énoncés
de
problèmes
faisant
intervenir
le
calcul
du
périmètre
et
du

demi‐périmètre
des
figures
rectangulaires.
(Ex.
le
périmètre
interne
de
la
salle
de
classe
à

l’aide
du
XO).

Énoncé
:
Identifier
les
longueurs
et
les
largeurs
de
la
classe,
et
mesurer
les
distances
à
l’aide

du
XO.

L'enseignant
peut
organiser
la
classe
en
dyades.

Deux
 dyades
 différentes,
 chacune
 avec
 un
 ordinateur
 XO,
 identifie
 une
 longueur
 puis
 une

largeur
de
la
salle
de
classe,
et
effectue
la
mesure
au
travers
de
l’activité
distance.
Chaque

côté
de
la
classe
est
ainsi
mesuré
à
l’aide
du
XO.

Les
 deux
 XO
 en
 réseau
 effectuant
 la
 mesure
 donnent
 une
 distance
 semblable
 à
 une
 règle

graduée
avec
précision.

Les
élèves
pourront
ensuite
utiliser
ces
mesures
pour
calculer
le
périmètre
de
la
classe.

Collaboration
en
dyades
:

Après
 affichage
 de
 la
 distance
 sur
 les
 écrans
 des
 ordinateurs,
 les
 élèves
 partagent
 les

résultats
affichés
et
conviennent
de
la
distance
retenue.

Application
pédagogique
2

Niveau(x):
3e
année
du
primaire

Savoirs:
Système
métrique,
segment
de
droite

Savoir­faire:
 Mesurer
 et
 comparer
 plusieurs
 segments
 de
 droite
 existants
 dans

l’environnement
:
dans
la
maison,
dans
la
classe,
dans
la
cour
de
l’école.

Déroulement:

Énoncé
:
Identifier
la
distance
à
mesurer,
la
déterminer
à
l’aide
du
XO
tel
qu’il
est
prévu
par

le
 protocole
 d’usage.
 Comparer
 les
 distances
 obtenues
 sur
 l’écran
 de
 l’ordinateur
 et

enregistrer
les
distances
obtenues
dans
le
Journal
en
les
nommant.

Application
:

Par
exemple
:
de
la
porte
de
la
classe
A,
à
la
porte
de
la
classe
B
:
10,11
mètres.

Les
 mesures
 effectuées
 dans
 la
 cour
 de
 l'école
 peuvent
 être
 reportées
 sur
 le
 plan
 de

l'établissement
scolaire
par
les
élèves.

Collaboration
en
dyades
:

Les
 dyades
 relèvent
 les
 distances
 affichées
 sur
 les
 écrans
 des
 XO
 et
 conviennent
 de
 la

distance
effective.

N
B
:
Au
travers
de
cette
activité,
l’enseignant
peut
aider
l’élève
à
développer
des
habiletés
à

mesurer
des
distances
avec
le
XO.











Application
pédagogique
3

Niveau
d'étude:
2e
année
du
primaire
Éveil

Savoir:
 Structuration
 spatio‐temporelle:
 devant,
 derrière,
 avant,
 ...à
 côté
 de,
 loin,
 près,

autour.

Savoir­faire:
Dessiner
et/ou
identifier
un
objet
par
rapport
à
un
autre
ou
un
élève.

Déroulement
:

Simulation
 de
 jeu
 de
 rôle
 où
 un
 élève
 donne
 des
 ordres
 à
 un
 autre
 élève
 en
 utilisant
 les

termes:
devant,
après,
sur,
...
à
côté
de,
loin,
après,
autour
par
exemple

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Distance

Dans
un
premier
temps,
il
faudra
s’assurer
que
les
XO
sont
connectés
sur
le
même
réseau

maillé.
 Pour
 ce
 faire,
 consulter
 les
 pages
 8
 et
 9
 du
 Guide
 d’initiation
 au
 XO
 et
 à

l’environnement
Sugar
v.8.2.
Dans
la
perspective
Accueil,
débuter
l’activité
en
cliquant
sur

l’icône
représentant
un
dauphin.




Dans
 le
 menu
 défilant
 Partager
 avec
:
 sélectionner
 mon
 voisinage.
 Suiver
 l’une
 des

procédures
 de
 partage
 décrites
 aux
 pages
 16
 et
 17
 du
 Guide
 d’initiation
 au
 XO
 et
 à

l’environnement
Sugar
v.8.2.
Les
deux
XO
connectés
l'activité
peut
commencer.
Cliquer
sur

Commencer
la
mesure
de
distance.











Il
s’agit
donc
de
positionner
les
ordinateurs
XO
l’un
face
à
l’autre.
Les
ordinateurs
émettront

tour
 à
 tour
 une
 onde
 sonore
 qui
 leur
 permettra
 de
 mesurer
 la
 distance
 entre
 les
 deux

écrans.
Cette
mesure
sera
affichée
sur
l’écran.

Idéalement,
les
XO
doivent
être
placés
sur
le

sol
sans
qu’il
y
ait
d’obstacle
faisant
obstruction
au
son
émis
par
les
appareils.
À
noter
que

les
 conditions
 météorologiques
 peuvent
 également
 influencer
 la
 mesure.
 C’est
 pourquoi

l’onglet
 Atmosphère
 permet
 à
 l’élève
 d’entrer
 les
 variables
 de
 température
 et
 d’humidité

relative
afin
que
les
mesures
soient
le
plus
exactes
possible.








Activité
Mesure



Résumé
de
l’activité

Cette
activité
Mesure
permet
à
l'élève
d’explorer
le
monde
physique,
elle
permet
de
voir
les

différentes
 variations
 d'un
 son
 (fréquence,
 amplitude,
 etc.)
 en
 utilisant
 le
 microphone
 du

XO.
L’élève
peut
ainsi
avoir
une
représentation
visuelle
d’une
onde
ainsi
que
d’apprendre

les
notions
qui
s’y
rattache
:
la
fréquence,
l’amplitude,
le
temps,
etc.
Cette
activité
peut
être

utilisée

durant
le
cursus
du
primaire,
et
ce,
depuis
la
première
année.









Affordances
de
l’activité

• L’élève
peut
consulter
une
représentation
graphique
de
l’onde
produite
par
des
sons.

• L’élève
peut
enregistrer
sur
une
période
de
temps
l’onde
qu’il
a
générée.

• L’élève
peut
être
amené
à
différencier
un
son
d’une
tonalité.

• Il
peut
classer
les
sons
selon
leur
nature.

• L’élève
peut
mesurer
l’amplitude
d’un
son.

• L’élève
peut
mesurer
la
fréquence
d’une
onde.

• L’élève
peut
comparer
les
sons
avec
ses
camarades
de
classe.

L'activité
Mesure
présente
également
un
certain
nombre
d'affordances
tels
que
mesurer
le

voltage
d'un
courant
ou
encore
observer
ces
courants
sur
l'écran
comme
on
le
ferait
avec
un

oscilloscope,
 qui
 peuvent
 être
 développés
 selon
 les
 besoins
 curriculaires.
 
 Une
 liste
 des

possibilités
et
les
devis
de
construction
des
différentes
sondes
sont
disponibles
à
l’adresse

suivante
:
 http://wiki.laptop.org/go/Measure#Projects_and_Activities_Index.
 Seulement,

cette
ressource
n’est
disponible
qu’en
anglais
et
requiert
des
compétences
dans
le
domaine

de
 l’électricité.
 Pour
 l’utilisation
 de
 sondes
 et
 d’outils
 scientifiques
 (thermomètre,

indicateur
de
pH,
indicateur
de
la
turbidité
d’un
liquide,
indicateur
de
la
conductivité
d’un

liquide,
 etc.)
 des
 logiciels
 ont
 été
 conçus
 spécifiquement
 pour
 le
 XO.
 Pour
 de
 plus
 amples

informations,

consulter

le

site

de

Vernier

à

l’adresse

suivante
:

http://www.vernier.com/netbooks/olpc.html


Degré
de
centralité
de
l’activité



Cette
activité
au
regard
des
curricula
de
la
4e
année
primaire
peut
être
considérée
comme

périphérique.
 Sur
 l’échelle
 de
 centralité,
 on
 pourrait
 la
 situer
 au
 niveau
 3.
 Car
 si
 elle
 ne

correspond
véritablement
pas
aux
curricula
du
primaire,
elle
permet
aux
élèves
d'explorer

d’autres
 domaines
 que
 ceux
 prescrits
 et
 ainsi
 de
 développer
 sa
 curiosité
 et
 favoriser
 son

esprit
de
découverte.

Application
pédagogique
1

Exploration
et
comparaison
de
sons

Niveau(x):
4e
à
la
5e
année
du
primaire

Savoirs:
Les
ondes

Savoir­faire:
Explorer
les
sons
dans
leur
dimension
physique.

Déroulement:







À
 travers
 la
 fonctionnalité
 qui
 permet
 d’enregistrer
 un
 son,
 l’enseignant
 et
 les
 élèves

pourraient
 enregistrer
 un
 certain
 nombre
 de
 sons
 de
 manière
 à
 constituer
 une
 espèce
 de

banque
de
données
sonore.

Une
 fois
 la
 banque
 de
 données
 constituée
 (les
 sons
 proviendraient
 aussi
 bien
 de

l’environnement
 quotidien,
 que
 de
 partout
 ailleurs)
 les
 élèves
 procéderaient
 à
 des

comparaisons
entre
sons
pour
déterminer
lesquels
sont
les
plus
hauts,
les
plus
bas,
les
plus

aigus,
 les
 plus
 graves,
 différencier
 les
 ondes
 et
 les
 sons,
 visualiser
 leur
 fréquence
 et
 leur

amplitude,
etc.

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Mesure

Pour
démarrer
cette
activité,
cliquez
sur
l'icône
Mesure
qui
se
trouve
dans
la
perspective

Accueil
du
XO
(elle
est
représentée
par
un
écran
sur
lequel
on
aperçoit
une
courbe).



Une
 fois
 dans
 l'activité,
 on
 dispose
 d'un
 certain
 nombre
 de
 fonctionnalités;
 ainsi,
 on
 peut

contrôler
l'amplitude
(visuel)
en
l'étendant
ou
en
la
raccourcissant.









Le
microphone
qui
permet
d'enregistrer
les
sons
est
de
facto
en
marche
dès
qu'on
se
met

sur
l'activité
Mesure.
On
dispose
d'une
icône
qui
permet
de
démarrer
l'enregistrement
du

son
(en
haut
de
l'écran
à
l'extrême
droite)
et
un
autre
qui
permet
de
contrôler
le
moment
de

l'enregistrement
(il
peut
se
faire
immédiatement
ou
encore
on
peut
le
programmer
dans
un

intervalle
 de
 temps
 bien
 déterminé).
 L'option
 Sound
 permet
 de
 visualiser
 les
 sons,
 mais

également
de
les
enregistrer,
alors
que
l'option
Sensors
permet
de
mesurer
le
voltage
d'un

courant,
mais
aussi
de
le
visualiser
sur
l'écran.
Tout
comme
pour
l’ensemble
des
activités,

pour
 partager
 son
 activité,
 cliquer
 sur
 l'onglet
 activité,
 puis
 sur
 Partager
 avec
 :
 Mon

voisinage,
et
suivre
la
procédure
de
partage
aux
pages
15
à
17
du
Guide
d’initiation
au
XO
et

à
l’environnement
Sugar
v.8.2.






Activité
Scratch



Résumé
de
l'activité

L’activité
Scratch
permet
aux
élèves
de
faire
de
la
programmation
par
objet,
c’est‐à‐dire
de

faire
 des
 programmes
 informatiques
 et
 des
 jeux
 en
 toute
 simplicité.
 Aussi,
 dans
 cet

environnement
 graphique
 riche,
 l'élève
 peut
 se
 repérer
 dans
 l'espace,
 en
 identifiant
 et
 en

plaçant
des
objets
par
rapport
à
un
repère.
Il
peut
aussi
comparer
des
ensembles
à
travers

leurs
 cardinaux
 (nombres
 d'éléments).
 Ces
 activités
 s'adressent
 aux
 élèves
 de
 tous
 les

niveaux
selon
la
complexité
de
la
tâche
à
effectuer.


Dans
la
perspective
d'une
combinaison
des
activités,
il
est
possible
que
les
élèves
utilisent

simultanément
l'activité
Dessiner,
Distance
et
Scratch.

Affordances
de
l'activité

• L’élève
peut
faire
de
la
programmation
par
objet.

• L’élève
peut
créer
des
programmes
simples
et
concevoir
des
jeux
vidéo.

• L’élève
 peut
 programmer
 les
 déplacements
 de
 personnages
 à
 l’intérieur
 d’un

environnement
graphique.

• L’élève
peut
dessiner
des
avatars
(personnages
ou
objets)

• L’élève
peut
positionner
les
objets
à
l’intérieur
d’un
environnement.

• L'élève
peut
en
même
temps
placer
ou
dessiner,
placer
un
objet
à
côté
de,
ou
loin
de

et
apprécier
la
distance
entre
deux
dessins.

• L'élève
peut
identifier
des
objets
placés
sur
ou
sous
un
repère
donné.

• L’élève
peut
placer
un
objet
sur
ou
sous
un
repère
donné.

• L’élève
peut
placer
un
objet
au‐dessus
ou
en
dessous
d'un
repère
donné.







• L’élève
peut
identifier
l'intérieur
et
/ou
l'extérieur
d'un
objet
ou
d'un
espace.

• L’élève
peut
placer
un
objet
à
l'intérieur
et/ou
à
l'extérieur
d'un
autre.

• L’élève
 peut
 comparer
 des
 ensembles
 par
 correspondance
 terme
 à
 terme
 (sans

compter)
en
vue
de
mettre
en
évidence
les
notions:
autant
que,
moins
que,
plus
que.

• L'élève
peut
comparer
ses
réponses
à
celles
de
ses
camarades.

• L'élève
peut
se
faire
aider
par
ses
pairs
ou
par
l'enseignant.

Degré
de
centralité
de
l'activité



L’activité
 Scratch
 permet
 d'aider
 les
 élèves
 à
 réaliser
 des
 savoir‐faire
 relatifs
 aux

affordances
 citées
 plus
 haut,
 comporte
 donc
 un
 très
 fort
 degré
 de
 centralité.
 Par

conséquent,
 son
 utilisation
 peut
 être
 recommandée
 dans
 l’exécution
 des
 curricula
 du

primaire.
 En
 effet,
 en
 3e
 année
 Éveil,
 Dessiner,
 Distance
 et
 Scracth
 pourront
 être
 des

activités
combinées
et
devenir
centrales
lorsqu'il
faut
structurer
spatio‐temporellement.

L'intérêt
pour
l'enseignant
ou
l'enseignante
de
travailler
sur
le
XO
se
justifie
par
plusieurs

raisons.
Les
scènes
de
Scratch
sont
plus
proches
de
la
réalité
que
les
dessins
du
livre
du
fait

de
la
mobilité
des
objets
qui
s'y
trouvent.
Dans
le
manuel
de
première
année
primaire,
on

demande
aux
enfants
de
dessiner
des
objets
sur,
sous,
au‐dessus,
en
dessous,
à
côté
de,
etc.

ce
 qui
 peut
 poser
 problème
 à
 ceux
 qui
 ne
 savent
 pas
 dessiner.
 Sur
 Scratch
 on
 évite
 cette

difficulté,
car
ils
n'ont
qu'à
déplacer
les
objets
qui
existent
déjà,
en
cas
d'erreur,
l'élève
n'a

rien
à
effacer,
il
lui
suffit
de
corriger
en
déplaçant
l'objet.

Application
pédagogique
1

Se
situer
dans
l’espace

Niveau(x):
1re
année
du
primaire

Savoirs:
Les
expressions:
sur,
sous,
au‐dessus
de,
en
dessous
de.

Savoir­faire:
 
 Repérer
 dans
 l'espace
 en
 identifiant
 ou
 en
 plaçant
 un
 objet
 sur
 ou
 sous,
 au‐
dessus
 ou
 en
 dessous,
 d'un
 repère
 donné.
 Résoudre
 les
 problèmes
 significatifs
 faisant

intervenir
la
structuration
spatiale.

Déroulement:

L'enseignant
propose
une
scène
aux
élèves
dans
laquelle
il
y
a
un
trampoline,
un
chat
et
un

ballon.
 Le
 ballon
 est
 posé
 sur
 le
 trampoline
 et
 il
 y
 a
 un
 chat
 sous
 le
 trampoline.
 À
 côté
 se

trouve
 une
 jeune
 fille
 dont
 les
 bras
 sont
 levés
 et
 les
 jambes
 écartées
 complètement
 à

l'horizontale;
en
dessous
d'elle
se
trouve
un
ballon.

Les
 élèves
 sont
 amenés
 à
 identifier
 la
 position
 du
 ballon
 et
 du
 chat
 par
 rapport
 au

trampoline.
 Ils
 sont
 aussi
 amenés
 à
 identifier
 la
 position
 du
 ballon
 par
 rapport
 à
 la
 jeune

fille.
L'enseignant
s'attend
à
ce
que
les
élèves
soient
capables
de
répondre
que:







‐Le
ballon
est
sur
le
trampoline;

‐Le
ballon
est
au‐dessus
du
trampoline;

‐Le
chat
est
sous
le
trampoline;

‐Le
ballon
est
en‐dessous
de
la
jeune
fille;

L'enseignant
 prévoit
 une
 deuxième
 scène
 dans
 laquelle
 il
 y
 a
 la
 jeune
 fille
 et
 un
 ballon.

L’élève
doit
placer
le
ballon
sur,
sous,
au‐dessus,
en
dessous
de
la
jeune
fille.

Application
pédagogique
2

Intérieur
ou
extérieur

Niveau(x):
1re
année
du
primaire

Savoirs:
Les
expressions:
à
l'intérieur
de,
à
l'extérieur
de.

Savoir­faire:
 Situer
 un
 objet
 à
 l'intérieur
 ou
 à
 l'extérieur
 d'un
 ensemble.
 Résoudre
 les

problèmes
significatifs
faisant
intervenir
la
structuration
spatiale.


Déroulement:

L'enseignant
prévoit
une
scène
dans
laquelle
il
y
a
un
panier
et
les
fruits
dont
certains
sont

situés
dans
le
panier
et
d'autres
à
l'extérieur
du
panier.
L'élève
doit
identifier
ceux
qui
sont

à
l'intérieur
et
ceux
qui
sont
à
l'extérieur.

Il
demande
aux
élèves
de
déplacer
deux
objets
de
l'intérieur
vers
l'extérieur
du
panier.

Application
pédagogique
3

Les
ensembles

Niveau(x):
1re
année
du
primaire

Savoirs:
Les
expressions
autant
que,
moins
que
et
plus
que.

Savoir­faire:
Comparer
des
ensembles
d'objets.
Résoudre
les
problèmes
significatifs
faisant

intervenir
la
comparaison
des
ensembles.

Déroulement:

L’enseignant
 prévoit
 une
 scène
 où
 il
 y
 a
 quatre
 cercles
 représentant
 quatre
 forêts
 à

l'intérieur
desquels
se
trouvent
des
animaux.

Les
élèves
doivent
comparer
les
forêts
et
dire
quelle
est
celle
qui
a
autant
d'animaux
qu'une

autre,
 celle
 qui
 a
 le
 moins
 d'animaux
 que
 les
 autres,
 celle
 qui
 à
 plus
 d'animaux
 que
 les

autres.

Le
 maitre
 s'attend
 à
 ce
 que
 les
 élèves
 comparent
 les
 ensembles
 par
 une
 correspondance

animal
par
animal.

Pour
mener
à
bien
ses
applications
pédagogiques,
l'enseignant
ou
l'enseignante
peut:

‐construire
la
scène
sur
son
XO;

‐l'envoyer
aux
élèves
par
le
réseau
maillé;

‐amener
les
élèves
à
décrire
et
à
commenter
la
scène;







‐poser
oralement
la
première
question
(identification
des
objets
par
rapport
à
un
repère);

‐laisser
aux
élèves
le
temps
d'y
répondre
individuellement;

‐laisser
aux
élèves
le
temps
d'échanger,
de
solliciter
de
l'aide;

‐faire
le
point
avec
toute
la
classe;

‐recommencer
la
même
procédure
pour
les
autres
questions.

Guide
d'utilisation
de
l’activité
Scratch

Cliquer
sur
l'activité
Scratch
à
partir
de
la
perspective
Accueil
du
XO.



Cliquer
 sur
 Choisir
 un
 nouveau
 lutin
 à
 partir
 d'un
 fichier,
 4
 catégories
 de
 costumes

(illustrations)
apparaissent
(animals,
fantasy,
people,
things).









Double‐cliquer
sur
Things,
plusieurs
objets
apparaissent;



Amener
 le
 curseur
 sur
 l'objet
 choisi
 (exemple
 le
 trampoline),
 cliquer
 dessus,
 puis
 valider

par
OK.
Le
trampoline
va
apparaitre
sur
la
scène.



Recommencer
l'opération
pour
les
autres
objets.

Une
fois
sur
la
scène,
les
objets
pourront
être
placés
selon
les
intentions
d’apprentissage
en

utilisant
la
fonction
glisser‐déposer
(maintenir
le
bouton
de
gauche
(X)
enfoncé
tout
en
se

servant
du
pavé
tactile).








N.B.
L’activité
Scratch
est
extrêmement
riche
et
complexe.
Elle
se
prête
donc
à
une
grande

variété
 d’applications
 pédagogiques.
 Pour
 de
 plus
 amples
 détails
 sur
 Scratch
 et
 sur
 ses

affordances

de

programmation

par

objet

visiter

l’adresse
:

http://squeaki.recitmst.qc.ca/wakka.php?wiki=ScratchInitiation/v





Activité
Lune



Résumé
de
l'activité

La
tâche
de
l’apprenant
consisterait
à
observer
l’objet
qui
apparaît
sur
l’écran
de
l’activité

Lune
du
XO.
L’apprenant
a
donc
accès
à
une
panoplie
d’information
sur
la
Lune,
et
ce,
en

temps
 réel.
 À
 noter
 que
 cette
 activité
 peut
 servir
 à
 mieux
 comprendre
 plusieurs
 concepts

liés
 à
 la
 planète
 Terre.
 L’apprenant
 peut
 faire
 des
 activités
 de
 manipulations
 sur
 l’image

contenue
 dans
 le
 XO
 comme
 métaphore
 de
 terre
 et
 en
 faire
 de
 multiples
 usages.
 Il
 peut

utiliser
une
grille
avec
des
coordonnées
géographiques.

Par
 cette
 activité,
 l’apprenant
 peut
 apprendre
 et
 se
 construire
 activement
 sa

compréhension
de
plusieurs
concepts
tels
que
«
la
rotondité
de
la
Terre
»,
«
la
localisation

d’un
 point
 à
 la
 surface
 de
 la
 Terre»
 et
 «
 la
 rotation
 de
 la
 Terre»
 et
 ses
 conséquences
 au

quotidien
 (entre
 autres,
 la
 succession
 du
 jour
 et
 de
 la
 nuit).
 L'activité
 Lune
 a
 une
 forte

capacité
 suggestive
 d'action
 que
 les
 enseignants
 peuvent
 exploiter
 dans
 les
 cours
 d'Éveil.

Cette
 métaphore
 de
 la
 Terre
 est
 extrêmement
 pertinente
 et
 originale
 et
 pourrait
 être

davantage
 étayée
 dans
 les
 applications
 pédagogiques
 en
 dehors
 de
 celles
 que
 nous

proposons
ici.
Entre
autres,
elle
permet
à
l'apprenant
d'observer
des
phénomènes
qu'on
lui

a
 souvent
 décrits
 de
 façon
 théorique
 et
 abstraite
 et
 ainsi
 faire
 l'expérimentation
 d'une

connaissance
 théoriquement
 apprise.
 Elle
 permet
 bien
 d'autres
 apprentissages
 et

découvertes
notamment
des
informations
scientifiques
sur
le
comportement
de
la
Lune.
Ces

informations
 régulièrement
 mises
 à
 jour
 apparaissent
 clairement
 dans
 la
 légende
 de
 la

marge,
à
gauche
de
la
métaphore.

Affordances
de
l’activité

• L’élève
a
accès
en
temps
réel
aux
informations
concernant
la
Lune
(phases,
visibilité

de
la
surface,
prochaine
éclipse
lunaire,
prochaine
éclipse
solaire)

• L’activité
peut
également
être
utilisée
comme
support
de
cours
de
différentes
façons

:
«globe
terrestre»,
car
elle
peut
servir
à
apprentissage
sur
le
concept
de
«rotondité

de
la
terre».

• L’élève
 peut
 également
 utiliser
 ce
 support
 didactique
 à
 un
 apprentissage
 sur
 la

«localisation
d'un
point
à
la
surface
de
la
Terre»
à
l'aide
de
la
grille
des
coordonnées

géographiques.


• L’élève
peut
changer
la
face
de
la
Lune
et
ainsi
être
amené
à
comprendre
le
concept

de
rotation
de
la
Lune
et
de
la
Terre.







Affordances
sociales
:

On
 pourrait
 regrouper
 les
 apprenants
 chacun
 devant
 son
 XO
 au
 cas
 où
 le
 voisinage
 en

réseau
 maillé
 serait
 impossible
 comme
 nous
 venons
 de
 le
 constater.
 Dans
 ce
 cas,

l'interactivité
 se
 passerait
 sous
 la
 forme
 d'un
 échange
 (orienté
 par
 un
 éventuel

questionnaire)
entre
apprenants
utilisant
le
XO
comme
livre
électronique.

Degré
de
centralité
de
l'activité



L'intégration
de
l’activité
Lune
avec
les
curricula
est
parfaite
et
s'articule
avec
les
contenus

de
description
et
localisation
de
point
à
la
surface
de
la
Terre
comme
cela
apparaît
dans
les

curricula
de
l'Éveil
pour
la
4e
année
de
l'enseignement
primaire
et
élémentaire
du
Gabon
(le

champ
 disciplinaire
 2:
 sur
 l'étude
 du
 milieu‐situation
 géographique
 du
 Gabon).
 Cette

activité
peut
s'adapter
à
d'autres
situations
pédagogiques
concernant
des
niveaux
variés
du

primaire
et
suivant
les
besoins
et
les
capacités
des
enseignants,
chacun
selon
les
réalités
de

son
contexte
de
travail.

Application
pédagogique
1

La
terre,
une
planète
ronde

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
La
forme
sphérique
Terre

Savoir­faire:
Expliquer
par
ses
observations
la
forme
de
la
Terre.

Déroulement:

À
l’aide
de
la
représentation
de
la
Lune
dans
l’activité,
l’enseignant
invite
les
élèves
à
faire

des
observations.
La
face
éclairée
est
celle
qui
se
trouve
du
côté
du
soleil;
la
face
ombrée
est

celle
 qui
 n'est
 pas
 exposée
 au
 rayon
 du
 soleil.
 En
 faisant
 tourner
 le
 globe,
 on
 présente

successivement
les
différentes
faces
de
la
terre
au
soleil:
c'est
la
succession
du
jour
et
de
la

nuit.

Sur
la
base
de
questionnaire,
l'apprenant
observera
attentivement
le
support
didactique

Questions
pour
guider
l'observation
de
la
forme
de
cet
objet:

Quelle
est
la
forme
de
cet
objet?

Qu'est‐ce
que
cet
objet
représente
pour
vous?

Que
pouvez‐vous
alors
conclure
au
sujet
de
la
forme
de
la
planète
Terre?

L’enseignant
invite
ensuite
les
élèves
à
faire
une
coproduction
écrite
à
travers
des
phrases

simples
à
l'aide
de
l'activité
Écrire
du
XO
(dire
quelle
est
la
forme
de
la
planète
Terre).











Application
pédagogique
2

Les
mouvements
de
la
Terre
et
de
la
Lune

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
Le
mouvement
de
rotation
de
la
Terre
et
ses
conséquences.

Savoir­faire:
Définir
le
mouvement
et
présenter
sa
principale
conséquence.

Déroulement:

Activité
de
l'apprenant

‐observation
libre
de
l'objet
Lune
du
XO.

‐manipulation
 du
 XO:
 pointer
 sur
 l'icône
 Changer
 d'hémisphère
 et
 cliquer
 sur
 le
 bouton

gauche
(X)

Questionnement
pour
guider
l'observation:

Comment
 se
 comporte
 le
 globe
 terrestre
 chaque
 fois
 que
 nous
 cliquons
 sur
 le
 bouton

(mouvement)?

Qu'est‐ce
 qui
 change
 sur
 l'aspect
 du
 globe
 chaque
 fois
 qu'on
 le
 fait
 tourner?
 (Le

déplacement
de
la
zone
d'ombre
accompagne
le
mouvement
de
rotation
de
la
Terre)

Que
 constatez‐vous
 au
 sujet
 de
 la
 zone
 d'ombre
 et
 la
 zone
 claire
 chaque
 fois
 que
 la
 Terre

tourne?

Que
représente
pour
vous
chacune
des
zones
claires
et
ombragées?
(Le
jour
et
la
nuit).

Application
pédagogique
3

Comment
se
localiser?

Niveau(x):
5e
année
du
primaire

Savoirs:
Coordonnées
géographiques,
latitude,
longitude
et
les
points
cardinaux.

Savoir­faire:
 Localiser
 un
 point
 et
 donner
 une
 orientation
 à
 l'aide
 des
 coordonnées

géographiques
que
sont
la
latitude
la
longitude
et
les
points
cardinaux
(
N‐S‐E‐O).

Déroulement:

Activité
de
l'apprenant:

À
 l’aide
 de
 la
 grille
 dans
 l’activité
 Lune
 la
 classe
 procède
 à
 une
 observation
 guidée
 de
 la

grille
par
des
questions.

Quels
sont
les
renseignements
qui
apparaissent
sur
le
haut
et
le
bas
du
globe
et
quels
noms

donne‐t‐on
à
ces
points
?

Combien
de
types
de
lignes
apercevez‐vous
sur
le
globe
et
que
représente
chacune
d’elle?

En
vous
aidant
du
document,
grille,
dites
ce
que
signifient
les
expressions
suivantes:

Se
déplacer
en
longitude?

Se
déplacer
en
latitude?







Activité
finale
de
synthèse:
Conception
collaborative
de
la
trace
écrite
en
s'appuyant
sur
les

différentes
 réponses
 apportées
 au
 cours
 des
 échanges
 ou
 partages.
 Il
 s’agit
 aux
 élèves
 de

dire
de
quoi
on
se
sert
pour
situer
un
point
dans
un
espace
ainsi
que
pour
se
déplacer.

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Lune

Aller
sur
l’écran
liste
des
activités
du
XO
à
la
perspective
Accueil,
y
repérer
l’activité
Lune

représentée
par
une
icône
de
lune.
Pointer
le
curseur
sur
cette
icône
en
glissant
doucement

le
 doigt
 sur
 le
 pavé
 tactile
 correspondant
 au
 rectangle
 du
 milieu.
 Lancer
 l’activité
 en

cliquant,
avec
le
bouton
gauche
(X),
sur
l’onglet
Lancer
pour
démarrer
l’activité
Lune.



Une
représentation
de
la
Lune
apparaîtra
ainsi
que
plusieurs
informations
en
temps
réels.









En
cliquant
sur
l’onglet
Vue,
deux
icônes
apparaissent,
l’une
portant
le
signe
d’une
grille
et

l’autre
 celui
 d’un
 globe
 avec
 une
 flèche.
 Pour
 changer
 de
 vue,
 c’est‐à‐dire
 d’affordance,
 il

suffit
de
cliquer
sur
l’une
des
icônes.



La
 vue
 grille
 fait
 apparaître
 les
 parallèles
 et
 les
 méridiens
 (repères
 cartographiques)

nécessaires
à
la
localisation
d’un
point
à
la
surface
de
la
Terre.



Pour
faire
tourner
le
globe
(rotation),
il
suffit
de
cliquer
sur
l’icône
de
la
Lune
Changer
la

vue
Hémisphère,
au‐dessus
de
vue,
autant
de
fois
que
l’on
veut
faire
tourner
le
globe.










Pour
quitter
l’une
des
deux
vues
(la
grille
ou
le
globe
en
rotation),
on
clique
sur
l’icône
et

successivement
les
éléments
apparaissent
puis
disparaissent.



Activité
Implode



Résumé
de
l’activité

L’activité
 Implode
 est
 un
 jeu
 de
 logique
 favorable
 à
 la
 communauté
 d’apprenants,
 dans

laquelle
l’enfant
est
amené
à
détruire
une
structure
de
blocs
en
les
regroupant
par
couleur

et
en
les
faisant
exploser
ou
disparaître
de
l’écran.

Avec
 cette
 activité
 l’enseignant
 cultivera
 l’esprit
 de
 logique
 des
 élèves
 dans
 les
 situations

problèmes.
 Les
 élèves
 n’utiliseront
 plus
 les
 crayons
 de
 couleur
 mais
 reconnaîtront

facilement
les
couleurs.

Affordances
de
l’activité

• L’élève
peut
déplacer
les
blocs
pour
les
agencer
selon
les
couleurs
afin
de
les

détruire

• L’élève
 peut
 contrôler
 le
 niveau
 du
 jeu,
 la
 reprise
 après
 un
 échec
 ou
 l’abord
 d’une

nouvelle
configuration.

• L’onglet
Game
donne
plusieurs
indications
sur
le
jeu
et
son
niveau
:
Nouveau,
Undo,

Redo,
Facile,
Moyen
et
Difficile.

• L’activité
peut
se
faire
individuellement,
en
dyades
ou
en
triades
et
se
partager
avec

le
 voisinage.
 Les
 élèves
 pourront
 partager
 l’activité.
 Ils
 pourront
 se
 former
 pour

devenir
des
personnes
ressources
(celles
qui
s’en
sortent
très
bien
dans
le
jeu),
pour

aider
 les
 autres
 dans
 leur
 difficulté
 en
 fonction
 du
 niveau
 de
 jeu.
 Les
 élèves

développeront
 ainsi,
 l’esprit
 communautaire
 au
 lieu
 de
 l’esprit
 compétitif
 en
 vogue

dans
les
mentalités
de
l’élève
gabonais.

Degré
de
centralité
de
l’activité



L’activité
Implode
peut
être
placée
au
niveau
5,
car
c’est
une
activité
facilement
intégrable

dans
 le
 curriculum
 des
 mathématiques
 de
 la
 première
 année:
 former
 et
 représenter
 des

ensembles
 selon
 différents
 critères
:
 nature,
 formes
 et
 couleurs
 et
 former
 des
 collections

d’objets
de
1
à
3
éléments.









Application
pédagogique
1

Assemblage
des
couleurs
et
initiation
aux
opérations
d’addition
et
de
soustraction
en

première
année
avec
le
niveau
facile.

Niveau(x):
1re
année
du
primaire

Savoirs:
La
notion
d’ensemble,
l’addition
et
la
soustraction

Savoir­faire:
Former
des
ensembles
selon
la
couleur

Déroulement:

L’enseignant
peut
demander
aux

élèves
de
repérer
les
différentes
couleurs
sur
l’écran
par

exemple
 le
 vert,
 le
 jaune,
 le
 rouge,
 le
 bleu
 et
 l’orange.
 Ensuite
 il
 demandera
 aux
 élèves
 de

cliquer
 sur
 un
 ensemble
 à
 partir
 de
 trois
 petits
 carreaux
 ayant
 la
 même
 couleur.
 L’élève

constatera
 la
 disparition
 des
 carreaux
 après
 avoir
 cliqué
 sur
 l’ensemble.
 L’enseignant

demandera
 aux
 élèves
 ce
 qui
 s’est
 passé.
 Les
 apprenants
 remarqueront
 que
 le
 groupe
 de

carreaux
 a
 été
 enlevé
 de
 l’écran.
 Ainsi,
 l’enseignant
 pourra
 illustrer
 les
 opérations

d’addition
 et
 soustraction
 à
 travers
 cette
 activité.
 Par
 exemple,
 1
 et
 2
 carreaux
 rouges
 se

rejoignent
 :
 c’est
 ajouter
 ou
 additionner.
 Un
 ensemble
 de
 carreaux
 rouges
 disparaît
 de

l’écran
:
c’est
enlever,
retrancher
ou
soustraire.

Application
pédagogique
2

Niveau(x):
De
la
2e
à
la
5e
année
du
primaire

Savoirs:
La
notion
d’ensemble,
l’addition
et
la
soustraction

Savoir­faire:
Cultiver
le
goût
de
l’effort
chez
les
élèves
avec
les
niveaux
moyen
et
difficile.

Déroulement:

En
effet,
à
chaque
niveau
du
jeu,
l’élève
peut
être
amené
à
le
reprendre.
Le
caractère
ludique

de
 l’activité
 l’incitera
 à
 recommencer
 jusqu’à
 ce
 qu’il
 remporte
 la
 partie.
 Si
 l’enseignant

demande
aux
élèves
de
considérer
l’activité
comme
un
problème
à
résoudre,
selon
le
niveau

de
l’apprenant
et
du
jeu,
il
peut
leur
dire,
par
exemple,
de
retrancher
uniquement
la
couleur

orange.
 L’élève
 qui
 réussit
 à
 le
 faire
 a
 résolu
 le
 problème.
 Dans
 le
 cas
 contraire,
 il

recommencera
 l’activité
 jusqu’à
 l’obtention
 du
 résultat
 souhaité.
 L’enseignant
 peut
 ainsi

transposer
 l’effort
 fourni
 pendant
 le
 jeu
 à
 la
 résolution
 des
 problèmes
 en
 mathématiques

par
exemple.

NB:
Cette
application
n’est
pas
comprise
dans
le
curriculum.
Cependant,
elle
comporte
des

avantages
pédagogiques
que
l’enseignant
et
les
élèves
pourraient
prendre
en
compte
dans

tous
les
domaines
(français
et
éveil)
pour
résoudre
les
situations
problèmes.

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Implode

Pour
accéder
à
l’activité
Implode
dans
le
XO,
après
ouverture,
dans
la
perspective
Accueil,


placez
le
curseur
sur
l’icône
représentée
par
des
petits
carrés
verts.









Trois
 options
 apparaitront
:
 Lancer,
 Retirer
 le
 favori,
 et
 Supprimer.
 Cliquez
 sur
 Lancer

en
appuyant
sur
le
bouton
gauche
(représenté
par
un
X)
du
pavé
tactile,
pour
entrer
dans

l’activité.
Pour
aller
plus
vite,
cliquer
directement
sur
l’icône
pour
entrer
dans
l’activité.



Cliquer
sur
l’onglet
Game
pour
aux
principales
commandes
du
jeu.
L’étoile
sert
à
démarrer

une
 nouvelle
 partie,
 les
 deux
 triangles
 pointant
 vers
 la
 gauche
 permettent
 de

recommencer
la
partie
au
tout
début,
la
flèche
pointant
vers
la
gauche
permet
de
revenir

un
coup
en
arrière
tandis
que
la
flèche
pointant
vers
la
droite
rétablie
le
coup
annulé.
Les







trois
 grilles
 illustrées
 dans
 ce
 menu
 permettent
 de
 changer
 le
 niveau
 du
 jeu.
 De
 gauche
 à

droite,
les
niveaux
sont
du
plus
facile
au
plus
difficile.



Pour
 jouer,
 cliquer
 sur
 les
 regroupements
 de
 trois
 blocs
 et
 plus
 de
 même
 couleur.
 En

positionnant
votre
curseur
sur
ceux‐ci,
ils
se
mettront
en
surbrillance.







Activité
Tam‐Tam
Mini



Résumé
de
l’activité


L’élève
peut
faire
ou
jouer
de
la
musique
de
façon
amusante.
C’est
un
point
de
départ
simple

pour
 l’enfant
 à
 apprendre
 par
 exploration
 les
 clés
 de
 chants,
 des
 sons
 de
 certains

instruments
 de
 musique,
 les
 cris
 de
 certains
 animaux
 et
 le
 bruit
 que
 font
 certains
 objets

lorsqu’ils
tombent
ou
qu’on
les
cogne
contre
un
autre
objet.
L’apprenant
peut
se
familiariser

avec
 le
 rôle
 des
 percussions,
 les
 battements
 par
 mesure,
 la
 complexité
 du
 battement,
 le

tempo
et
le
volume.

Cette
 activité
 permet
 à
 l’enfant
 de
 différencier
 ou
 d’uniformiser
 les
 sons
 dans
 le
 but
 de

construire
une
séquence
musicale.

Affordances
de
l’activité

• L’élève
peut
identifier
les
sons

• L’élève
 peut
 distinguer
 les
 sons
 provenant
 des
 instruments
 de
 musique,
 des

animaux,
des
humains
et
des
objets
(porte,
poubelle...)

• L’élève
peut
contrôler
le
tempo

• Il
peut
augmenter
ou
diminuer
la
vitesse
du
tempo

• L’élève
peut
mesurer
les
battements
des
sons
et
a
la
possibilité
de
les
complexifier.

• Il
peut
combiner
des
sons
afin
d’avoir
des
rythmes
qu’il
souhaite

• L’élève
peut
reconnaître
et
imiter
les
sons
de
son
environnement
vital

• L’élève
peut,
avec
cette
activité,
communiquer
ou
annoncer
au
son
du
tam‐tam
une

nouvelle.







Degré
de
centralité
de
l’activité



En
effet,
Tam­Tam
Mini
n’est
pas
totalement
intégré
dans
le
cursus
scolaire
primaire,
mais

il
demeure
un
instrument
non
formel
utilisé
par
tous
les
apprenants.
De
ce
fait,
il
sert
non

seulement
 en
 tant
 qu’instrument
 de
 musique,
 mais
 aussi
 en
 tant
 que
 moyen
 de

communication.
Elle
devient
ainsi
une
activité
pédagogique
à
même
de
permettre
à
l’élève

de
 créer
 lui‐même
 les
 sons
 et
 les
 partager
 avec
 les
 autres
 élèves
 de
 sa
 communauté
 ou

d’ailleurs.

Application
pédagogique
1

Tam­Tam
Mini
ou
l’art
de
jouer
de
la
musique

Niveau(x):
De
la
1re
à
la
5
e
année
du
primaire

Savoirs:
Les
instruments
de
musique,
les
battements,
le
tempo
et
les
percussions

Savoir­faire:
Combiner
différents
instruments
de
musique

Déroulement:

L’enseignant
invite
les
élèves
à
explorer
les
sons
et
les
instruments
offerts
dans
la
grille
de

droite
de
l’activité.
Ils
peuvent
combiner
les
sons
de
certains
instruments
pour
rythmer
un

chant.

Les
élèves
sont
ensuite
amenés
à
explorer
les
notions
entourant
les
percussions
et
le

rythme.
 Les
 contrôles
 situés
 à
 la
 gauche
 de
 l’écran
 peuvent
 servir
 à
 l’enseignant
 à

démontrer
la
notion
de
battement
par
mesure,
de
complexité
des
battements
et
de
tempo.



Application
pédagogique
2

Tam­Tam
Mini
et
l’éveil

Niveau(x):
De
la
1re
à
la
3e
année
du
primaire

Savoirs:
:
L’homme,
les
animaux,
les
objets,
les
sons

Savoir­faire:
Distinguer
les
différents
sons,
objets
et
animaux

Déroulement:

Dans
le
cadre
d’une
activité
d’exploration
et
d’éveil,
l’enseignant
peut
demander
aux
élèves

de
 découvrir
 les
 sons
 produits
 par
 les
 animaux
 et
 les
 instruments.
 Ainsi,
 les
 élèves

distinguent
les
cris
des
animaux,
les
bruits
des
instruments
de
musique.


L’enseignant
peut
y
aller
par
questionnements
:

Quel
cri
émet
la
vache
ou
le
mouton?


Quels
sons
peuvent
nous
donner
les
cordes
d’une
guitare?












Guide
d’utilisation
de
l’activité
Tam‐Tam
Mini

Cette
activité
Tam­Tam
Mini
se
trouve
à
la
perspective
Accueil.
Pour
y
accéder,
on
clique

sur
l’icône
Tam­Tam
Mini
(icône
représentée
par
un
tambourin
avec
deux
baguettes)
avec

le
bouton
gauche
(X)
du
pavé
tactile.





Après
 avoir
 cliqué
 sur
 cette
 icône,
 la
 plupart
 des
 instruments
 de
 musique
 apparaissent

dans
 et
 hors
 d’une
 grille
 accompagnée
 d’images
 (des
 humains,
 des
 animaux
 et
 d’autres

objets
en
usage
dans
l’environnement
de
vie).









Le
 choix
 des
 différents
 instruments
 est
 possible.
 Pour
 y
 accéder,
 il
 faut
 cliquer
 sur
 le

bouton
 de
 gauche
 (X)
 pour
 activer
 le
 son
 ou
 l’instrument
 que
 nous
 désirons
 jouer.
 Pour

jouer
 différents
 sons
 (les
 lettres
 J
 et
 H,
 par
 exemple),
 il
 faut
 appuyer
 sur
 les
 touches
 du

clavier.
Il
est
possible
de
démarrer
un
rythme,
augmenter
ou
diminuer
la
vitesse
du
tempo,

pour
 cela
 il
 faut
 cliquer
 sur
 le
 bouton
 Jouer
 (représenté
 par
 un
 triangle
 vert)
 et
 déplacer

vers
 le
 haut
 ou
 le
 bas
 les
 quatre
 contrôles
 (Battements
 par
 minute,
 Complexité
 du

battement,
 Tempo
 et
 Volume).
 Cette
 activité
 laisse
 la
 possibilité
 à
 l’enseignant
 d’utiliser

les
 sons
 disponibles
 ou
 de
 créer
 des
 nouveaux
 sons.
 Ainsi,
 le
 partage
 ou
 l’échange
 de
 nos

créations
avec
nos
amis
est
possible
tout
comme
la
capacité
que
nous
avons
de
jouer
de
la

musique
entre
amis.





Activité
Tam‐Tam
Jam



Résumé
de
l’activité

Cette
activité
permet
à
l’élève
d’assembler
les
morceaux
de
musique
et
les
sons.
Il
peut
ainsi

faire
plusieurs
enchaînements
avec
différents
rythmes
et
sons,
comme
dans
un
concert.

Avec
 cette
 activité
 les
 instruments
 ne
 seront
 plus
 obligatoires,
 car
 le
 XO
 contient
 une

banque
 d’instruments
 et
 de
 sons.
 L’enseignant
 pourrait
 diversifier
 les
 enseignements
 sur

les
instruments
de
musique.

Affordances
de
l’activité

• Il
peut
utiliser
plusieurs
rythmes
et
instruments
à
la
fois.

• L’élève
peut
contrôler
le
tempo.

• L’élève
peut
contrôler
le
volume
et
de
l’ordre
de
passage.


• Il
peut
aussi
composer
et
enregistrer
sa
propre
musique.

Degré
de
centralité
de
l’activité



Cette
 activité
 répond
 bien
 aux
 curricula
 de
 l’enseignement
 de
 base,
 à
 l’exemple
 du

curriculum
 de
 4e
 année
 en
 Éveil
 (éducation
 artistique
 et
 sportive)
 :
 créer
 et
 réaliser
 des

objets
 décoratifs
 avec
 un
 souci
 artistique,
 produire
 un
 rythme
 à
 l’aide
 d’un
 instrument
 de

musique
 et
 celui
 de
 5e
 année
 à
 savoir,
 réaliser
 des
 projets
 complexes
 dans
 des
 activités

artistiques
(dessin,
chant,
travail
manuel,
musique).
Elle
est
donc
facilement
intégrable
aux

curricula.









Application
pédagogique
1

Reconnaissance
des
différents
instruments
employés
en
musique
et
leurs
catégories

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
Instruments,
percussions,
instruments
à
vent,
instruments
à
cordes.

Savoir­faire:
 Créer
 et
 réaliser
 des
 objets
 avec
 un
 souci
 artistique,
 produire
 un
 rythme
 à

l’aide
 d’un
 instrument
 de
 musique
 Regouper
 les
 instruments
 selon
 leur
 catégorie
 au
 sein

d’un
orchestre.

Déroulement:

Les
élèves
pourront
créer
des
groupes
de
sons
harmonieux
à
partir
de
la
panoplie
qui
leur

est
présentée.
L’enseignant
peut
demander
aux
élèves
de
choisir
un
instrument
de
musique,

un
son,
des
cris
ou
des
voix
préenregistrées
dans
le
répertoire
d’onglets
qui
s’affiche
en
bas

de
 l’écran.
 Ensuite,
 l’enseignant
 demande
 de
 choisir
 un
 rythme
 dans
 l’onglet
 Loops,
 de

l’associer
 aux
 sons
 et
 instruments
 sélectionnés
 plus
 haut
 et
 de
 cliquer
 pour
 entendre
 la

composition
 faite.
 À
 travers
 cette
 variété
 l’élève
 a
 la
 possibilité
 de
 réaliser,
 de
 créer

d’enregistrer
et
d’écouter
ses
compositions
musicales
en
cliquant
sur
les
numéros
et
signes

choisis
 pour
 identifier
 les
 instruments
 et
 les
 sons
 sélectionnés.
 À
 ce
 moment,
 l’élève
 sera

conscient
de
son
esprit
de
créativité
recherché
dans
les
curricula
en
Éveil.

Application
pédagogique
2

Mobilisation
des
capacités
dans
la
création

Niveau(x):
5e
année
du
primaire

Savoirs:
Le
chant,
la
composition

Savoir­faire:
 Réaliser
 des
 projets
 complexes
 dans
 des
 activités
 artistiques.
 Capacité
 à

coordonner
et
à
harmoniser
les
instruments,
les
sons
et
le
chant.

Déroulement:

Selon
 les
 indications
 de
 l’enseignant,
 l’élève
 pourra
 combiner
 des
 sons
 à
 des
 bureaux

différents
 et
 parvenir
 à
 la
 création
 d’un
 orchestre
 virtuel.
 L’enseignant
 demandera
 aux

élèves
 de
 constituer
 une
 chorale
 et
 avec
 le
 XO,
 de
 composer
 la
 musique
 qui
 peut
 les

accompagner.
 Les
 élèves
 qui
 réussiront
 à
 produire
 une
 musique
 rythmée
 et
 harmonieuse

démontreront
ainsi
leur
capacité
de
coordination
et
d’harmonisation
ou
encore
d’ingénierie

en
 son.
 Au
 lieu
 de
 s’intéresser
 à
 la
 méthode
 traditionnelle
 de
 vocalise,
 la
 possibilité
 est

offerte
aux
élèves
d’exploiter
des
instruments
et
des
sons
tel
un
DJ
sur
une
piste.

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Tam‐Tam
Jam

Pour
 accéder
 à
 l’activité
 Tam­Tam
 Jam
 dans
 le
 XO,
 après
 ouverture,
 dans
 la
 perspective

Accueil,
 placer
 le
 curseur
 sur
 l’icône
 représentée
 par
 un
 tam‐tam
 associé
 avec
 une

trompette
 et
 une
 guitare.
 Trois
 options
 apparaitront
:
 Lancer,
 Retirer
 le
 favori,
 et

Supprimer.
Cliquer
sur
lancer
en
appuyant
sur
le
bouton
gauche
(représenté
par
le
X)
du

pavé
tactile,
pour
rentrer
dans
l’activité.
Ou
encore
pour
aller
plus
vite,
cliquer
directement

sur
l’icône
pour
rentrer
dans
l’activité.











Cette
activité
présente
plusieurs
onglets.
L’onglet
Jam

comprend
les
options
de
contrôle
du

Volume
et
du
Tempo.
Le
3e
onglet
Playback
permet
d’arrêter
les
boucles,
de
les
assourdir

ainsi
qu’une
visualisation
(métronome)
et
un
contrôle
des
battements.
L’onglet
Bureau
est

comme
 une
 carte
 mémoire
 qui
 garde
 toutes
 les
 compositions
 faites
 dans
 les
 différents

environnements
de
composition
de
l’activité.
L’onglet
Enregistrer
permet
l’enregistrement

de
nouveaux
sons
à
l’aide
du
microphone.



En
bas
de
l’écran
il
y
a
Drums
Kits
(ensemble
de
batteries
et
de
tam‐tam),
Loops
(banque

de
 séquences
 musicales),
 All
 (tous
 les
 types
 de
 sons),
 Concret
 (le
 son
 parmi
 des
 objets

extraits
 de
 l’environnement),
 Animals
 (cris
 des
 animaux),
 Keyboard
 (les
 claviers),
 My

sounds
 (mes
 sons),
 People
 (des
 voix
 d’enfant
 préenregistrées),
 Strings
 (instruments
 à

cordes),
Winds
(instruments
à
vent)
et
Percussions.



Pour
constituer
l’orchestre,
l’élève
n’a
qu’à
glisser‐déposer
pour
assembler
les
instruments,

les
sons
et
les
séquences
musicales
(Loops).


Effectuer
un
clic
sur
le
bouton
droit
(O)
sous

le
pavé
tactile
pour
accéder
à
de
nouvelles
options
(contrôle
de
la
réverbération,
édition
de







la
 séquence,
 contrôle
 du
 battement
 pour
 l’instrument,
 bouton
 du
 clavier
 désigné
 pour

activer
l’instrument,
etc.).





L’activité
peut
se
partager
avec
le
voisinage
et
se
faire
en
dyades
ou
en
triades.
Les
élèves

pourront
 échanger
 sur
 leurs
 différentes
 compositions,
 apporter
 des
 suggestions,
 des

innovations
 par
 rapport
 au
 projet
 de
 la
 classe
 (par
 exemple,
 constituer
 une
 mélodie
 pour

Noël
 ou
 pour
 le
 Nouvel
 An).
 La
 capacité
 d’interagir
 est
 développée
 et
 est
 même
 centrale

dans
cette
activité.
Elle
développe
l’esprit
de
coopération
et
de
créativité.



Activité
Tam‐Tam
Edit



Résumé
de
l’activité

L’élève
 peut
 composer
 ou
 jouer
 de
 la
 musique
 seul
 et/ou
 avec
 d’autres
 apprenants
 en

utilisant
 des
 effets
 sonores,
 des
 instruments
 ou
 des
 sons
 enregistrés.
 Le
 XO
 se
 veut
 de

favoriser
 les
 compétences,
 c'est‐à‐dire
 de
 développer
 la
 capacité
 de
 sélectionner
 un

instrument,
de
choisir
les
sons
et
de
réaliser
des
mélodies.

Les
avantages
pédagogiques
de
l’exploitation
de
l’activité
Tam­tam
Edit
pour
l’enseignant

sont
 que
 ce
 dernier
 dispose
 de
 tous
 les
 instruments
 possibles
 :
 piano,
 clarinette,
 banjo,

xylophone,
 etc.,
 plus
 les
 différents
 sons
 et
 les
 différentes
 possibilités
 d’ajustement,

coordination,
symbiose
et
donc
de
création
illimitée
qu’il
peut
partager
avec
l’ensemble
du

groupe
classe.

Affordances
de
l’activité

• L’apprenant
 est
 capable
 de
 composer
 une
 mélodie
 en
 utilisant
 une
 panoplie

d’instruments
comme
la
guitare,
le
piano,
la
flûte,
le
xylophone,
la
clarinette...

• L’apprenant
 est
 capable
 d’améliorer
 ses
 compositions
 en
 y
 intégrant
 divers
 autres

sons
émis
par
des
enfants,
des
cris
d’animaux
(coq,
cheval,
grenouille...).


• Il
peut
composer
une
musique
et
l’enregistrer
instantanément.







• Il
peut
sélectionner
pour
sa
création
ou
sa
mimique
des
sons
générés
par
le
XO.

• Il
peut
enregistrer
non
seulement
son
clavier,
mais
aussi
mettre
sa
musique
sur
ogg

c’est‐à‐dire
prête
à
l’exportation.

• Il
 peut
 sélectionner
 ses
 outils
 afin
 de
 marquer
 la
 différence
 au
 niveau
 des
 notes

musicales
et
la
fréquence
des
sons
(en
se
servant
de
l’outil
peinture).

• L’ordinateur
 vert
 propose
 des
 outils
 de
 dessin
 pour
 l’élaboration
 des
 notes
 de

musique.

• L’apprenant
peut
modifier
le
volume
du
tempo
selon
sa
volonté.

• Le
XO
propose
des
instruments
modernes
de
musique
que
l’élève
peut
reconnaître

ou
découvrir
tout
en
ayant
les
tonalités.
Il
comporte
aussi
des
animaux
et
leurs
cris

respectifs.

• L’élève
 peut
 partager
 toutes
 ses
 activités
 aussi
 bien
 avec
 l’enseignant
 qu’avec
 son

voisinage
qui
est
composé
de
ses
pairs
connectés
au
réseau
maillé.

• Il
peut
soumettre
ses
travaux
à
l’enseignant.

• Il
 peut
 également
 faire
 intervenir
 ses
 pairs
 dans
 ses
 compositions,
 ces
 derniers

peuvent
y
apporter
leurs
modifications,
leurs
rajouts,
etc.

Degré
de
centralité
de
l’activité



En
nous
référant
au
curriculum
des
4e
et
5e
année

ainsi
qu'à

celui

de
1re
année,
l’activité

Tam­Tam
Edit
s’intègre
dans
la
rubrique
Éveil.

En
4e
et
5e
année
par
exemple
:

‐
D’abord
au
palier
4
à
la
22e
semaine,
l’élève
doit
exécuter
un
chant.

‐
Ensuite
au
palier
5,
à
la
29e
semaine
les
savoirs
des
apprenants
se
construisent
autour
des

instruments.

‐Deux
 types
d’instruments
sont
retenus
:
les
instruments
à
percussion
(tamtam,
tambour)

et
les
instruments
à
vent
(flûte,
trompette,
harmonica...).

‐À
la
fin
des
apprentissages,
l’élève
doit
être
capable
d’utiliser
un
instrument
à
percussion

ou
à
vent.

En
 guise
 de
 justification
 des
 possibilités
 d’intégration
 de
 l’activité
 au
 curriculum,
 on
 peut

expliquer
 qu’avec
 l’activité
 Tam­Tam
 Edit,
 l’apprenant
 peut
 composer
 une
 musique
 qui

accompagnerait
 un
 chant.
 L’apprenant
 peut
 également
 créer
 sa
 propre
 musique
 avec
 les

instruments
 imposés
 par
 le
 curriculum,
 mais
 il
 peut
 les
 enrichir
 avec
 beaucoup
 d’autres

possibilités
 que
 lui
 offre
 le
 XO
 notamment
 celle
 d’y
 ajouter
 des
 sons
 tels
 que
 les
 cris







d’animaux
 (oiseau,
 chien,
 etc.)
 ou
 des
 voix
 humaines.
 Il
 peut
 également
 partager
 la

composition
de
la
musique
avec
les
autres.

Application
pédagogique
1

Composition
d’une
mélodie

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
Les
chants
traditionnels
et/ou
modernes

Savoir­faire:
Exécuter
un
chant
traditionnel
et/ou
moderne.

Déroulement:

Les
 élèves
 vont
 créer
 leur
 propre
 mélodie
 pour
 la
 présentation
 d’un
 ballet.
 Comme

illustration,
la
Première
symphonie
dyade
Brigitte/Solange.

L’élève
 sélectionne
 la
 rubrique
 Composer,
 ensuite
 il
 opère
 le
 choix
 des
 instruments
 de

musique
 (grenouille,
 chien,
 coq,
 balafon),
 puis
 sur
 la
 feuille
 de
 papier,
 il
 consigne
 les

séquences
des
notes
musicales
afin
d’obtenir
la
musique
voulue.

De
 même,
 les
 élèves
 de
 1re
 année
 peuvent
 être
 amenés
 à
 exécuter
 en
 groupe
 l’hymne

national
(la
Concorde).

Application
pédagogique
2

Composition
d’un
répertoire
musical

Niveau(x):
4e
année
du
primaire

Savoirs:
Prendre
conscience
de
la
valeur
des
chants
traditionnels
locaux
et/ou
modernes.

Savoir­faire:
 Valoriser
 des
 créations
 musicales
 originales
 (exemple:
 élone,
 Ikokou,
 etc).

Exécuter
des
chants
traditionnels
ou
modernes
au
sein
d’un
orchestre
qui
animera
lors
de
la

journée
culturelle
de
l’école
à
la
fin
de
l’année.

Déroulement:

Placés
 par
 groupe
 de
 cinq,
 les
 élèves
 vont
 sélectionner
 des
 instruments
 musicaux
 du
 XO,

reconnaître
 ceux
 qui
 font
 partie
 de
 la
 culture
 traditionnelle
 (il
 faut
 relever
 que
 le
 Gabon

comporte
 une
 cinquantaine
 d’ethnies),
 composer
 ou
 mimer
 des
 mélodies
 afin
 que
 tous

ensemble
constituent
un
répertoire
musical
pour
la
fête
de
fin
d’année.

Guide
d’utilisation
de
l’activité
Tam‐Tam
Edit

Sur
 la
 page
 d’accueil,
 poser
 le
 curseur
 sur
 l’icône
 Tam­Tam
 Edit,
 une
 fenêtre
 s’ouvre,

cliquer
sur
l’option
Lancer,
une
page
s’ouvre.









Elle
présente
à
l’extrême
gauche,
une
panoplie
d’instruments
(guitare,
piano,
tam‐tam,
etc.).

Pour
 changer
 d’instrument,
 cliquer
 sur
 leur
 image.
 Cliquer
 sur
 le
 symbole
 d’addition
 (+)

pour
ajouter
un
nouvel
instrument
à
la
liste.



La
 barre
 à
 onglets
 de
 l’activité
 nous
 offre
 trois
 choix
:
 Activté,
 Composer
 et
 Générer

L’onglet
Composer
affiche
une
barre
comprenant
trois
compartiments.









À
gauche
:
un
bouton
Jouer/Pause,
un
autre
Stop
puis
un
troisième
Enregistrer
le
clavier

et
 enfin
 un
 dernier
 ogg
 permettant
 d’enregistrer
 les
 sons
 en
 format
 ogg
 pour

ultérieurement
les
convertir
vers
les
formats
MP3
ou
CD.

Au
centre,
on
a
un
outil
de
sélection
pour
déplacer
les
séquences,
un
crayon
et
un
pinceau,

qui
nous
permet
d’éditer
les
séquences
des
instruments.

À
 droite,
 un
 bouton
 Recopier
 qui
 effectue
 une
 copie
 de
 la
 séquence.
 Enfin
 un
 bouton

Volume/Tempo
sur
lequel
laisser
notre
curseur
pour
accéder
aux
contrôles.

Pour
 composer
 une
 mélodie:
 cliquer
 sur
 l’onglet
 Composer
 puis
 sélectionner
 les

instruments
voulus.



Ensuite,
cliquer
sur
le
crayon
pour
tracer
des
traits
en
face
de
l’instrument
choisi
et
faire

des
points
en
bas
de
page
(ce
qui
constituera
la
séquence
à
jouer
par
l’instrument).

Au
bas
de
l’écran
apparaissent
les
différentes
séquences
qui
composent
votre
morceau.


La
composition
peut
être
écoutée
en
cliquant
sur
le
bouton
Jouer.
Pour
marquer
un
arrêt

pour
 effectuer
 une
 amélioration,
 cliquer
 sur
 le
 bouton
 Pause
 et
 ajouter
 les
 arrangements

souhaités.

On
 peut
 améliorer
 la
 composition
 en
 y
 ajoutant
 des
 sons
 d’animaux,
 des
 cris
 d’oiseau
 ou

d’enfants,
etc.

Pour
que
l’ordinateur
génère
un
son
ou
une
séquence
selon
vos
paramètres,
cliquer
d’abord

sur
l’onglet
Générer.









La
barre
du
haut
change
d’option:
les
boutons
Jouer/Pause
et
Stop
apparaissent
toujours,

puis
 trois
 autres
 s’ajoutent:
 Générer
 un
 son,
 Génération
 puis
 Propriété.
 En
 laissant
 le

curseur
 sur
 l’icône
 Propriété,
 ce
 dernier
 permet
 de
 sélectionner
 le
 niveau
 des
 différents

éléments
(division
de
la
grille,
couleur
de
page,
transposition,
pan,
volume,
etc.)



Ensuite,
 cliquer
 sur
 Génération,
 une
 fenêtre
 s’ouvre,
 elle
 permet
 de
 régler
 le
 rythme,
 la

hauteur,
la
durée,
l’échelle,
et
le
mode
de
la
mélodie
ainsi
générée.









Pour
 finir,
 il
 est
 possible
 d’enregistrer
 votre
 composition
 dans
 le
 Journal
 du
 XO
 pour
 le

conserver
pour
une
utilisation
ultérieure
(utiliser
la
procédure
Conserver
décrite
à
la
page

15
du
Guide
d’initiation
au
XO
et
à
l’environnement
Sugar
v.8.2)
,
ou
l’enregistrer
en
format

ogg
pour
son
exportation.

Conclusion

En
définitive,
ce
chapitre
a
tenté
une
description
des
possibilités
du
XO
à
l'école
primaire

du
Gabon.
Loin
d'être
exhaustif,
on
retient
que
plusieurs
activités
peuvent
être
exploitées

avec
 le
 XO
 en
 contexte
 scolaire
 de
 l'école
 primaire
 de
 façon
 singulière.
 De
 même,
 il
 est

possible
 de
 combiner
 des
 activités
 dans
 le
 cadre
 des
 applications
 pédagogiques.

L'adaptation
 au
 contexte
 gabonais
 passe,
 entre
 autre,
 par
 une
 intégration
 du
 XO
 en

conformité
 avec
 les
 curricula.
 Pour
 aller
 plus
 loin,
 on
 peut
 encore
 envisager
 un
 cadre

d'exploitation
du
XO:
la
pédagogie
du
projet.







Chapitre
3

Introduction

Le
présent
chapitre
suggère,
à
titre
illustratif,
quatre
projets
qui
pourraient
être
réalisés
en

combinant
 certaines
 activités
 (ou
 affordances)
 du
 XO.
 Il
 s’agit
 de
 projets
 portant
 sur
 la

déforestation,
l’insalubrité,
le
patrimoine
culturel,
et
les
langues
nationales.
Comme
vous
le

verrez,
ces
projets
couvrent

différents
domaines
d’études.
Chacun
des
projets
est
présenté

selon
 un
 style
 propre,
 car
 il
 est
 apparu
 plus
 important
 de
 rendre
 compte
 d’une
 certaine

diversité
 d’actions
 possibles
 que
 d’unifier
 la
 présentation
 des
 projets.
 Toutefois,
 chaque

proposition
de
projet
suit
la
démarche
méthodologique
suggérée
par
Grégoire
et
Laferrière

(1998)
:



Projet
1
:
L’herbier
à
l’école

Projet
d’établissement
scolaire
:
«
L’herbier
à
l’école.
»

DESCRIPTION
DU
PROJET

Ce
 projet
 a
 été
 conçu
 pour
 être
 réalisé
 en
 quatrième
 et/ou
 cinquième
 année
 du
 cycle

primaire,
dans
le
système
éducatif
gabonais.

PREMIÈRE
PHASE
:
PRÉPARATION
D’UN
PROJET

Discussion
 de
 la
 faisabilité
 de
 ce
 projet
 avec
 deux
 enseignants,
 Valentine
 et
 Béranger,
 de

l’école
 primaire
 d’Application
 de
 l’École
 Normale
 Supérieure.
 Les
 deux
 enseignants
 ont

trouvé
cela
très
passionnant,
et
très
actuel
d’autant
plus
que
Valentine
avait
déjà
piloté
un







projet
d’agriculture
avec
une
classe
de
troisième
du
cycle
primaire.
Le
projet
de
«
l’herbier
à

l’école
»
lui
semblait
réalisable.

1/
CHOIX
DU
THÈME
:

Le
 choix
 du
 thème
 est
 laissé
 à
 l’initiative
 de
 l’enseignant
 ou
 de
 l’enseignante,
 au
 travers

d’une
discussion
avec
la
classe
cible,
sur
la
grande
circulation
des
grumiers
dans
la
ville
de

Libreville.

Objectifs
d’apprentissages
:

‐
Recenser,
photographier,
nommer
et
reconnaître
certaines
plantes
de
l’environnement
le

plus
proche
de
l’élève,
ici,
il
s’agira
de
la
cour
de
l’école.

‐
Déterminer
quelques
utilités
de
plantes.

‐
Définir
l’expression
:
«
déforestation
».

‐
Répertorier
quelques
conséquences
de
la
déforestation.

‐
Sensibiliser
sur
l’importance
des
plantes
dans
l’environnement
de
l’élève.

‐
Planter
des
arbres
dans
l’école.

‐
Élaborer
un
herbier
de
10
pages.

Habiletés
ou
attitudes
développées
par
l’élève
au
travers
du
projet
:

‐
Reconnaître,
nommer,
sensibiliser,
planter
des
arbres
en
utilisant
le
XO.

2/
REPÉRAGE
DE
RESSOURCES
REQUISES
:

Les
élèves
auront
accès
aux
ressources
contenues
dans
la
librairie
du
XO.
Ils
consulteront

des
documents
adaptés
sur
Internet,
ainsi
que
sur
des
logiciels
à
l’aide
du
XO.

Obtention
 par
 l’enseignant
 ou
 l’enseignante
 d’une
 permission
 des
 élèves
 de
 l’école
 de

pouvoir
 se
 rendre
 à
 l’herbier
 national
 de
 Libreville,
 ou
 à
 l’herbier
 de
 l’Université
 de

Libreville.

3/
ORGANISATION
DU
TRAVAIL
:

L’élève
 doit
 s’approprier
 le
 projet,
 et
 l’enseignant
 ou
 l’enseignante
 jouera
 un
 rôle
 de

facilitateur,
ou
de
personne
ressource
dans
l’organisation
et
l’exécution
du
projet.

L’enseignant
 organise
 la
 classe
 en
 triades.
 Chaque
 triade
 travaille
 sur
 une
 plante.
 Elle

photographie
la
plante
à
l’aide
du
XO,
la
nomme
à
l’aide
des
informations
recueillies
dans
la

librairie
 du
 XO,
 ou
 de
 la
 sortie
 à
 l’herbier
 national
 et
 détermine
 quelques
 utilités
 de
 cette

plante.
 On
 effectue
 pour
 cette
 plante
 une
 page
 traditionnelle
 et
 une
 page
 électronique
 de

l’herbier.







Les
triades
interchangent
régulièrement
leurs
résultats
et
chaque
triade
présente
à
tour
de

rôle
ses
résultats
à
toute
la
classe.

DEUXIÈME
PHASE
:
L’EXÉCUTION
DU
PROJET

L’exécution
du
projet
peut
prendre
toute
l’année
scolaire,
à
raison
d’une
heure
par
semaine

pendant
le
cours
d’éveil.
(Il
peut
prendre
moins
de
temps,
environ
6
mois,
si
l’enseignant
ou

l’enseignante
 décide
 de
 mettre
 au
 profit
 du
 projet
 le
 temps
 réservé
 au
 travail
 manuel,
 30

minutes
par
jour
dans
le
système
éducatif
gabonais).

L’enseignant
veille
à
ce
que
les
élèves
respectent
le
temps
de
travail
et
que
les
interactions

entre
élèves
contribuent
à
bâtir
une
communauté
d’apprenants.

L’enseignant
 ou
 l’enseignante
 favorise
 la
 communication
 fréquente
 entre
 apprenants,

encourage,
 stimule,
 rectifie
 le
 tir,
 aide
 les
 élèves
 à
 faire
 régulièrement
 le
 point
 sur

l’évolution
de
leur
travail.

4/
ÉLABORATION
PROGRESSIVE
D’UNE
PENSÉE
ET
DE
DOCUMENTS
:

Élaboration
 progressive
 au
 sein
 de
 chaque
 triade,
 d’une
 pensée
 d’un
 environnement
 vital

pour
l’homme,
par
la
présence
des
plantes,
et
sa
responsabilité
pour
son
équilibre.

Élaboration
progressive,
par
tout
le
groupe
classe
d’un
herbier
électronique
des
plantes
de

l’école,
classées
au
travers
de
la
librairie
ou
du
journal
du
XO.

Élaboration
progressive,
par
tout
le
groupe
classe,
d’un
herbier
traditionnel,
constitué
de
10

pages.
 Chaque
 page
 représentant
 une
 plante
 par
 sa
 feuille
 et/ou
 sa
 fleur
 séchée,
 avec
 son

nom
commun
et
son
nom
scientifique,
et
quelques
utilités
particulières
à
sa
spécificité.

Élaboration
 progressive
 d’un
 jardin
 botanique,
 les
 élèves
 planteront
 quelques
 arbres
 ou

quelques
plantes
dans
la
cour
de
l’école.

5/
LA
COORDINATION
ET
LA
SYNTHÈSE
DES
CONTRIBUTIONS
:

Présentation
 à
 l’ensemble
 de
 la
 classe
 des
 tâches
 de
 chaque
 triade,
 questions
 et

commentaires
pour
enrichir
et
améliorer
la
production
collective
de
la
classe.

L’enseignant
 ou
 l’enseignante
 intervient
 devant
 toute
 la
 classe
 pour
 dire
 ce
 qui
 est
 positif

par
rapport
au
projet
et
améliore
les
manquements
tout
en
encourageant
et
en
stimulant.

TROISIÈME
PHASE
:
L’EXPLOITATION
PÉDAGOGIQUE
DU
PROJET

6/
RETOUR
SUR
LE
PROJET
:

Une
fois
réalisé,
le
projet
devrait
avoir
permis
de
faire
apprendre
au
groupe
classe
que
les

plantes
sont
indispensables
à
l’environnement
de
l’homme,
car
elles
apportent
de
l’oxygène,

de
la
nourriture,
de
l’ombre
etc
...

L’homme
doit
protéger
les
plantes
de
son
environnement

et
les
maintenir
en
replantant
par
exemple.









7/
LES
SUITES
DU
PROJET
:

Élaboration
 d’un
 jardin
 botanique,
 du
 niveau‐école
 primaire.
 Les
 élèves
 planteront

quelques
arbres
dans
la
cour.

Exposition
 des
 résultats
 du
 projet
 avec
 les
 autres
 classes
 de
 l’école
 et
 sensibilisation
 des

autres
groupes
classes
au
respect
de
l’environnement
et
notamment
des
plantes.

Échange
des
résultats
du
projet
avec
d’autres
écoles
de
la
ville,
de
la
zone
rurale
ou
d’autres

pays
au
travers
du
XO
par
Internet.



Projet
2
:
Lutte
contre
l’insalubrité


Le
projet
pourra
se
réaliser
en
trois
phases:
conception‐exécution‐évaluation.

Conception

Signalons
pour
commencer
que
le
projet
concerne
tous
les
élèves
du
primaire,
quel
que
soit

le
niveau.
La
différence
se
fera
simplement
au
niveau
du
degré
d’implication
qui
pourra
être

lié
en
fonction
de
l’âge,
mais
surtout
du
niveau
des
élèves.

Le
projet
pourra
se
faire
en
trois
mois
dès
la
rentrée
des
classes,
qui
a
lieu
ici
au
Gabon
au

moi
d’octobre,
autrement
dit
au
premier
trimestre.
Ce
calendrier
aura
l’avantage
de
voir
les

actions,
qui
pourront
être
réalisées
à
court
moyen
et
long
terme
pour
la
réussite
du
projet.

La
 réussite
 du
 projet
 passe
 donc
 par
 la
 prise
 en
 compte
 de
 certains
 préalables
 par

l’enseignant
 ou
 l’enseignante.
 En
 pratique
 cela
 revient
 à
 l’enseignant
 ou
 l’enseignante
 de

faire
le
tour
de
la
question
pour
dégager
une
problématique;
ainsi,
les
élèves
doivent
savoir

de
 quoi
 il
 s’agit,
 identifier
 les
 sources
 d’informations
 et
 du
 problème,
 puis
 apporter
 leurs

réflexions
et
propositions
sur
les
éventuelles
solutions
au
problème
posé.

Dans
 le
 cas
 de
 la
 lutte
 contre
 l’insalubrité
 à
 Libreville
 qui
 est
 ici
 notre
 exemple,
 nous

pouvons
faire
les
suggestions
suivantes.

Définir
 en
 termes
 simples
 et
 appropriés
 les
 concepts
 de
 l’énoncé
 en
 tenant
 compte
 du

niveau
de
langue
et
d’étude
des
élèves.
La
propreté,
la
saleté
l’hygiène
seraient
dans
cette

optique
 des
 notions
 appropriées,
 ceci
 à
 tous
 les
 niveaux
 du
 primaire,
 c’est
 à
 dire
 de
 la

première
à
la
quatrième
année.

Avec
la
classe,
et
à
partir
de
ces
définitions,
faire
un
constat
général
de
la
situation
de
la
ville

de
 Libreville
 en
 identifiant
 ensemble
 les
 endroits
 sales
 sans
 distinction.
 Cela
 concerne

l’école
le
quartier
les
rues,
etc.

Faire
connaître
aux
élèves
les
origines
et
les
causes
de
cette
situation.

Sensibiliser
sur
les
dangers
d’une
telle
situation
en
évoquant
par
les
maladies
ou
même
les

épidémies.







En
 pratique
 cela
 revient
 à
 faire
 le
 rapport
 entre
 l’insalubrité
 de
 la
 ville
 avec
 le
 travail

scolaire.
Il
s’agira
ici
de
présenter
aux
élèves
les
conséquences
directes
de
l’insalubrité
sur

le
 rendement
 scolaire.
 Par
 exemple,
 montrer
 aux
 enfants
 que
 les
 moustiques
 qui

transmettent
 le
 paludisme
 à
 l’homme,
 vivent
 non
 seulement
 dans
 les
 hautes
 les
 hautes

herbes
qui
entourent
nos
écoles
et
nos
maisons;
mais
aussi
dans
les
eaux
usées
des
mares
et

des
caniveaux
non
curés
des
quartiers
populeux
de
la
capitale
gabonaise.

Le
 projet
 aura
 alors
 pour
 ambition
 de
 faire
 connaître
 aux
 élèves
 leurs
 droits
 et
 leurs

obligations
 pour
 vaincre
 ce
 phénomène.
 Dans
 ce
 cas
 précis,
 on
 évoquera
 les
 moyens

humains
 matériels
 et
 financiers.
 Le
 rechercher
 en
 associant
 les
 élèves
 à
 la
 conception
 du

projet
à
travers
cette
discussion
menée
en
classe
afin
de
leur
faire
prendre
conscience
des

problèmes
qui
se
posent
dans
leur
environnement
et
qui
ont
un
impact
réel
sur
leur
vie.
Il

s’agit
 aussi
 de
 susciter
 un
 esprit
 d’engagement
 citoyen,
 favoriser
 la
 coopération,
 la

complémentarité
et
la
solidarité.

Exécution

La
 phase
 exécutive
 du
 projet
 sera
 capitale
 dans
 la
 mesure
 ou
 elle
 renferme
 des
 actions

concrètes
que
les
élèves
poseront
sur
le
terrain.
Ce
sont
ces
actions
qui
matérialiseront
le

travail
des
enfants.

L’enseignant
ou
l’enseignante
pourra
par
exemple
organiser
une
visite
guidée
de
la
classe

dans
une
entreprise
de
collecte
et
ramassage
d’ordures
ménagères.

Après
 cette
 étape,
 l’intégration
 du
 XO
 à
 la
 réalisation
 du
 projet
 devient
 fondamentale.
 Il

s’agira
d’utiliser
le
petit
ordinateur
vert
comme
outil
pour
que
la
classe
élabore
sa
réflexion

sur
la
lutte
contre
l’insalubrité
à
Libreville.

Les
activités
du
XO
telles
que
calculer,
discuter
distance,
scratch,
dessiner,
écrire,
naviguer,

vidéo,
interviewer
seront
largement
mis
à
contribution
pour
la
réalisation
du
projet,
même

si
 d’autres
 peuvent
 aussi
 être
 sollicitées.
 On
 pourra
 par
 exemple
 s’appuyer
 sur
 la

contribution
 de
 Géraldine
 pour
 illustrer
 l’apport
 du
 XO
 dans
 ce
 combat
 que
 mèneront
 les

élèves.
À
cela
s’ajoutera
par
exemple
le
dessin
ou
l’on
pourra
faire
faire
les
prospectus
sur

les
bons
réflexes
tels
ne
pas
jeter
les
ordures
n’importe
où
et
d’autres
montrant
où
les
jeter.

Contrairement
à
ce
que
pense
Jean
Paulin
dont
les
remarques
sont
tout
à
fait
pertinentes,
je

soutiens
 que
 les
 activités
 calculer
 et
 distance
 s’intègrent
 parfaitement
 au
 projet.
 À
 titre

illustratif,
nous
dirons
que
le
contexte
offre
lui
même
cette
opportunité:

‐
ceux
qui
connaissent
Libreville
s’aperçoivent
que
très
souvent
les
bacs
à
ordure
sont

disposés
 à
 l’entrée
 des
 écoles
 lycées
 et
 collèges,
 l’odeur
 des
 déchets
 indispose

régulièrement
les
élèves,
le
même
constat
se
fait
dans
les
quartiers
populaires
avec
les

latrines
qui
sont
construits
anarchiquement.

‐
on
remarque
aussi
à
Libreville
que
les
bacs
sont
insuffisants
dans
la
mesure
où
ceux

disposés
 sont
 souvent
 débordés
 et
 se
 remplissent
 une
 heure
 après
 le
 passage
 du

camion
de
la
société
chargée
de
la
collecte
et
du
ramassage
des
ordures!







Fort
 de
 ce
 constat
 on
 peut
 donc
 mesurer
 la
 distance
 des
 bacs
 avec
 l’école
 ou
 des
 latrines

avec
les
maisons,
calculer
le
volume
du
bac
à
ordure,
la
quantité
de
déchet
produite
par
un

individu,
 et
 aussi
 le
 nombre
 d’habitants
 dans
 le
 quartier
 pour
 comprendre
 pourquoi
 les

ordures
ménagères
débordent
des
bacs
et
tirer
des
conclusions.

D’autre
 part,
 les
 actions
 peuvent
 consister
 à
 formuler
 les
 demandes
 d’aides
 aux

organisations
 non
 gouvernementales
 pour
 refaire
 la
 peinture
 par
 exemple.
 De
 même,
 les

parents
d’élèves
peuvent
cotiser
pour
réparer
les
toilettes
des
écoles
qui
dans
la
plupart
des

établissements
du
Gabon
ne
fonctionnent
pas
ou
sont
à
construire.

Évaluation

À
partir
des
connaissances
acquises
lors
de
la
réalisation
du
projet
demander
aux
élèves
de

faire
des
propositions
pour
remédier
autant
que
faire
se
peut
à
la
situation.

Les
 informations
 recueillies
 seront
 utilisées
 par
 l’enseignant
 ou
 l’enseignante
 dans
 son

enseignement
 en
 fonction
 du
 curriculum
 et
 des
 matières
 du
 programme
 de
 la
 classe.
 Au

niveau
de
l’éducation
civique,
il
ou
elle
peut
sensibiliser
les
élèves
sur
le
comportement
en

matière
de
gestion
individuelle
des
ordures
dans
la
mesure
ou
très
souvent
les
gens
jettent

les
ordures
dans
les
lieux
interdits,
parfois
même
on
remarque
que
certains
le
font
sur
le
sol

même
 lorsqu’il
 y
 a
 un
 bac
 à
 ordure
 ou
 une
 poubelle
 à
 côté.
 Les
 élèves
 sont
 d’ailleurs

champions
de
cette
attitude,
puisque
très
peu
jettent
leurs
déchets
dans
la
poubelle.

L’évaluation
 se
 fera
 par
 l’observation
 du
 comportement
 des
 élèves,
 des
 changements

survenus
 dans
 leur
 environnement,
 et
 de
 l’attention
 que
 pourra
 leur
 accorder
 l’autorité

municipale
et
surtout
les
parents
quant
à
nécessiter
d’assainir
leur
milieu.



Projet
3
:
Les
bars
et
moi

Introduction

Le
système
éducatif
est
marqué
depuis
quelques
années
par
des
réformes
profondes
visant

à
 le
 rendre
 plus
 efficace.
 La
 matérialisation
 la
 plus
 marquante
 de
 ce
 qu’on
 peut
 convenir

d’appeler
une
mini
révolution,
est
l’introduction
d’une
approche
par
les
compétences
(APC)

à
l’école
primaire.
Il
s’agit
de
dépasser
la
simple
maîtrise
d’objectifs
atomiques
en
donnant
à

l’élève
 l’occasion
 de
 mobiliser
 des
 ressources
 pour
 résoudre
 des
 situations
 –
 problèmes

complexes.

Dans
la
contribution
qui
suit,
nous
proposons
un
enrichissement
de
l’A.P.C.
:
l’approche
(ou

la
pédagogie)
par
projets.
Les
précurseurs
de
cette
approche
sont
les
Américains
Dewey
et

Kilpatrick,
l’ukrainien
Makarenko
et
le
français
Freinet.

Nous
entrevoyons
cette
option
pédagogique
comme
un
cadre
permettant
aux
élèves
d’aller

encore
 plus
 loin
 dans
 la
 mobilisation
 des
 ressources
 acquises
 à
 l’école.
 En
 effet,
 en

travaillant
 sur
 des
 projets
 qui
 concernent
 leur
 quotidien,
 les
 élèves
 peuvent
 mettre
 à

contribution
 les
 compétences
 développées
 en
 classe.
 L’approche
 par
 projet
 leur
 offre,
 en

outre,
la
possibilité
de
collaborer
avec
leurs
pairs
et
avec
d’autres
personnes
ressources
à







travers
 l’outil
 informatique.
 L’usage
 d’un
 ordinateur
 en
 réseau
 est
 vraiment
 l’élément
 le

plus
marquant
d’un
apprentissage
par
projet.
Avec
l’aide
et
le
soutien
de
leur
enseignant
ou

de
leur
enseignante,
les
enfants
vont
s’activer
autour
d’un
projet
concret
dont
ils
assument

la
 responsabilité.
 Ils
 vont
 ainsi
 pouvoir
 «
 apprendre
 ensemble
 »
 et
 «
 développer
 une

communauté
d’apprenants
»
(Laferrière,
2005)
qui
peut
aller
bien
au‐delà
de
leur
classe,
de

leur
ville
et
même
de
leur
pays.

Comment
 opérationnaliser
 la
 pédagogie
 par
 projet
 dans
 le
 contexte
 si
 particulier
 d’une

école
primaire
gabonaise
?

Le
but
de
la
réflexion
qui
suivra
est
d’esquisser
une
réponse
à
cette
question
importante.
En

effet,
 nos
 écoles
 souffrent
 trop
 souvent
 de
 problèmes
 tels
 que
 le
 manque
 de
 matériel

didactique
ou
les
effectifs
pléthoriques.
Nous
montrerons
comment
l’approche
par
projets

peut
être
mise
en
œuvre
en
tenant
compte
de
ces
particularités.

L’exemple
présenté
ici
est
un
projet
dont
le
thème
pourrait
être
«
les
bars
et
moi
»
destiné
à

des
 élèves
 d’une
 classe
 de
 5e
 année
 primaire.
 Nous
 mettrons
 en
 évidence
 les
 différentes

étapes
 indispensables
 à
 la
 réalisation
 d’un
 tel
 projet
 :
 la
 préparation,
 l’exécution
 et

l’exploitation
pédagogique.

I
–
La
préparation
du
projet

Pourquoi
un
tel
thème
?

Pierre
 Monsard,
 universitaire
 gabonais
 décédé
 il
 y
 a
 quelques
 années,
 affirmait
 non
 sans

raison
qu’en
quarante
ans
d’indépendance
au
Gabon,
on
a
«
construit
plus
de
bistrots
et
de

bars
 que
 de
 bibliothèques
 ».
 Cet
 énoncé,
 que
 quiconque
 connaissant
 le
 Gabon
 ne
 peut

raisonnablement
 contester,
 situe
 bien
 la
 problématique
 de
 la
 prolifération
 des
 bars
 dans

notre
pays.
Dans
l’environnement
de
l’élève,
les
bars
sont
partout
que
ce
soit
au
voisinage

de
chez
lui
ou
à
proximité
de
l’école
avec
leur
cortège
de
nuisances.
Parmi
ces
nuisances
on

peut
citer
le
tapage
nocturne
et
diurne,
l’alcoolisme,
le
tabagisme,
etc.

Dans
bien
des
familles,
l’enfant
est
très
tôt
introduit
dans
cet
univers.
En
effet,
il
n’est
pas

rare
 que
 des
 jeunes
 garçons
 ou
 des
 jeunes
 filles
 d’à
 peine
 une
 dizaine
 d’années
 soient

envoyés
par
leurs
parents
acheter
de
la
bière
ou
des
cigarettes
au
bar
le
plus
proche.
Et
en

violation
totale
avec
la
loi,
les
tenanciers
de
ces
structures
vendront
de
l’alcool
et
du
tabac
à

ces
mineurs.
Ainsi,
lorsque
l’enfant
achète
une
bouteille
de
vin
par
exemple,
il
n’y
a
aucun

moyen
d’être
sûr
qu’il
ne
va
pas
lui
–
même
en
consommer.

Ne
risquons
–
nous
pas
ainsi
de
fabriquer
les
alcooliques
et
les
fumeurs
de
demain
?

La
prolifération
des
bars
dans
nos
villes
va
donc
à
l’encontre
de
la
lutte
contre
ces
fléaux
qui

menacent
notre
société.

Par
 ailleurs,
 les
 bars
 gabonais
 ont
 la
 particularité
 de
 noyer
 le
 voisinage
 sous
 un
 véritable

déluge
de
décibels
de
nuit
comme
de
jour.
Cela
bien
sûr,
encore
une
fois,
en
contradiction

avec
la
loi
gabonaise
qui
interdit
les
nuisances
sonores.
Parfois,
les
bars
sont
si
proches
des

domiciles
ou
des
écoles,
qu’il
devient
difficile
pour
les
enfants
de
travailler
ou
simplement







de
trouver
le
sommeil
à
cause
du
bruit
assourdissant
de
la
musique.
Ainsi,
les
bars
peuvent

avoir
une
influence
négative
sur
les
performances
scolaires.

On
 a
 là
 quelques
 illustrations
 de
 l’intérêt
 qu’il
 y
 a
 pour
 les
 élèves
 de
 réfléchir
 sur
 la

problématique
des
bars
et
de
proposer
des
pistes
de
solution
pour
en
minimiser
les
effets

négatifs
sur
leur
environnement.
Or,
l’expérience
démontre
que
«
pour
qu’une
approche
par

projet
 réussisse,
 il
 faut
 que
 son
 thème
 soit
 proche
 de
 la
 vie
 ou
 des
 centres
 d’intérêt
 des

élèves
»
(Laferrière).

Repérage
des
ressources

‐
Cours
de
sciences
(conséquence
de
l’alcool
et
du
tabac
sur
la
santé
qui
est
au
programme

de
5e
année
primaire)
;

‐
 Cours
 de
 mathématiques
 (calcul
 des
 dépenses
 occasionnées
 par
 l’alcool
 et
 le
 tabac,
 les

élèves
peuvent
fabriquer
des
énoncés
de
problèmes
à
partir
des
questions
posées
à
ceux
qui

fréquentent
 les
 bars
 et
 résoudre
 ces
 problèmes
 en
 mobilisant
 des
 ressources
 acquises
 en

classe,
questions
enregistrées
par
la
caméra
du
XO)
;

‐
Cours
de
français
(Rédaction
d’un
dépliant,
des
affiches,
...)
;

‐
ONG
(Agir
pour
le
Gabon
ou
UNESCO,
OMS,
...)
;

‐
Collaboration
avec
d’autres
écoles
de
la
même
ville,
du
Gabon
ou
de
l’extérieur
du
Gabon

pour
des
comparaisons
par
exemple
;

‐
 Géographie
 et
 dessin
 (Réaliser
 une
 carte
 des
 bars
 du
 quartier
 et
 leur
 proximité
 avec

l’école)

‐
Mesure
de
l’intensité
sonore
dans
les
bars
avec
le
XO
;

Organisation

→
Plan
d’action
:

‐
 Durée
 du
 projet
 :
 10
 semaines,
 une
 demi
 –
 journée
 par
 semaine
 ce
 qui
 ne
 semble
 pas

excessif
du
fait
du
niveau
élevé
de
centralité
des
activités
;

‐
Créer
des
groupes
de
cinq
élèves
avec
chacun
des
tâches
précises
;

‐
 Sorties
 dans
 les
 bars
 sous
 la
 supervision
 de
 l’enseignant
 ou
 de
 l’enseignante
 pour
 les

interviews,
vidéos,
photos
avec
le
XO
;

‐
Invitation
d’une
ONG
pour
expliquer
les
conséquences
sociales
(destruction
de
la
cellule

familiale),
 d’un
 médecin
 pour
 expliquer
 l’impact
 de
 l’alcool,
 du
 tabac
 et
 des
 nuisances

sonores
sur
l’homme.

II
–
L’exécution
du
projet

Élaboration
progressive
d’une
pensée
et
de
documents







Au
 fur
 et
 à
 mesure
 que
 les
 activités
 du
 projet
 se
 déroulent,
 les
 élèves
 doivent
 prendre

conscience
 des
 conséquences
 néfastes
 sur
 eux
 –
 mêmes
 et
 sur
 leur
 environnement
 de

l’existence
d’un
si
grand
nombre
de
bars.
Il
s’agit
de
faire
émerger
des
individus
pour
qui

l’alcool,
le
tabagisme
et
les
nuisances
sonores
sont
des
problèmes
sociaux
auxquels
il
faut

trouver
 une
 solution.
 En
 effet,
 dans
 ce
 qui
 se
 passe
 actuellement,
 ces
 fléaux
 ont
 trop

tendance
 à
 être
 banalisés.
 Les
 bars
 sont
 là,
 ils
 existent
 dans
 notre
 milieu
 de
 vie
 sans
 que

personne
 ne
 s’émeuve
 de
 leurs
 effets
 si
 déstructurant
 pour
 notre
 pays.
 Il
 n’est
 pas
 rare
 à

Libreville
par
exemple,
de
rencontrer
une
personne
couchée
à
même
le
sol
sur
le
trottoir
ou

sur
la
chaussée,
ivre
morte
ne
provoquant
que
l’hilarité
des
passants.

→
Une
ou
plusieurs
productions

Cette
 prise
 de
 conscience
 doit
 déboucher
 sur
 la
 réalisation
 d’actions
 visant
 à
 réduire
 les

conséquences
 néfastes
 dans
 le
 milieu
 de
 vie
 des
 élèves.
 Cela
 peut
 se
 matérialiser
 par
 la

réalisation
 d’affiches,
 de
 prospectus,
 d’un
 dossier,
 etc.
 destinés
 à
 leurs
 camarades,
 aux

parents
et
à
tout
le
quartier.
Pour
lutter
contre
les
nuisances
sonores
par
exemple,
on
peut

très
bien
amener
les
élèves
à
adresser
une
lettre
au
maire
de
la
commune
dans
laquelle
est

situé
leur
quartier,
pour
solliciter
l’application
de
la
loi.

III
–
Les
exploitations
pédagogiques

Dans
 le
 cadre
 d’un
 tel
 projet,
 les
 élèves
 ont
 été
 encouragés
 à
 mettre
 à
 contribution
 les

connaissances
acquises
pour
résoudre
un
problème
social
qui
a
des
incidences
sur
leur
vie.

Par
 exemple,
 leur
 compétence
 à
 l’écriture
 et
 à
 l’expression
 orale
 est
 mise
 à
 contribution

pour
réaliser
des
interviews,
rédiger
des
affiches
ou
des
prospectus.

À
partir
de
ces
interviews,
les
enfants
peuvent
recueillir
des
données
relatives
à
la
dépense

quotidienne
 d’un
 individu
 au
 bar.
 Il
 peut
 être
 alors
 utile
 de
 calculer
 le
 montant
 que
 cet

individu
 y
 consacre
 mensuellement.
 Ces
 informations
 peuvent
 servir
 à
 fabriquer
 des

énoncés
de
problèmes
mathématiques
qui
vont
les
amener
à
mobiliser
leur
savoir
en
calcul.

Ici,
ce
qui
est
intéressant
c’est
que
le
problème
mathématique
n’est
pas
imposé
aux
élèves,

mais
 c’est
 eux
 –
 mêmes
 qui,
 à
 partir
 d’un
 fait
 social
 qui
 les
 concerne,
 vont
 le
 poser
 et
 le

résoudre.
La
solution
du
problème
n’est
plus
simplement
un
objet
de
contemplation,
mais

un
élément
de
plus
à
verser
au
dossier
et
qui
va
servir
à
convaincre.



Projet
4
:
Les
langues
nationales

But
du
projet:
Élaboration
d’un
glossaire

Choix
du
projet:

L’idée
part
d’un
constat:
la
déperdition
des
langues
nationales.
Les
enfants
parlent
de
moins

en
 moins
 leurs
 langues.
 D’où
 l’élaboration
 d’un
 glossaire
 dans
 le
 but
 de
 pratiquer
 les

langues
locales.









Ressources:

‐
Utiliser
le
XO
pour
enregistrer;

‐
les
adultes
locuteurs
de
chaque
langue
répertoriée;

‐
L’enseignant
 en
 tant
 que
 modérateur,
 encadreur
 des
 apprenants
 pour
 l’élaboration
 du

glossaire;

‐
L’activité
se
fera
pendant
le
cours
d’éveil,
en
4e
année
primaire.
Le
temps
consacré
pour

l’activité
dépendra
de
l’organisation
de
l’enseignant
ou
de
l’enseignante.

Organisation
du
travail:

‐
Repérer
les
langues
dans
la
classe
afin
de
repartir
les
groupes
en
fonction
des
langues;

‐
Formation
 des
 groupes.
 Les
 groupes
 seront
 constitués
 d’apprenants
 locuteurs
 de
 la

langue.
 Ceux
 qui
 se
 retrouveront
 seuls
 intégreront
 les
 groupes
 constitués.
 L’idée
 est
 que

pour
apprendre
une
autre
langue,
il
faut
d’abord
parler
sa
langue;

‐
Faire
une
liste
des
expressions
et
mots
courants,
en
français,
qui
seront
contenus
dans
le

glossaire;

‐
Récolter
les
données
à
l’aide
du
XO.
Les
apprenants
enregistreront
les
voix
des
personnes

ressources
 et
 la
 prononciation
 des
 mots
 et
 expressions
 sera
 conservée
 grâce
 à
 l’activité

Enregistrer
du
XO.

Coordination
et
synthèse
des
contributions:

‐
Dépouillement
 des
 données
 en
 classe
 par
 groupe.
 Pendant
 ce
 dépouillement,
 les

apprenants
pourraient
partager
les
différentes
émotions
survenues
au
cours
de
la
récolte

de
données
avec
les
autres
groupes
grâce
à
l’activité
Discuter
du
XO;

‐
Synthèse
des
groupes
et
élaboration
du
glossaire.

Signalons
 que
 ce
 projet
 se
 fera
 pendant
 un
 trimestre.
 Le
 rôle
 de
 l’enseignant
 serait
 de

guider,
 orienter
 les
 apprenants
 par
 des
 suggestions,
 des
 consignes
 et
 attitudes
 à
 adopter

pour
un
travail
en
groupe.
Les
enfants
vont
apprendre
les
formules
de
politesse
(bonjour,

merci,
etc.),
connaitre
les
noms
des
animaux,
des
arbres
familiers;
ils
seront
encouragés
à

converser
en
langues
locales.

Suite
du
projet:

‐
Campagne
 de
 sensibilisation
 avec
 des
 jeux:
 Par
 exemple,
 présenter
 un
 objet
 (même
 en

photo)
et
demander
aux
autres
élèves
de
l’établissement
comment
on
le
nomme
dans
une

langue
 locale.
 Après
 la
 réponse,
 le
 groupe
 portera
 la
 correction
 nécessaire,
 en
 cas
 de

besoin.
Les
élèves
pourraient
ainsi
réaliser
un
apprentissage
par
l’expérience.
Compétence

à
 développer,
 être
 capable
 de
 donner
 la
 traduction
 d’un
 mot
 ou
 d’une
 expression
 en

langue
locale.







‐
Nouvelle
 formation
 des
 groupes
 en
 classe
 avec
 des
 personnes
 qui
 n’ont
 pas
 travaillé

ensemble
(on
peut
avoir
deux
ou
trois
personnes
provenant
d’un
même
groupe)
dans
le

but
de
les
faire
travailler
dans
une
autre
langue
qui
n’est
pas
forcément
la
leur.
Le
but,
ici,

est
d’amener
les
enfants
à
communiquer
dans
d’autres
langueslocales
en
échangeant
avec

d’autres
groupes
linguistiques;

Élaboration
d’un
autre
glossaire.

‐
Partage
d’un
projet
en
interaction
avec
d’autres
établissements.

Conclusion
générale

À
l’instar
de
nombreux
pays
africains,
le
Gabon
depuis
quelques
années
s’est
engagé
dans

une
profonde
refondation
de
son
système
éducatif,
en
passant
par
une
refonte
des
curricula

dans
l’enseignement
du
premier
degré
général
(1re,
2e,
3e,
4e
et
5e
année).

Pour
ce
faire,
l’intégration
des
TIC
et
particulièrement
du
XO
à
l’école
gabonaise,
au
regard

du
contexte
international
et
suite
aux
perspectives
de
l’UNESCO
et
de
l’OCDE
qui
visent
des

objectifs
 de
 développement
 du
 monde
 éducatif,
 est
 un
 privilège
 accordé
 aux
 activités
 du

sujet
apprenant
et
à
la
formation
de
l’enseignant
et
de
l’enseignante.

À
ce
titre,
ce
guide
pédagogique
renvoie
à
un
double
objectif:
l’introduction
effective
des
TIC

et
 notamment
 du
 XO
 en
 contexte
 scolaire
 gabonais
 et
 de
 sa
 faisabilité,
 sinon
 de
 sa

pertinence.
 Pour
 ce
 faire,
 les
 orientations
 énoncées
 dans
 ce
 guide
 sont
 des
 tentatives

authentiques
et
relatives
à
l’applicabilité
de
ce
projet
qui
a
pour
creuset
la
réduction
de
la

fracture
numérique.
Le
XO
apparaît
dés
lors
comme
un
instrument
pédagogique
qui
donne

la
possibilité
à
l’apprenant
non
seulement
de
réaliser
une
tâche
précise
ou
de
résoudre
des

situations‐problèmes
 de
 façon
 efficace,
 mais
 lui
 permet
 surtout
 de
 collaborer
 non

seulement
 avec
 d’autres
 acteurs
 de
 son
 environnement
 immédiat
 (à
 travers
 le
 réseau

maillé),
mais
solliciter,
via
internet
des
personnes
appartenant
à
des
univers
plus
lointains.

Selon
 les
 perspectives
 socioconstructivistes,
 les
 changements
 éducatifs
 sont
 liés
 à
 un

objectif
 politique
 qui
 consiste
 à
 augmenter
 la
 capacité
 des
 apprenants
 et
 apprenantes
 à

appliquer
 les
 connaissances
 scolaires
 aux
 problèmes
 réels
 du
 monde.
 Dans
 cette

perspective,
 ce
 guide
 pédagogique
 a
 pour
 ambition
 entre
 autres,
 de
 revisiter
 le
 statut
 de

l’enseignant
 et
 de
 l’enseignante.
 En
 effet,
 désormais
 l’enseignant
 est
 appelé
 à
 devenir
 le

guide
 et
 le
 gestionnaire
 de
 l’environnement
 de
 l’apprentissage.
 Les
 élèves
 sont
 engagés

dans
des
activités
de
formation
larges
ou
la
collaboration,
la
coopération
et
la
négociation

sont
 des
 leitmotivs
 leur
 permettant
 de
 transcender
 le
 cadre
 de
 la
 situation‐classe
 et
 leur

donnent
la
possibilité
de
s’impliquer
véritablement
à
la
société
de
son
temps.

Ce
 guide
 pourrait
 alors
 servir
 de
 soutien
 à
 la
 création
 de
 savoir.
 Car
 le
 XO
 est
 un
 outil

didactique
dont
le
programme
va
plus
loin
que
la
connaissance
des
problèmes
scolaires,
il

inclut
de
façon
claire
les
compétences
du
XXIe
siècle
nécessaires
à
la
création
d’un
nouveau

savoir
et
engage
dans
l’apprentissage
tout
au
long
de
la
vie.







Somme
 toute,
 ce
 guide
 est
 en
 phase
 avec
 les
 projets
 des
 organismes
 internationaux

responsables
de
l’éducation
qui
mettent
un
accent
singulier
sur
la
réduction
de
la
pauvreté

et
 l’amélioration
 de
 la
 qualité
 de
 la
 vie.
 Ce
 guide
 s’inscrit
 donc
 dans
 un
 triptyque
:

alphabétisation
 technologique,
 approfondissement
 du
 savoir
 et
 création
 de
 savoir.
 Telles

sont
les
modalités
qui
ont
contribué
favorablement
à
la
mise
à
jour
de
ce
guide
pédagogique

du
XO.









Lexique



Activité
Mesurer

Base
de
fréquence:Début
d'une
action
ou
d'un
événement
qui
arrive
plusieurs
fois

Base
de
temps:
Début
d'une
période,
d'un
moment

Sensors
Sondes
qui
selon
sa
nature
peut
mesurer
différents
éléments

Sounds
:
Son

Activité
Speak,

Configuration:Forme
 générale
 ou
 ensemble
 des
 éléments
 constituant
 un
 outil

informatique

Connecter
en
réseau:
Mettre
en
liaison
plusieurs
ordinateurs
(interconnexion)

Crochet:
Crochet

Dyade:Couple
de
deux
personnes


Face:
Visage

Frequency:Fréquence

Game:
Jeu

Glasses:
Verres,
lunettes

Icône:
 Symbole
 graphique
 affiché
 sur
 un
 écran
 et
 correspondant,
 au
 sein
 d'un
 logiciel,
 à

l'exécution
d'une
tâche
précise

Ondulation:
Mouvement
léger
et
régulier
d'un
son
qui
s'élève
et
s'abaisse
alternativement


Onglets:
Ouverture
où
l'on
peut
insérer
des
informations
supplémentaire

Oscillation:
Fluctuation,
changement
alternatif
et
irrégulier

Round:
Rond

Speak:
Parler
(en
français)

Triade:
Groupe
de
trois
personnes

Voice:
Voix

Wave
form:
Forme
de
vague









Activité
Tam­Tam
Edit

Mode:
 Chacune
 des
 disposition
 particulières
 de
 la
 gamme
 caractérisée
 par
 la
 disposition

de
ses
intervalles
(tons
et
demi‐tons)

Drone
and
jump:
Bourdonne
et
saut

Ivre:
Exalté

Segment
en
boucle:
Partie
d'un
anneau

Propriété:Ce
qui
est

le
propre,
la
qualité
particulière


Filter
cutoff:
Interrompre

Réverbération:
Persistance
d'un
son
dans
un
espace
clos
ou
semi‐clos
après
interruption

de
la
source
sonore

Pan:
Partie
d'un
instrument
de
musique

Généré:
Engendrer
ou
produire

Génération:
Action
d'engendrer,
de
générer;
Stade
d'un
progrès
technique,
dans
un
certain

domaine

Tempo:Mouvement
dans
lequel
s'exécute
une
œuvre
musical

Track
properties:
Propriété
d'un
morceau
de
musique

Références
bibliographiques:





Personal tools
  • Log in
  • Login with OpenID
About OLPC
About the laptop
About the tablet
Projects
OLPC wiki
Toolbox
In other languages